share_book
Envoyer cet article par e-mail

Mémoires de Marie d'Orléans Duchesse de Nemours

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Mémoires de Marie d'Orléans Duchesse de Nemours

Mémoires de Marie d'Orléans Duchesse de Nemours

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Mémoires de Marie d'Orléans Duchesse de Nemours "

Présentation de Mémoires de Marie d'Orléans Duchesse de Nemours

Le public ne connaît plus guère aujourd'hui cette princesse, qui fascina ses contemporains par son intelligence, sa redoutable causticité, et surtout sa tranquille audace de préférer sa propre cour à celle du Roi-Soleil, qui la suivit dans la tombe. Deux fois victime de la raison d'État, qui l'empêcha de régner sur l'Angleterre, elle se replia sur les ressources de sa culture et de son esprit, et grâce à son immense fortune, fit sa joie de contempler et juger la comédie humaine, au centre de laquelle sa haute naissance l'avait placée. Fondatrice de la presse privée, friande d'anecdotes et des dessous de la politique que lui fournissait un étonnant réseau d'informateurs, elle eût pu écrire sans relâche, sans cesser de nous intéresser. Mais dans un souci de qualité, elle préfère, cinquante ans après les événements, quand les passions et les acteurs se sont tus, se limiter à cette phase convulsive de son temps, la Fronde, où la monarchie faillit périr. Mieux sans doute que les grandes mondaines, que nous impose la littérature officielle, madame de Nemours (à ne pas confondre avec sa belle-mère, la tapageuse duchesse de Longueville, héroïne de la Fronde) nous offre le régal d'un langage féminin parvenu à son état de perfection.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 288  pages
  • Dimensions :  2.0cmx10.8cmx17.8cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Mercure De France Paru le
  • Collection : Le Temps retrouvé
  • ISBN :  2715226330
  • EAN13 :  9782715226333
  • Classe Dewey :  920
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Mémoires de Marie d'Orléans Duchesse de Nemours

Le public ne connaît plus guère aujourd'hui cette princesse, qui fascina ses contemporains par son intelligence, sa redoutable causticité, et surtout sa tranquille audace de préférer sa propre cour à celle du Roi-Soleil, qui la suivit dans la tombe. Deux fois victime de la raison d'État, qui l'empêcha de régner sur l'Angleterre, elle se replia sur les ressources de sa culture et de son esprit, et grâce à son immense fortune, fit sa joie de contempler et juger la comédie humaine, au centre de laquelle sa haute naissance l'avait placée. Fondatrice de la presse privée, friande d'anecdotes et des dessous de la politique que lui fournissait un étonnant réseau d'informateurs, elle eût pu écrire sans relâche, sans cesser de nous intéresser. Mais dans un souci de qualité, elle préfère, cinquante ans après les événements, quand les passions et les acteurs se sont tus, se limiter à cette phase convulsive de son temps, la Fronde, où la monarchie faillit périr. Mieux sans doute que les grandes mondaines, que nous impose la littérature officielle, madame de Nemours (à ne pas confondre avec sa belle-mère, la tapageuse duchesse de Longueville, héroïne de la Fronde) nous offre le régal d'un langage féminin parvenu à son état de perfection.