share_book
Envoyer cet article par e-mail

Lélia ou la Vie de George Sand

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Lélia ou la Vie de George Sand

Lélia ou la Vie de George Sand

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Lélia ou la Vie de George Sand"

Présentation de Lélia ou la Vie de George Sand

Lélia, ou la Vie de George Sand Elle inspira Chopin et Musset ; Delacroix avait chez elle un atelier ; Balzac venait demander à " la camarade George Sand " le sujet d'un de ses plus beaux livres : Béatrix ; Flaubert l'appelait : " Ma chère maître " et pleura quand il apprit sa mort ; Dostoïevski voyait en elle un écrivain " presque unique par la vigueur de son esprit et de son talent ", c'est pourquoi j'ai souhaité étudier une femme qui a été, pendant une longue part de sa vie, une puissance spirituelle. Elle a été " la voix de la femme en un temps où la femme se taisait ". Elle a parlé de la musique aussi bien que Stendhal, et bien mieux que Balzac ou Hugo. Elle a décrit la vie des paysans français avec une grandeur tantôt idyllique, tantôt épique. Elle a éprouvé et exprimé un amour sincère du peuple, car, disait-elle, " je ne suis pas de ces âmes patientes qui accueillent l'injustice avec un visage serein ". Enfin, elle a été, dans ses meilleurs jours, le roman même, et le début de Consuelo demeure un des récits les mieux conduits de notre littérature. G. Sand fut une âme généreuse ; elle eut aussi une vie pleine d'égarements et de misères. J'espère amener le lecteur à partager mon admiration pour " cette grande femme " et à lui accorder, dans l'histoire des lettres, la place d'honneur qui de droit lui appartient.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 738  pages
  • Dimensions :  3.4cmx11.0cmx16.6cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Littérature & Documents
  • ISBN :  2253109231
  • EAN13 :  9782253109235
  • Classe Dewey :  843.7
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Lélia ou la Vie de George Sand

Lélia, ou la Vie de George Sand Elle inspira Chopin et Musset ; Delacroix avait chez elle un atelier ; Balzac venait demander à " la camarade George Sand " le sujet d'un de ses plus beaux livres : Béatrix ; Flaubert l'appelait : " Ma chère maître " et pleura quand il apprit sa mort ; Dostoïevski voyait en elle un écrivain " presque unique par la vigueur de son esprit et de son talent ", c'est pourquoi j'ai souhaité étudier une femme qui a été, pendant une longue part de sa vie, une puissance spirituelle. Elle a été " la voix de la femme en un temps où la femme se taisait ". Elle a parlé de la musique aussi bien que Stendhal, et bien mieux que Balzac ou Hugo. Elle a décrit la vie des paysans français avec une grandeur tantôt idyllique, tantôt épique. Elle a éprouvé et exprimé un amour sincère du peuple, car, disait-elle, " je ne suis pas de ces âmes patientes qui accueillent l'injustice avec un visage serein ". Enfin, elle a été, dans ses meilleurs jours, le roman même, et le début de Consuelo demeure un des récits les mieux conduits de notre littérature. G. Sand fut une âme généreuse ; elle eut aussi une vie pleine d'égarements et de misères. J'espère amener le lecteur à partager mon admiration pour " cette grande femme " et à lui accorder, dans l'histoire des lettres, la place d'honneur qui de droit lui appartient.