share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Crise commence où finit le langage

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Crise commence où finit le langage

La Crise commence où finit le langage

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Crise commence où finit le langage"

Présentation de La Crise commence où finit le langage

A travers La Crise commence où finit le langage, Eric Chauvier tente de saisir les raisons de l essor de la « crise » qui, plus qu un mal de notre temps, apparaît comme le nouveau mode de désignation de la catastrophe auquel sembleraient vouées l Histoire et l espèce humaine. Loin de consentir à un tel fatalisme, l auteur entreprend de mettre à jour ce qui se cache derrière le mot « crise » dans la mesure où ce terme semble avant tout être agité comme un paravent voué à décourager toute tentative de compréhension du phénomène qu il recouvre. Prenant à rebours la logique médiatique qui appréhende le phénomène à « un degré hollywoodien », Eric Chauvier choisit, à partir d une focale microsociologique, de soutirer d un fait banal de la vie quotidienne l élément révélateur du fonctionnement d un système. Ainsi, à partir d une conversation téléphonique, qui le met en relation avec une téléopératrice désirant lui vanter les qualités d un produit financier, l auteur nous démontre en quoi cette situation d interaction élémentaire s avère révélatrice d un rapport social né d un processus de délitement du langage. L existence d un tel environnement est, selon lui, rendue possible par l incapacité à « l appréhender et le nommer ». C est en substituant, en lieu et place de l échange et de l interaction sociale, la puissance de l indicible et de l innommable, que la « crise » s accommode, à des fins utilitaristes, de la ruine du langage. Car la « crise » est précisément ce qui relève d un vide : en l occurrence le vide de sens et de représentation, remplacé par la « technique oratoire de l urgence ». La « crise » n est donc pas ce mal « invisible » qui plane, comme une épée de Damoclès, au-dessus de chacune de nos têtes. Elle est bien plutôt ce qui vient s ancrer subrepticement au c ur même des relations quotidiennes, de ce « vécu » qui parvient à rendre « supportable » à tous ce qui est « insupportable » à chacun. Il s agirait d un doux euphémisme que de vouloir circonscrire cette « crise » à un mal d ordre financier. Prenant ses racines dans le langage, c est à une crise de la culture que nous sommes confrontés. En affirmant que l « accès à la raison anthropologique de la crise n est pas la chasse gardée d une élite de spécialistes », Eric Chauvier contribue, par l intermédiaire de cet ouvrage, à alerter ses contemporains sur la nécessité impérieuse de se réapproprier le langage.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 48  pages
  • Dimensions :  0.6cmx8.6cmx13.8cm
  • Poids : 40.8g
  • Editeur :   Allia Paru le
  • Collection : TRES PETITE COL
  • ISBN :  2844853218
  • EAN13 :  9782844853219
  • Classe Dewey :  300
  • Langue : Français

D'autres livres de Eric Chauvier

Anthropologie de l'ordinaire

Éric Chauvier se démarque radicalement des canons académiques de l'anthropologie. A l'opposé de la fabrication d'un monde-objet déconnecté des aspérités du réel, s'appuyant sur Wittgenstein et Merleau-Ponty, il recentre dans cet essai vivifiant l'ambition anthropologique autour de [....]...

Contre Télérama

Interpelé par un article sur la mocheté de la banlieue paru dans un hebdomadaire de la capitale , en l'occurrence Télérama, Eric Chauvier dresse un tableau de la réalité quotidienne des zones périurbaines contemporaines. Sous la forme d'un carnet de notes à mi-chemin entre l'écrit [....]...

Anthropologie

A mi-chemin du récit et de l'enquête de terrain, Anthropologie propose une investigation en creux, née de l'impression suscitée par le regard d'une jeune Rom qui s'adonne à la mendicité devant un centre commercial. Troublé par ce visage, qui éveille en lui toutes sortes d'interrogations, l'a...

Que du bonheur

« C est que du bonheur », une phrase en apparence anodine, mais qui vient ponctuer, telle une grinçante ritournelle, l ouvrage d Eric Chauvier. Cinq mots, inéluctablement associés au souvenir d une ex-petite amie, le cas X, qui vit de relations sociales superficielles et se contente de satisfac...

Voir tous les livres de Eric Chauvier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La Crise commence où finit le langage

A travers La Crise commence où finit le langage, Eric Chauvier tente de saisir les raisons de l essor de la « crise » qui, plus qu un mal de notre temps, apparaît comme le nouveau mode de désignation de la catastrophe auquel sembleraient vouées l Histoire et l espèce humaine. Loin de consentir à un tel fatalisme, l auteur entreprend de mettre à jour ce qui se cache derrière le mot « crise » dans la mesure où ce terme semble avant tout être agité comme un paravent voué à décourager toute tentative de compréhension du phénomène qu il recouvre. Prenant à rebours la logique médiatique qui appréhende le phénomène à « un degré hollywoodien », Eric Chauvier choisit, à partir d une focale microsociologique, de soutirer d un fait banal de la vie quotidienne l élément révélateur du fonctionnement d un système. Ainsi, à partir d une conversation téléphonique, qui le met en relation avec une téléopératrice désirant lui vanter les qualités d un produit financier, l auteur nous démontre en quoi cette situation d interaction élémentaire s avère révélatrice d un rapport social né d un processus de délitement du langage. L existence d un tel environnement est, selon lui, rendue possible par l incapacité à « l appréhender et le nommer ». C est en substituant, en lieu et place de l échange et de l interaction sociale, la puissance de l indicible et de l innommable, que la « crise » s accommode, à des fins utilitaristes, de la ruine du langage. Car la « crise » est précisément ce qui relève d un vide : en l occurrence le vide de sens et de représentation, remplacé par la « technique oratoire de l urgence ». La « crise » n est donc pas ce mal « invisible » qui plane, comme une épée de Damoclès, au-dessus de chacune de nos têtes. Elle est bien plutôt ce qui vient s ancrer subrepticement au c ur même des relations quotidiennes, de ce « vécu » qui parvient à rendre « supportable » à tous ce qui est « insupportable » à chacun. Il s agirait d un doux euphémisme que de vouloir circonscrire cette « crise » à un mal d ordre financier. Prenant ses racines dans le langage, c est à une crise de la culture que nous sommes confrontés. En affirmant que l « accès à la raison anthropologique de la crise n est pas la chasse gardée d une élite de spécialistes », Eric Chauvier contribue, par l intermédiaire de cet ouvrage, à alerter ses contemporains sur la nécessité impérieuse de se réapproprier le langage.