share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le monde byzantin : Tome 2, L'Empire byzantin 641-1204

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le monde byzantin : Tome 2, L'Empire byzantin 641-1204

Le monde byzantin : Tome 2, L'Empire byzantin 641-1204

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le monde byzantin : Tome 2, L'Empire byzantin 641-1204"

Présentation de Le monde byzantin

Un premier volume avait présenté la fondation de l'Empire byzantin. Cet ouvrage, consacré aux siècles suivants (VIIe-XIIIe s.), est également le fruit du travail d'une équipe associant des spécialistes des principales disciplines, seuls capables de prendre en compte les changements historiographiques. L'époque médiévale voit la transformation de ce vaste Empire multiethnique, presque abattu par les invasions slaves et surtout arabo-musulmanes, en un Etat recentré sur la population grecque, même s'il est encore accueillant aux minorités slave et arménienne et s'il n'a pas perdu toutes ses attaches italiennes. Les souverains byzantins opèrent un spectaculaire redressement qui fait de Byzance la plus grande puissance chrétienne des Xe-XIe siècles, avant d'être débordée par un nouvel adversaire venu des steppes d'Orient, les Turcs. La faculté d'adaptation de l'Empire contredit l'image d'une société conservatrice et immuable que les Byzantins ont eux-mêmes léguée, prétendant que leurs innovations n'étaient qu'un retour aux vraies traditions. Les institutions, les hiérarchies, les armées ont été plus d'une fois modifiées pour faire face aux nouvelles menaces ou assurer l'expansion. Même le pouvoir impérial s'est transformé en un système familial et dynastique porté à son point de perfection par les Comnènes. Mais l'Empire a trouvé son identité dans le christianisme orthodoxe, qui se construit, après le refus de l'iconoclasme, sur une dévotion aux images inspirant un art religieux spécifique. L'Eglise byzantine s'éloigne de l'Eglise de Rome dont elle refuse la prééminence disciplinaire, mais étend sa sphère d'influence vers des Eglises-filles, en Bulgarie ou en Russie. Lors de cette période, la culture byzantine se réapproprie les lettres helléniques païennes et se persuade de sa supériorité. La puissance militaire et économique des Latins, aboutissant à la prise de Constantinople en 1204, pousse les Byzantins vers un repli identitaire qui conduira à la création d'un " Etat-nation " à l'époque suivante.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 544  pages
  • Dimensions :  3.2cmx14.8cmx21.2cm
  • Poids : 798.3g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Nouvelle clio
  • ISBN :  2130520073
  • EAN13 :  9782130520078
  • Classe Dewey :  949.502
  • Langue : Français

D'autres livres de  Jean-Michel Spieser

Le monde byzantin. Tome 3

1204 : prise de Constantinople par les Croisés; 1453 par les Turcs. Entre ces deux grandes dates, le troisième et dernier volume du Monde byzantin retrace le crépuscule de l'empire grec, de son poste avancé, Trébizonde et de ses voisins serbes, bulgares ainsi que des « Latins » installés ...

Le Monde byzantin, tome 1 : L'Empire romain d'Orient, 330-641

Le concept de néant et de négation de la volonté est présent dans toutes les phases de la réflexion de Schopenhauer ayant précédé la publication du "Monde". Peu après Schopenhauer donnera une forme littéraire à ce thème. Avant tout l'acte de négation de la volonté est vu comme [.......

Le Christ dans l'art : Des catacombes au XXe siècle

Quel visage plus peint, dessiné, gravé, sculpté que celui du Christ ? Religion de l'incarnation, religion portée par les moments de la "scénographie" évangélique, religion de l'adoration en esprit et dans un corps, le christianisme a développé sa méditation au contact même de la face du ...

Voir tous les livres de  Jean-Michel Spieser

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Le monde byzantin

Un premier volume avait présenté la fondation de l'Empire byzantin. Cet ouvrage, consacré aux siècles suivants (VIIe-XIIIe s.), est également le fruit du travail d'une équipe associant des spécialistes des principales disciplines, seuls capables de prendre en compte les changements historiographiques. L'époque médiévale voit la transformation de ce vaste Empire multiethnique, presque abattu par les invasions slaves et surtout arabo-musulmanes, en un Etat recentré sur la population grecque, même s'il est encore accueillant aux minorités slave et arménienne et s'il n'a pas perdu toutes ses attaches italiennes. Les souverains byzantins opèrent un spectaculaire redressement qui fait de Byzance la plus grande puissance chrétienne des Xe-XIe siècles, avant d'être débordée par un nouvel adversaire venu des steppes d'Orient, les Turcs. La faculté d'adaptation de l'Empire contredit l'image d'une société conservatrice et immuable que les Byzantins ont eux-mêmes léguée, prétendant que leurs innovations n'étaient qu'un retour aux vraies traditions. Les institutions, les hiérarchies, les armées ont été plus d'une fois modifiées pour faire face aux nouvelles menaces ou assurer l'expansion. Même le pouvoir impérial s'est transformé en un système familial et dynastique porté à son point de perfection par les Comnènes. Mais l'Empire a trouvé son identité dans le christianisme orthodoxe, qui se construit, après le refus de l'iconoclasme, sur une dévotion aux images inspirant un art religieux spécifique. L'Eglise byzantine s'éloigne de l'Eglise de Rome dont elle refuse la prééminence disciplinaire, mais étend sa sphère d'influence vers des Eglises-filles, en Bulgarie ou en Russie. Lors de cette période, la culture byzantine se réapproprie les lettres helléniques païennes et se persuade de sa supériorité. La puissance militaire et économique des Latins, aboutissant à la prise de Constantinople en 1204, pousse les Byzantins vers un repli identitaire qui conduira à la création d'un " Etat-nation " à l'époque suivante.