share_book
Envoyer cet article par e-mail

Chroniques de La Montagne, tome 1

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Chroniques de La Montagne, tome 1

Chroniques de La Montagne, tome 1

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Chroniques de La Montagne, tome 1"

Présentation de Chroniques de La Montagne, tome 1

« Je n'ai jamais le temps de dégorger le vingtième de ce que j'accumule, et plus tard, ce sera trop tard. » C'est pour répondre à cette urgence qu'Alexandre Vialatte (1901-1971) a créé un genre littéraire à lui : la chronique. De sa vingtième année jusqu'à sa mort, il en a composé par centaines, pour "La Revue rhénane", "Le Crapouillot", "L'Intransigeant", "Le Moniteur", "L'Époque", "La Nouvelle Revue française", "Marie-Claire", "Le Journal de l'Est", "Le Petit Dauphinois" et pour "La Montagne".Ce quotidien auvergnat lui offre toutes les semaines une colonne et lui laisse une totale liberté pour parler de tout, sauf de politique. Ainsi, pendant dix-huit ans, tous les dimanches soirs, Vialatte porte sa copie au wagon postal du train de vingt-trois heures quinze. Ce n'est que deux ou trois fois qu'il a manqué à son rendez-vous.De quoi parle-t-il ? De tout, de rien. Tantôt il aborde un roman, tantôt une pièce de théâtre ou un recueil de poèmes, il évoque un film, se gausse d'une vérité première, approfondit un lieu commun, commente un proverbe. La chronique c'est l'oeuvre d'un promeneur, d'un flâneur, d'un philosophe. « Une chronique – disait Alexandre Vialatte –, il faudrait la faire pousser comme une herbe dans les fentes d'un mur, dans les pierres de l'emploi du temps.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 1102  pages
  • Dimensions :  3.0cmx13.2cmx21.2cm
  • Poids : 621.4g
  • Editeur :   Robert Laffont Paru le
  • Collection : Bouquins
  • ISBN :  2221090411
  • EAN13 :  9782221090411
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Alexandre Vialatte

Chronique de La Montagne, tome 2

"Je n'ai jamais le temps de dégorger le vingtième de ce que j'accumule, et plus tard, ce sera trop tard". C'est pour répondre à cette urgence qu'Alexandre Vialatte (1901-1971) a créé un genre littéraire à lui : la chronique. De sa vingtième année jusqu'à sa mort, il en a composé [.......

Critique littéraire

Parmi les talents d'Alexandre Vialatte, ont souvent été relevés ceux de romancier, de traducteur, de chroniqueur à l'ironie désopilante ou féroce, d'e entomologiste " scrupuleux, de géographe auvergnat, mais jamais n'avaient été mises en lumière les qualités déployées dans l'exercice p...

La paix des jardins: Poèmes

Alexandre Vialatte, chroniqueur (Chroniques de " La Montagne "), romancier (Les Fruits du Congo), fut aussi poète. Dans sa jeunesse, il écrit des poèmes où la mélancolie se mêle au cocasse et engendre une musique pleine de charme proche de celle de Laforgue, parfois de Toulet. Après 1945, le ...

Voir tous les livres de Alexandre Vialatte

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Chroniques de La Montagne, tome 1

« Je n’ai jamais le temps de dégorger le vingtième de ce que j’accumule, et plus tard, ce sera trop tard. » C’est pour répondre à cette urgence qu’Alexandre Vialatte (1901-1971) a créé un genre littéraire à lui : la chronique. De sa vingtième année jusqu’à sa mort, il en a composé par centaines, pour "La Revue rhénane", "Le Crapouillot", "L’Intransigeant", "Le Moniteur", "L’Époque", "La Nouvelle Revue française", "Marie-Claire", "Le Journal de l’Est", "Le Petit Dauphinois" et pour "La Montagne".Ce quotidien auvergnat lui offre toutes les semaines une colonne et lui laisse une totale liberté pour parler de tout, sauf de politique. Ainsi, pendant dix-huit ans, tous les dimanches soirs, Vialatte porte sa copie au wagon postal du train de vingt-trois heures quinze. Ce n’est que deux ou trois fois qu’il a manqué à son rendez-vous.De quoi parle-t-il ? De tout, de rien. Tantôt il aborde un roman, tantôt une pièce de théâtre ou un recueil de poèmes, il évoque un film, se gausse d’une vérité première, approfondit un lieu commun, commente un proverbe. La chronique c’est l’oeuvre d’un promeneur, d’un flâneur, d’un philosophe. « Une chronique – disait Alexandre Vialatte –, il faudrait la faire pousser comme une herbe dans les fentes d’un mur, dans les pierres de l’emploi du temps.