share_book
Envoyer cet article par e-mail

Respect : De la dignité de l'homme dans un monde d'inégalité

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Respect : De la dignité de l'homme dans un monde d'inégalité

Respect : De la dignité de l'homme dans un monde d'inégalité

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Respect : De la dignité de l'homme dans un monde d'inégalité"

Présentation de Respect

Respect s'inscrit dans la lignée du Travail sans qualités. À l'analyse de la perte de repères dans un monde marqué par la flexibilité répond ici une réflexion sur la construction de l'identité fondée sur la notion de respect. À quelles conditions le respect, à commencer par le respect de soi, peut-il subsister dans une société fondée sur l'égalité des chances mais où les inégalités s'accroissent ? Tout en multipliant les exemples empruntés à l'urbanisme ou à l'univers du travail, Richard Sennett n'hésite pas à délaisser les voies classiques de la sociologie en cherchant des réponses dans ses propres souvenirs et en s'interrogeant sur ses réactions par rapport à ceux que sa réussite sociale a laissés derrière lui. Ainsi cerne-t-il trois facteurs qui sapent le respect : l'inégalité des talents, la dépendance des adultes et les formes dégradantes de compassion. Il montre notamment que les politiques de l'État providence ont échoué parce qu'elles ont administré des aides en perpétuant une culture du mépris envers les plus déshérités - une « culture d'assisté ». Face à ce constat, Richard Sennett réintroduit une notion que l'on croyait obsolète : le respect mutuel. Pour y parvenir, la contrainte est triple. Il faut encourager le respect de soi par-delà les inégalités sociales en réintroduisant dans le travail salarié les qualités propres au travail artisanal ; imaginer une culture de la réussite où la haute idée que l'on a de soi-même n'aurait pas pour contrepartie obligée le mépris des subordonnés ; et renoncer à la politique sociale du « protocole compassionnel » afin de forger de véritables liens, qui ne soient ni d'assistance ni de dépendance, mais de réciprocité. Les conclusions de Richard Sennett possèdent une dimension politique, au sens fort du terme. La « méritocratie humaniste » qu'il prône fera grincer des dents parce qu'il accepte les inégalités tout en estimant que seul un désir d'égalité peut rendre celles-ci non seulement supportables mais utiles : l'inégalité sans désir d'égalité est génératrice de sentiment de dépendance et de honte ; accompagnée d'un désir d'égalité, elle engendre le respect partagé. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 298  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.2cmx17.4cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Hachette Pluriel Editions Paru le
  • Collection : Pluriel
  • ISBN :  2818501571
  • EAN13 :  9782818501573
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Richard Sennett

La culture du nouveau capitalisme

Poursuivant son analyse des métamorphoses du capitalisme,Richard Sennett se penche, dans ce nouvel essai, sur l'évolution des institutions, des compétences et des formes de consommation par rapport aux aspirations libertaires des années soixante. A l'éclatement des bureaucraties et des [.......

La conscience de l'oeil

Ce livre est consacré à un problème très contemporain: le manque d'échanges et d'interaction sociale entre les divers fragments qui composent la mosaïque urbaine. Le Paris d'aujourd'hui est une ville qui doit concilier le local et le global, elle est marquée par une grande diversité [.......

Le Travail sans qualités

Quand un Anglais découvre le travailleur jetable Absence de confiance, crainte de l'échec, flexibilité : Richard Sennett, un sociologue londonien, a enquêté sur le malaise des salariés. Des ravages du capitalisme flexible. Tel aurait pu être le sous-titre du livre de Richard Sennett qui ...

Voir tous les livres de Richard Sennett

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Présentation de Respect

Respect s’inscrit dans la lignée du Travail sans qualités. À l’analyse de la perte de repères dans un monde marqué par la flexibilité répond ici une réflexion sur la construction de l’identité fondée sur la notion de respect. À quelles conditions le respect, à commencer par le respect de soi, peut-il subsister dans une société fondée sur l’égalité des chances mais où les inégalités s’accroissent ? Tout en multipliant les exemples empruntés à l’urbanisme ou à l’univers du travail, Richard Sennett n’hésite pas à délaisser les voies classiques de la sociologie en cherchant des réponses dans ses propres souvenirs et en s’interrogeant sur ses réactions par rapport à ceux que sa réussite sociale a laissés derrière lui. Ainsi cerne-t-il trois facteurs qui sapent le respect : l’inégalité des talents, la dépendance des adultes et les formes dégradantes de compassion. Il montre notamment que les politiques de l’État providence ont échoué parce qu’elles ont administré des aides en perpétuant une culture du mépris envers les plus déshérités - une « culture d’assisté ». Face à ce constat, Richard Sennett réintroduit une notion que l’on croyait obsolète : le respect mutuel. Pour y parvenir, la contrainte est triple. Il faut encourager le respect de soi par-delà les inégalités sociales en réintroduisant dans le travail salarié les qualités propres au travail artisanal ; imaginer une culture de la réussite où la haute idée que l’on a de soi-même n’aurait pas pour contrepartie obligée le mépris des subordonnés ; et renoncer à la politique sociale du « protocole compassionnel » afin de forger de véritables liens, qui ne soient ni d’assistance ni de dépendance, mais de réciprocité. Les conclusions de Richard Sennett possèdent une dimension politique, au sens fort du terme. La « méritocratie humaniste » qu’il prône fera grincer des dents parce qu’il accepte les inégalités tout en estimant que seul un désir d’égalité peut rendre celles-ci non seulement supportables mais utiles : l’inégalité sans désir d’égalité est génératrice de sentiment de dépendance et de honte ; accompagnée d’un désir d’égalité, elle engendre le respect partagé. --Ce texte fait référence à l'éditionBroché .