share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Etat inachevé : La question du droit dans les pays arabes

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Etat inachevé : La question du droit dans les pays arabes

L'Etat inachevé : La question du droit dans les pays arabes

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'Etat inachevé : La question du droit dans les pays arabes"

    Présentation de L'Etat inachevé

    Le rapport au droit est le grand impensé des sociétés arabo-musulmanes. Non qu'elles ignorent ledroit, bien au contraire : ce sont les sociétés les plus juridicisées qui soient. Mais celui qu'ellesrespectent n'est en rien une instance autonome, séparée et distincte d'autres instances : il n'estperçu qu'à travers la religion, sous la forme de la charia, réceptacle de la foi, de la morale, desmoeurs et du droit. L'islam entretient un rapport très particulier au temps qui situe son avenir dans le passé, où un modèle idéal est censé s'être réalisé au cours de la période prophétique. Le dogme d'un Coran incréé exclut toute historicisation : la loi est valable en tout temps et en tout lieu, l'oeuvre des jurisconsultes se bornant à découvrir dans le Texte la norme qu'ils énoncent. Parce que la théologie rationnelle a très tôt été supplantée par un courant anticolonialiste, la raison autonome et législatrice s'est effacée au profit d'une raison instrumentale dédiée à la seule compréhension du Texte. L'idée de nation ne s'est pas non plus acclimatée. Manquent dès lors à l'appel les fondements mêmes de la démocratie, le contrat social et ses corollaires, la liberté adjointe à l'égalité. En se mettant à l'abri des évolutions, les sociétés arabes se sont empêchées de construire l'État de droit et d'instaurer la démocratie. C'est en cela que leur État reste inachevé. Sa construction dépendra en grande partie de leur capacité à clarifier leur rapport à la modernité et à redéfinir le statut de leur passé. Sans doute est-ce là le véritable enjeu des révolutions arabes de 2011.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 358  pages
    • Dimensions :  3.2cmx14.0cmx22.4cm
    • Poids : 399.2g
    • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
    • Collection : Bibliothèque des Sciences Humaines
    • ISBN :  2070134334
    • EAN13 :  9782070134335
    • Classe Dewey :  844
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Présentation de L'Etat inachevé

    Le rapport au droit est le grand impensé des sociétés arabo-musulmanes. Non qu’elles ignorent ledroit, bien au contraire : ce sont les sociétés les plus juridicisées qui soient. Mais celui qu’ellesrespectent n’est en rien une instance autonome, séparée et distincte d’autres instances : il n’estperçu qu’à travers la religion, sous la forme de la charia, réceptacle de la foi, de la morale, desmoeurs et du droit. L’islam entretient un rapport très particulier au temps qui situe son avenir dans le passé, où un modèle idéal est censé s’être réalisé au cours de la période prophétique. Le dogme d’un Coran incréé exclut toute historicisation : la loi est valable en tout temps et en tout lieu, l’oeuvre des jurisconsultes se bornant à découvrir dans le Texte la norme qu’ils énoncent. Parce que la théologie rationnelle a très tôt été supplantée par un courant anticolonialiste, la raison autonome et législatrice s’est effacée au profit d’une raison instrumentale dédiée à la seule compréhension du Texte. L’idée de nation ne s’est pas non plus acclimatée. Manquent dès lors à l’appel les fondements mêmes de la démocratie, le contrat social et ses corollaires, la liberté adjointe à l’égalité. En se mettant à l’abri des évolutions, les sociétés arabes se sont empêchées de construire l’État de droit et d’instaurer la démocratie. C’est en cela que leur État reste inachevé. Sa construction dépendra en grande partie de leur capacité à clarifier leur rapport à la modernité et à redéfinir le statut de leur passé. Sans doute est-ce là le véritable enjeu des révolutions arabes de 2011.