share_book
Envoyer cet article par e-mail

Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle

Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle"

Présentation de Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle

Au XVIIIe siècle, L'oralité triomphe ; la voix et son timbre sont les moyens privilégiés de la population pour être au monde. La rue, les salons résonnent des conversations, badinages, disputes, annonces royales sur jeu de trompettes, paroles du pouvoir et de L'Église, chansons à un sol, musiques jouées à tout va. Ils contiennent aussi tes cris, les gémissements, les voix du désarroi, de la folie, celles qui s'échappent des immeubles, des prisons et des hôpitaux. La société populaire est un immense champ sonore et vocal. Toutes ces voix se sont enfuies à jamais pourtant elles sont la matrice de communautés n'ayant guère accès à l'écrit. Arlette Farge les recherche à travers les archives dans lesquelles ont été notés parfois les timbres de voix et les intonations des uns et des autres. Elle trace une ligne fragile, aux confins de la linguistique et de la musique, et parvient à nous faire entendre " ces voix démultipliées sans lesquelles nous ne sommes rien ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 311  pages
  • Dimensions :  3.2cmx14.4cmx19.2cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Bayard Jeunesse Paru le
  • Collection : HISTOIRE
  • ISBN :  2227477962
  • EAN13 :  9782227477964
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de Arlette Farge

Le goût de l'archive

Dans ce petit livre, considéré comme un classique par les historiens, Arlette Farge nous raconte sa passion des archives, et nous décrit à merveille, non sans humour et ironie, l'ambiance si particulière des bibliothèques et des salles d'archives, qui sont le lot quotidien des historiens. [...

Un ruban et des larmes : Un procès en adultère au XVIIIe siècle

1779. Chose peu fréquente au XVIIIe siècle un ferblantier parisien fait un procès à sa femme pour adultère. Les pièces de l'accusation dénoncent chez l'épouse des pratiques et des faits qui n'appartiennent pas à son monde. Alors qu'on est en milieu populaire, les témoignages dépeignent l'...

Les mots pour résister : Voyage de notre vocabulaire politique de la Résistance à aujourd'hui

Face à l'occupation allemande et au gouvernement de Vichy, les tracts et les papillons de la Résistance font choc. Mobilisés par nombre d'événements traumatiques, certains Français partiront aussi sur l'appel de ces mots. À relire les lexies de cette époque, les manifestes politiques mais au...

Voir tous les livres de Arlette Farge

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle

Au XVIIIe siècle, L'oralité triomphe ; la voix et son timbre sont les moyens privilégiés de la population pour être au monde. La rue, les salons résonnent des conversations, badinages, disputes, annonces royales sur jeu de trompettes, paroles du pouvoir et de L'Église, chansons à un sol, musiques jouées à tout va. Ils contiennent aussi tes cris, les gémissements, les voix du désarroi, de la folie, celles qui s'échappent des immeubles, des prisons et des hôpitaux. La société populaire est un immense champ sonore et vocal. Toutes ces voix se sont enfuies à jamais pourtant elles sont la matrice de communautés n'ayant guère accès à l'écrit. Arlette Farge les recherche à travers les archives dans lesquelles ont été notés parfois les timbres de voix et les intonations des uns et des autres. Elle trace une ligne fragile, aux confins de la linguistique et de la musique, et parvient à nous faire entendre " ces voix démultipliées sans lesquelles nous ne sommes rien ".