share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Europe buissonnière

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Europe buissonnière

L'Europe buissonnière

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Europe buissonnière"

Présentation de L'Europe buissonnière

Un jour de printemps 1968, Antoine Blondin se promène exceptionnellement dans Saint-Germain-des-Prés. La police sur le qui-vive en cette période survoltée se met soudain à courir en tous sens pour attraper un fuyard. Dans sa course, un sergent peu enclin à la littérature tombe sur Blondin. Et l'écrivain, à force de provocations, se retrouve au poste. Comme on lui demande de décliner son identité, il déclare au brigadier : "Monsieur Jadis." "Comme autrefois", s'étonne le brigadier. "Exactement", répond Blondin. Et on le met au trou, où il passe la nuit l'oeil rivé sur une ampoule nue, peut-être à rêver au roman de sa propre vie. Parce que monsieur Jadis, c'est monsieur Blondin qui se dévoile dans ce livre écrit avec finesse et sensibilité. On y retrouve son goût immodéré pour les longues nuits alcoolisées, les amours sans trop d'illusions et son penchant exclusif pour l'amitié. Au passage, des moments de pur bonheur avec le hussard Roger Nimier, une description homérique de la bataille d'Austerlitz au cours d'une virée au Bar-Bac de la rue du même nom, et du rêve à n'en plus finir. Par l'auteur d'Un singe en hiver, chroniqueur sportif au journal L'Équipe qui écrivait, à propos des Jeux d'hiver de 1956, "Qu'importe le flocon... pourvu qu'on ait l'ivresse." --Stellio Paris

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 1558  pages
  • Dimensions :  4.2cmx12.4cmx20.0cm
  • Poids : 739.4g
  • Editeur :   Robert Laffont Paru le
  • Collection : Bouquins
  • ISBN :  2221069811
  • EAN13 :  9782221069813
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Antoine Blondin

Un singe en hiver

Le chauffeur n'avait plus le loisir de ralentir... Immobile, le ventre à toucher le capot, les pieds joints, Fouquet enveloppa d'un mouvement caressant la carrosserie de la voiture qui filait contre lui ; un instant, il donna l'impression qu'il allait abandonner sa veste au flanc hérissé de ...

Prix : 69 DH
Ma vie entre des lignes

Ici, dans ce livre d'Or, vous retrouverez tous les amis, sportifs ou écrivains, dont Antoine a mérité l'estime, vous participerez à ses fêtes et aussi aux séparations inévitables. Vous voici admis dans une compagnie simple et prestigieuse dont sont chassés quelques trublions que Blondin ...

Prix : 94 DH

Monsieur Jadis ou l'école du soir

Monsieur Jadis, comme Cadet Rousselle, avait trois maisons : l'une où ses enfants dormaient avec leur mère ; une autre où sa compagnie dormait avec son mari ; la troisième où sa mère dormait avec son accordéon. Mais il en habitait, le plus souvent, une quatrième où tout le monde dormait ...

Voir tous les livres de Antoine Blondin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de L'Europe buissonnière

Un jour de printemps 1968, Antoine Blondin se promène exceptionnellement dans Saint-Germain-des-Prés. La police sur le qui-vive en cette période survoltée se met soudain à courir en tous sens pour attraper un fuyard. Dans sa course, un sergent peu enclin à la littérature tombe sur Blondin. Et l'écrivain, à force de provocations, se retrouve au poste. Comme on lui demande de décliner son identité, il déclare au brigadier : "Monsieur Jadis." "Comme autrefois", s'étonne le brigadier. "Exactement", répond Blondin. Et on le met au trou, où il passe la nuit l'oeil rivé sur une ampoule nue, peut-être à rêver au roman de sa propre vie. Parce que monsieur Jadis, c'est monsieur Blondin qui se dévoile dans ce livre écrit avec finesse et sensibilité. On y retrouve son goût immodéré pour les longues nuits alcoolisées, les amours sans trop d'illusions et son penchant exclusif pour l'amitié. Au passage, des moments de pur bonheur avec le hussard Roger Nimier, une description homérique de la bataille d'Austerlitz au cours d'une virée au Bar-Bac de la rue du même nom, et du rêve à n'en plus finir. Par l'auteur d'Un singe en hiver, chroniqueur sportif au journal L'Équipe qui écrivait, à propos des Jeux d'hiver de 1956, "Qu'importe le flocon... pourvu qu'on ait l'ivresse." --Stellio Paris