share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Couleurs de l'infamie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Couleurs de l'infamie

Les Couleurs de l'infamie

  (Auteur)


Prix : 127,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Couleurs de l'infamie"

Présentation de Les Couleurs de l'infamie

Après 15 ans de silence, Albert Cossery lance un dernier cri littéraire : "Les couleurs de l'infamie". Cettefois-ci, le recit prend place dans l'Egypte contemporaine, que Cossery décrit à merveille. Nous retrouvons le héros cossérien, lucide et maniant la dérision avec maestria : un journaliste censuré et sans le sou, qui décide d'habiter le mausolée de ses parents : "Après des années de séparation d'avec ses parents, Karamallah éprouvait le plaisir de se retrouver avec les siens, mais sans les différends et les altercations qui surgissent toujours dans toute réunion entre vivants." Une partie du roman a donc lieu dans la Cité des Morts du Caire qui, suite à la crise du logement de cette ville tentaculaire, a été envahi par les sans-logis. Un petit arrangement avec les morts qui soulage tout le monde. Aux côtés de Karamallah, " ce prophète de la dérision qui vivait dans un cimetière " : Ossama, un jeune voleur plein d'avenir, qui s'habille comme les riches pour mieux les voler, et Nimr, son maître, qui penche plutôt pour la rapine traditionnelle en guenilles. La rencontre de ses trois personnages donne à Cossery l'occasion de nous délecter de certaines pensées de haut vol, comme celle d'Ossama, qui analyse le larcin en tant que vertu patriotique, se hissant ainsi au rang de militant nationaliste : " J'ai le sentiment que par mon activité je contribue à la prospérité du pays, puisque je dépense l'argent subtilisé aux riches dans divers commerces qui sans moi et mes pareils iraient vers leur déclin. " Ajoutez à cela un promoteur immobilier sans scrupules qui construit des "maisons jetables" - qui s'effondrent sur leurs habitants faute de béton -, et vous aurez un livre drôle et croustillant comme sait les écrire Cossery. -- Olivia Marsaud --

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 132  pages
  • Dimensions :  1.2cmx12.4cmx18.4cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Joëlle Losfeld Paru le
  • Collection : Arcanes
  • ISBN :  2844120709
  • EAN13 :  9782844120700
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Albert Cossery

Les Hommes oubliés de Dieu

Les "hommes oubliés de Dieu" sont les victimes des grandes cités orientales qu'Albert Cossery, lui, ne peut effacer de son esprit. Qu'il s'agisse de Zouba, le facteur qui, pour se venger des injures dont il est l'objet, s'autoproclame prophète, ou de Faiza, la jeune fille torturée par [....]...

Les fainéants dans la vallée fertile

Dans "Les fainéants de la vallée fertile", Albert Cossery, écrivain égyptien de langue française, nous conte les déboires d'une famille cairote qui a fait de la paresse son art de vivre. A lire d'urgence (mais sans se presser). Quelle curieuse famille que celle-ci, qui élève sommeil et [....

Prix : 150 DH

Les Fainéants dans la vallée fertile

Dans "Les fainéants de la vallée fertile", Albert Cossery, écrivain égyptien de langue française, nous conte les déboires d'une famille cairote qui a fait de la paresse son art de vivre. A lire d'urgence (mais sans se presser). Quelle curieuse famille que celle-ci, qui élève sommeil et molle...

Mendiants et orgueilleux

Avec "Mendiants et orgueilleux", l'écrivain égyptien a signé un bijou romanesque où l'intrigue policière se double d'une lancinante interrogation sur le sens de la vie, dans l'égarement d'une société qui cahote entre ses vices, perversions, misères variées et complémentaires. Comme souven...

Voir tous les livres de Albert Cossery

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Les Couleurs de l'infamie

Après 15 ans de silence, Albert Cossery lance un dernier cri littéraire : "Les couleurs de l'infamie". Cettefois-ci, le recit prend place dans l'Egypte contemporaine, que Cossery décrit à merveille. Nous retrouvons le héros cossérien, lucide et maniant la dérision avec maestria : un journaliste censuré et sans le sou, qui décide d'habiter le mausolée de ses parents : "Après des années de séparation d'avec ses parents, Karamallah éprouvait le plaisir de se retrouver avec les siens, mais sans les différends et les altercations qui surgissent toujours dans toute réunion entre vivants." Une partie du roman a donc lieu dans la Cité des Morts du Caire qui, suite à la crise du logement de cette ville tentaculaire, a été envahi par les sans-logis. Un petit arrangement avec les morts qui soulage tout le monde. Aux côtés de Karamallah, " ce prophète de la dérision qui vivait dans un cimetière " : Ossama, un jeune voleur plein d'avenir, qui s'habille comme les riches pour mieux les voler, et Nimr, son maître, qui penche plutôt pour la rapine traditionnelle en guenilles. La rencontre de ses trois personnages donne à Cossery l'occasion de nous délecter de certaines pensées de haut vol, comme celle d'Ossama, qui analyse le larcin en tant que vertu patriotique, se hissant ainsi au rang de militant nationaliste : " J'ai le sentiment que par mon activité je contribue à la prospérité du pays, puisque je dépense l'argent subtilisé aux riches dans divers commerces qui sans moi et mes pareils iraient vers leur déclin. " Ajoutez à cela un promoteur immobilier sans scrupules qui construit des "maisons jetables" - qui s'effondrent sur leurs habitants faute de béton -, et vous aurez un livre drôle et croustillant comme sait les écrire Cossery. -- Olivia Marsaud --