share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Clôture

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Clôture

La Clôture

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Clôture"

Présentation de La Clôture

Trouve-t-on beaucoup d'écrivains qui sachent écrire la ville d'aujourd'hui ? Qui sachent en donner l'âme ? Il y en a peu. Mais il y a Jean Rolin. Prendre un quartier, ses rues, ses boulevards, ses enfilades de périphériques ; délimiter un périmètre d'investigation ; prendre une chambre dans un hôtel et marcher : telle est la "méthode" de l'auteur, et cette fois, sa déambulation va de la porte de Saint-Ouen à la porte d'Aubervilliers. Sans aucun goût pour le cliché et le mélodrame, Jean Rolin fait entrer le lecteur dans le territoire miséreux mais organisé des squats et de ses habitants. Sans oublier qu'à deux pas, il y a les dealers et les prostituées, africaines ou d'Europe de l'Est. Et un peu plus loin, Lito le vigile et ses interminables problèmes de papier. Tous sont des oubliés de l'Histoire au même titre que le maréchal Ney qui donne son nom au boulevard reliant les deux portes. Ainsi, se côtoient dans La Clôture des personnages d'hier et d'aujourd'hui, comme si Jean Rolin avait décidé que les noms qui baptisent nos rues avaient leur incidence sur nos vies. C'est vrai que dans ce petit champ de massacre, ce Waterloo parisien, Ginka Trifonova, jeune prostituée bulgare, a été retrouvée morte. Un quartier marqué par le destin ? Plus exactement, un quartier à l'image de ce que notre société refoule. --Isabelle Magnien --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 248  pages
  • Dimensions :  1.6cmx10.8cmx17.0cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio
  • ISBN :  2070429857
  • EAN13 :  9782070429851
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean Rolin

Un chien mort après lui

Au début de Moby Dick, Ishmaël, sur le point d'embarquer, observe que le capitaine du Péquod porte le nom d'un roi biblique qui était " fameusement impie et dont le corps fut livré aux chiens. Nombreux sont les héros de la guerre de 'Proie qui n'échappèrent que de justesse au même sort. ...

Prix : 78 DH

Le ravissement de Britney Spears

Faut-il prendre au sérieux les menaces d'enlèvement qu'un groupuscule islamiste fait peser sur Britney Spears ? Les services français (les meilleurs du monde) pensent que oui. Certes, l'agent qu'ils enverront à Los Angeles pour suivre cette affaire présente quelques handicaps - il ne sait [....

Voir tous les livres de Jean Rolin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La Clôture

Trouve-t-on beaucoup d'écrivains qui sachent écrire la ville d'aujourd'hui ? Qui sachent en donner l'âme ? Il y en a peu. Mais il y a Jean Rolin. Prendre un quartier, ses rues, ses boulevards, ses enfilades de périphériques ; délimiter un périmètre d'investigation ; prendre une chambre dans un hôtel et marcher : telle est la "méthode" de l'auteur, et cette fois, sa déambulation va de la porte de Saint-Ouen à la porte d'Aubervilliers. Sans aucun goût pour le cliché et le mélodrame, Jean Rolin fait entrer le lecteur dans le territoire miséreux mais organisé des squats et de ses habitants. Sans oublier qu'à deux pas, il y a les dealers et les prostituées, africaines ou d'Europe de l'Est. Et un peu plus loin, Lito le vigile et ses interminables problèmes de papier. Tous sont des oubliés de l'Histoire au même titre que le maréchal Ney qui donne son nom au boulevard reliant les deux portes. Ainsi, se côtoient dans La Clôture des personnages d'hier et d'aujourd'hui, comme si Jean Rolin avait décidé que les noms qui baptisent nos rues avaient leur incidence sur nos vies. C'est vrai que dans ce petit champ de massacre, ce Waterloo parisien, Ginka Trifonova, jeune prostituée bulgare, a été retrouvée morte. Un quartier marqué par le destin ? Plus exactement, un quartier à l'image de ce que notre société refoule. --Isabelle Magnien --Ce texte fait référence à l’éditionBroché .