share_book
Envoyer cet article par e-mail

Châteaux en Bavière : Le rêve de Louis II

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Châteaux en Bavière : Le rêve de Louis II

Châteaux en Bavière : Le rêve de Louis II

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Châteaux en Bavière : Le rêve de Louis II"

Présentation de Châteaux en Bavière

" Un opéra fabuleux " : la transfiguration poétique de Rimbaud - son contemporain -, Ludwig la réalise dans une scénographie des rêves. Les architectures oniriques de ses châteaux, qu'elles soient composites (Nymphenburg, Hohenschwangau, Neuschwanstein) ou illusionnistes (Herrenchiemsee, reflet de Versailles au-delà du miroir), passent infiniment l'excentricité kitsch - le mot naît en Bavière dès 1870 - à laquelle on réduit trop souvent la figure du roi fol. Son destin est exemplaire d'un mouvement qui parcourt en profondeur la sensibilité européenne au XIXe siècle depuis l'historicisme romantique - Ossian, Walter Scott et leur descendance - jusqu'à la fuite hors d'un monde où " l'action n'est pas la soeur du rêve ", d'une nature " laide " au regard de l'artifice poétique (Baudelaire), vers un Absolu - l'Azur de Mallarmé - qui, seul, satisfait aux aspirations de l'artiste : " nous ne sommes pas au monde, Je est un autre ". Le cygne de Lohengrin symbolise cet élan gracieux et désespéré ; le cygne qui figure aux armoiries des Wittelsbach, qui donne son nom aux deux plus célèbres de ces châteaux, Hohenschwangau et Neuschwanstein qui le surplombe, tout entier consacré au dieu Richard Wagner. L'autre divinité, solaire, est celle de Louis XIV auquel le roi dédie un " temple de la gloire ", Herrenchiemsee, où, en regard de Louis-Apollon, il se fait représenter en Ludwig-Diane, déesse de la nuit, de la magie, des rêves poétiques et virginaux.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 190  pages
  • Dimensions :  2.4cmx22.6cmx32.6cm
  • Poids : 1619.3g
  • Editeur :   Imprimerie Nationale Paru le
  • ISBN :  2743305282
  • EAN13 :  9782743305284
  • Classe Dewey :  728.8
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Châteaux en Bavière

" Un opéra fabuleux " : la transfiguration poétique de Rimbaud - son contemporain -, Ludwig la réalise dans une scénographie des rêves. Les architectures oniriques de ses châteaux, qu'elles soient composites (Nymphenburg, Hohenschwangau, Neuschwanstein) ou illusionnistes (Herrenchiemsee, reflet de Versailles au-delà du miroir), passent infiniment l'excentricité kitsch - le mot naît en Bavière dès 1870 - à laquelle on réduit trop souvent la figure du roi fol. Son destin est exemplaire d'un mouvement qui parcourt en profondeur la sensibilité européenne au XIXe siècle depuis l'historicisme romantique - Ossian, Walter Scott et leur descendance - jusqu'à la fuite hors d'un monde où " l'action n'est pas la sœur du rêve ", d'une nature " laide " au regard de l'artifice poétique (Baudelaire), vers un Absolu - l'Azur de Mallarmé - qui, seul, satisfait aux aspirations de l'artiste : " nous ne sommes pas au monde, Je est un autre ". Le cygne de Lohengrin symbolise cet élan gracieux et désespéré ; le cygne qui figure aux armoiries des Wittelsbach, qui donne son nom aux deux plus célèbres de ces châteaux, Hohenschwangau et Neuschwanstein qui le surplombe, tout entier consacré au dieu Richard Wagner. L'autre divinité, solaire, est celle de Louis XIV auquel le roi dédie un " temple de la gloire ", Herrenchiemsee, où, en regard de Louis-Apollon, il se fait représenter en Ludwig-Diane, déesse de la nuit, de la magie, des rêves poétiques et virginaux.