share_book
Envoyer cet article par e-mail

La diplomatie de connivence

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La diplomatie de connivence

La diplomatie de connivence

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La diplomatie de connivence "

Présentation de La diplomatie de connivence

Depuis la chute du mur de Berlin, le système international est devenu une énigme, que les spécialistes peinent à décrypter et qualifier. Vit-on désormais dans un monde " postbipolaire " - selon une catégorie héritée du passé -, " unipolaire " - ce que dément l'impuissance américaine - ou " multipolaire " - alors que les puissances moyennes démontrent une faible attractivité ? Derrière ce flou terminologique se dissimule une continuité : la prétention des plus " grands ", formalisée à partir de 1815 à travers une " diplomatie de concert ", à se partager le pilotage du monde. On retrouve aujourd'hui cet entêtement oligarchique dans les nouveaux " directoires du monde " que seraient le G8 puis le G20, qui renouvellent pourtant les blocages. S'autolégitimant autour de notions telles que l'" Occident " et la " démocratie ", la " diplomatie de connivence " - telle que Bertrand Badie la qualifie - conduit à des conflits (Afghanistan, Irak) qui ensuite lui échappent. Figée dans un fonctionnement d'exclusion, elle suscite la contestation d'États (Iran, Venezuela), d'opinions publiques et d'acteurs - parfois armés - frustrés d'être écartés de la prise de décision. Limitée dans ses performances et protectrice de ses privilèges, elle met en scène la volonté de résoudre de grandes crises, comme celles affectant l'économie mondiale, sans parvenir à des réformes concrètes. Phénix médiocre qui renaît toujours de ses cendres, la " diplomatie de connivence " est examinée ici dans son histoire, ses fonctions et ses échecs. Bonne manière d'explorer aussi la notion obscure de " système international ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 274  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.6cmx21.8cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Editions La Découverte Paru le
  • Collection : CAHIERS LIBRES
  • ISBN :  2707165824
  • EAN13 :  9782707165824
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

D'autres livres de Bertrand Badie

Le grand tournant

Rarement le monde a changé aussi rapidement autour de nous. En quelques mois, le président Barack Obama a marqué, au moins verbalement, la rupture avec son prédécesseur. Le krach financier s'est transformé en crise économique et sociale mondiale, montrant à quel point le temps de la souverai...

Prix : 275 DH
Le diplomate et l'intrus

Dès qu'il est question de diplomatie, individus, groupes sociaux, peuples ou sociétés sont tenus pour des intrus. La scène internationale a longtemps résisté à cette conquête sociale et, encore aujourd'hui, les non-professionnels n'y sont pas les bienvenus. Domaine réservé, domaine du [...

Qui a peur du XXIe siècle ?

Alors que l'on annonçait, avec la fin de la Guerrefroide, l'avènement d'un " nouvel ordre international ", la planète semble en plein désordre. Les crises, en particulier au Moyen-Orient (Irak, conflit israélo-palestinien), la dissémination de la violence et la diffusion de l'insécurité [...

La fin du monde unique, 50 idées-forces pour comprendre

La fin de la bipolarité nous avait habitués à un monde unique, dominé par la pensée du néolibéralisme, par le modèle de la démocratie occidentale et par l'action de la superpuissance américaine. Une rupture s'est produite : l'échec du néoconservatisme a ouvert les Etats-Unis à [....]...

Voir tous les livres de Bertrand Badie

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La diplomatie de connivence

Depuis la chute du mur de Berlin, le système international est devenu une énigme, que les spécialistes peinent à décrypter et qualifier. Vit-on désormais dans un monde " postbipolaire " - selon une catégorie héritée du passé -, " unipolaire " - ce que dément l'impuissance américaine - ou " multipolaire " - alors que les puissances moyennes démontrent une faible attractivité ? Derrière ce flou terminologique se dissimule une continuité : la prétention des plus " grands ", formalisée à partir de 1815 à travers une " diplomatie de concert ", à se partager le pilotage du monde. On retrouve aujourd'hui cet entêtement oligarchique dans les nouveaux " directoires du monde " que seraient le G8 puis le G20, qui renouvellent pourtant les blocages. S'autolégitimant autour de notions telles que l'" Occident " et la " démocratie ", la " diplomatie de connivence " - telle que Bertrand Badie la qualifie - conduit à des conflits (Afghanistan, Irak) qui ensuite lui échappent. Figée dans un fonctionnement d'exclusion, elle suscite la contestation d'États (Iran, Venezuela), d'opinions publiques et d'acteurs - parfois armés - frustrés d'être écartés de la prise de décision. Limitée dans ses performances et protectrice de ses privilèges, elle met en scène la volonté de résoudre de grandes crises, comme celles affectant l'économie mondiale, sans parvenir à des réformes concrètes. Phénix médiocre qui renaît toujours de ses cendres, la " diplomatie de connivence " est examinée ici dans son histoire, ses fonctions et ses échecs. Bonne manière d'explorer aussi la notion obscure de " système international ".