share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'empire de Sultans

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'empire de Sultans

L'empire de Sultans

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'empire de Sultans "

    Présentation de L'empire de Sultans

    Après avoir enquêté sur l'organisation du pouvoir au Maroc (Les élites du Royaume), l'auteur s'intéresse ici à l'univers sacré des sultans, des seigneurs et des hauts dignitaires du Royaume chérifien, depuis le XIXe siècle jusqu'à nos jours. Pour prendre le pouvoir, guerriers et suzerains, théologiens et mystiques, capitalistes et politiques animent des intrigues se déroulant sur la scène de l'Histoire. Qui gagne ? Qui perd ? Qui dépend de qui ? Qui manipule qui ? Vainqueurs et vaincus partagent la même angoisse née de l'incertitude de l'avenir, source de conflits entre les acteurs cherchant à tirer parti de leurs avantages et à minimiser ceux des autres. Beaucoup ont une prédilection pour le despotisme théocratique, hors duquel il n'est ni vérité, ni salut. D'autres, formés aux valeurs universelles, exaltant leur ardeur pour la cause libérale ou socialiste, exhortent au combat pour la démocratie formelle. Mais, très vite, leur espérance tourne au cauchemar, leurs idéologies progressistes deviennent dangereuses. Monographies, portraits, témoignages des principaux acteurs, nourris des archives inédites sur les hommes et les institutions, démontrent que tout le problème, depuis un siècle, de génération en génération, repose sur la lutte pour le pouvoir. Et cette lutte, complexe, incompréhensible, irrationnelle, dépend de la capacité des protagonistes à se conformer aux règles du jeu non écrites du système politique. L'ensemble ne tient que par le fractionnement des groupes constitués, qui génère des compétitions, des rivalités, des tensions, des incohérences et, par conséquent, l'inefficacité des organisations en apparence les plus modernes. Les partis d'opinions se dégradent d'année en année depuis mars 1965, entraînant une défaite historique de la pensée politique et même de la pensée tout court. Jamais échec n'eut de conséquence plus grave. Le processus démocratique ne devait reprendre qu'en mars 1998. L'alternance ? C'est la césure. C'est l'inachèvement qui brise l'illusion de la modernité née de la transition politique. C'est la défiance des citoyens à l'égard de leurs dirigeants qui se reproduisent par héritage ou par cooptation sélective, et qui essaiment dans tous les lieux où s'exerce le pouvoir, sans légitimité politique. Des dynasties technocratiques se fortifient au gré des formations scolaires, des successions patriarcales, des alliances politiques, des croisements, jamais révolus, de lignages sacrés et profanes. Ce sont les vainqueurs de la croisade du bien contre le mal, et inversement, substitut du politique, stratégie de luttes subjectives réservées aux élites, mais toujours en passe de détrôner des idoles et d'en fabriquer de plus efficaces, selon les circonstances. Si cette croisade morale constitue une contrainte extrêmement forte à tout changement, elle procure aux bénéficiaires l'avantage d'exercer le pouvoir, puis le transmettre aux générations suivantes, jusqu'à ce qu'une autre raison politique fasse surgir de nouveaux rapports de force. Ce vieux fond anthropologique, porté sur les structures familiales ou tribales à base politique, se maintient en dépit de tous les mouvements historiques.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 314  pages
    • Dimensions :  2.6cmx15.8cmx23.6cm
    • Poids : 499.0g
    • Editeur :   Riveneuve éditions Paru le
    • ISBN :  2360130080
    • EAN13 :  9782360130085
    • Classe Dewey :  964
    • Langue : Français

    D'autres livres de Ali Benhaddou

    Les élites du royaume

    Pouvoir, richesse et prestige sont concentrés entre les mains d'une minorité de familles dirigeantes. Pour conserver ces privilèges et défendre leur rang, elles se reproduisent à l'identique en utilisant les ressources de la tradition : filiations patriarcales, mariages de convenance et allianc...

    Prix : 300 DH

    Voir tous les livres de Ali Benhaddou

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Présentation de L'empire de Sultans

    Après avoir enquêté sur l'organisation du pouvoir au Maroc (Les élites du Royaume), l'auteur s'intéresse ici à l'univers sacré des sultans, des seigneurs et des hauts dignitaires du Royaume chérifien, depuis le XIXe siècle jusqu'à nos jours. Pour prendre le pouvoir, guerriers et suzerains, théologiens et mystiques, capitalistes et politiques animent des intrigues se déroulant sur la scène de l'Histoire. Qui gagne ? Qui perd ? Qui dépend de qui ? Qui manipule qui ? Vainqueurs et vaincus partagent la même angoisse née de l'incertitude de l'avenir, source de conflits entre les acteurs cherchant à tirer parti de leurs avantages et à minimiser ceux des autres. Beaucoup ont une prédilection pour le despotisme théocratique, hors duquel il n'est ni vérité, ni salut. D'autres, formés aux valeurs universelles, exaltant leur ardeur pour la cause libérale ou socialiste, exhortent au combat pour la démocratie formelle. Mais, très vite, leur espérance tourne au cauchemar, leurs idéologies progressistes deviennent dangereuses. Monographies, portraits, témoignages des principaux acteurs, nourris des archives inédites sur les hommes et les institutions, démontrent que tout le problème, depuis un siècle, de génération en génération, repose sur la lutte pour le pouvoir. Et cette lutte, complexe, incompréhensible, irrationnelle, dépend de la capacité des protagonistes à se conformer aux règles du jeu non écrites du système politique. L'ensemble ne tient que par le fractionnement des groupes constitués, qui génère des compétitions, des rivalités, des tensions, des incohérences et, par conséquent, l'inefficacité des organisations en apparence les plus modernes. Les partis d'opinions se dégradent d'année en année depuis mars 1965, entraînant une défaite historique de la pensée politique et même de la pensée tout court. Jamais échec n'eut de conséquence plus grave. Le processus démocratique ne devait reprendre qu'en mars 1998. L'alternance ? C'est la césure. C'est l'inachèvement qui brise l'illusion de la modernité née de la transition politique. C'est la défiance des citoyens à l'égard de leurs dirigeants qui se reproduisent par héritage ou par cooptation sélective, et qui essaiment dans tous les lieux où s'exerce le pouvoir, sans légitimité politique. Des dynasties technocratiques se fortifient au gré des formations scolaires, des successions patriarcales, des alliances politiques, des croisements, jamais révolus, de lignages sacrés et profanes. Ce sont les vainqueurs de la croisade du bien contre le mal, et inversement, substitut du politique, stratégie de luttes subjectives réservées aux élites, mais toujours en passe de détrôner des idoles et d'en fabriquer de plus efficaces, selon les circonstances. Si cette croisade morale constitue une contrainte extrêmement forte à tout changement, elle procure aux bénéficiaires l'avantage d'exercer le pouvoir, puis le transmettre aux générations suivantes, jusqu'à ce qu'une autre raison politique fasse surgir de nouveaux rapports de force. Ce vieux fond anthropologique, porté sur les structures familiales ou tribales à base politique, se maintient en dépit de tous les mouvements historiques.