share_book
Envoyer cet article par e-mail

Voilà ; Tu devrais venir plus souvent ; J'ai remonté la rue et j'ai croisé des fantômes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Voilà ; Tu devrais venir plus souvent ; J'ai remonté la rue et j'ai croisé des fantômes

Voilà ; Tu devrais venir plus souvent ; J'ai remonté la rue et j'ai croisé des fantômes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Voilà ; Tu devrais venir plus souvent ; J'ai remonté la rue et j'ai croisé des fantômes"

Présentation de Voilà ; Tu devrais venir plus souvent ; J'ai remonté la rue et j'ai croisé des fantômes

Les mouvements sont lents, les pas ne sont pas pressés. On se rend auprès de quelqu un, on visite un site plus ou moins connu. Il y a des moments où tout se confond et devient la même chose. Le portrait des êtres devient la description de paysages ; l un évoque l autre, les personnages sont devenus indissociables du paysage. Philippe Minyana nous donne avec ses textes une image précise de certains paysages français. Paysages humains, bien sûr. Dans Voilà c est le regard pas tendre - mais pas froid non plus - sur quelques personnages qui se retrouvent chez la vieille amie Betty. C est à la campagne que cela se passe. On s embrasse, on demande des nouvelles, on rit, on rit si fort qu on se met à tousser. On n a pas changé et pourtant un peu. Ce sont des refrains et des ritournelles du temps qui passe. Certes, il n y a pas d image exacte ou objective. Pourtant, ce qui est frappant, c est le degré d authenticité que Philippe Minyana atteint en mettant ses pas en dehors des grandes villes. Il redécouvre dans ses textes les racines provinciales de chacun de nous ; mesure l énorme distance entre les métropoles et la vie dans les petites bourgades où l aujourd hui est la présence du passé, l existence dans le passé. Il est un étonnant paysagiste des temps modernes. --L'Arche Editeur

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  1.4cmx11.2cmx18.6cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Editeur L'arche Paru le
  • Collection : Scène Ouverte
  • ISBN :  2851816616
  • EAN13 :  9782851816610
  • Classe Dewey :  842.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Minyana

Trois pièces contemporaines

Ces trois pièces nous présentent des personnages traversés par l'Histoire et leurs petites histoires. Ce sont des hommes et des femmes face aux tracas quotidiens et aux angoisses de la condition humaine. Ils s'appellent maman, papa, Jacqueline, Angèle, Barbara, Baptiste, Amédée, Jules... [....

La maison des morts : Version scénique

C'est là, dans la pièce d'une maison de village, que tout se joue ou presque. La fenêtre n'y est pas ouverte sur le monde, mais au contraire l'absorbe tout entier, vers l'intérieur bourrasques de vent, bruits de la campagne, mais aussi voix plus lointaine d'un employeur qui vient parler à la fe...

Voir tous les livres de Philippe Minyana

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Voilà ; Tu devrais venir plus souvent ; J'ai remonté la rue et j'ai croisé des fantômes

Les mouvements sont lents, les pas ne sont pas pressés. On se rend auprès de quelqu un, on visite un site plus ou moins connu. Il y a des moments où tout se confond et devient la même chose. Le portrait des êtres devient la description de paysages ; l un évoque l autre, les personnages sont devenus indissociables du paysage. Philippe Minyana nous donne avec ses textes une image précise de certains paysages français. Paysages humains, bien sûr. Dans Voilà c est le regard pas tendre - mais pas froid non plus - sur quelques personnages qui se retrouvent chez la vieille amie Betty. C est à la campagne que cela se passe. On s embrasse, on demande des nouvelles, on rit, on rit si fort qu on se met à tousser. On n a pas changé et pourtant un peu. Ce sont des refrains et des ritournelles du temps qui passe. Certes, il n y a pas d image exacte ou objective. Pourtant, ce qui est frappant, c est le degré d authenticité que Philippe Minyana atteint en mettant ses pas en dehors des grandes villes. Il redécouvre dans ses textes les racines provinciales de chacun de nous ; mesure l énorme distance entre les métropoles et la vie dans les petites bourgades où l aujourd hui est la présence du passé, l existence dans le passé. Il est un étonnant paysagiste des temps modernes. --L'Arche Editeur