share_book
Envoyer cet article par e-mail

Economie de l'hypermatériel et psychopouvoir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Economie de l'hypermatériel et psychopouvoir

Economie de l'hypermatériel et psychopouvoir

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Economie de l'hypermatériel et psychopouvoir"

Présentation de Economie de l'hypermatériel et psychopouvoir

Aujourd'hui nous vivons un nouveau stade de la longue histoire de l'évolution technique de l'humanité : le stade du capitalisme hyperindustriel. Depuis le XXe siècle, l'homme n'a cessé de vivre les bouleversements des conditions de la temporalité, c'est-à-dire aussi bien de son individuation. Ce nouveau stade induit déjà une profonde transformation de nos existences. Loin de disparaître, l'industrialisation se poursuit et se renforce, elle investit de nouveaux champs, invisibles, qui vont des nanostructures jusqu'aux fondements neurologiques de l'insconscient, en passant par les biotechnologies : les champs de l'hypermatériel, où la matière est toujours déjà une forme (comme au niveau quantique), où la forme est toujours déjà une information (c'est-à-dire un état transitoire de matière produit par un matériel) et où l'" immatériel " apparaît pour ce qu'il est : une fable qui enfume les esprits. Bernard Stiegler formule à nouveaux frais les enjeux des technologies culturelles et cognitives, mais aussi des biotechnologies et des nanotechnologies. Elles ne vont pas sans péril pour l'humanité, pour le " devenir non inhumain " de l'espèce humaine, comme il l'écrit. Demain, l'homme sera-t-il désemparé de lui-même, de sa conscience et de sa libido, ou saura-t-il exister avec les technologies de l'hypermatériel ? S'il se laisse subsumer, s'il laisse son désir être capté par les puissantes machines et réseaux qui cherchent déjà à instaurer un psychopouvoir, l'une des conséquences pourrait bien être l'auto-destruction du capitalisme, déjà bien engagé sur cette pente. Bernard Stiegler n'est pas un technophobe. Il n'en est que plus autorisé à nous alerter.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 130  pages
  • Dimensions :  1.6cmx13.0cmx20.0cm
  • Poids : 81.6g
  • Editeur :   Mille Et Une Nuits Paru le
  • ISBN :  284205945X
  • EAN13 :  9782842059453
  • Classe Dewey :  302.5
  • Langue : Français

D'autres livres de  Philippe Petit

La boîte à outils de l'Acheteur

Un bon achat s'appuie sur la mise en oeuvre de pratiques adaptées à chacune des étapes du processus Achats. Ce livre présente 60 outils regroupés en 11 dossiers correspondant à ces étapes, c'est à dire les différentes phases permettant d'anticiper, de réaliser, puis de suivre les achats d'...

Prix : 256 DH
Cybermonde, la politique du pire

Ce premier ouvrage critique sur les conséquences de la «déferlante virtuelle» fait désormais figure de référence. Paul Virilio est l'une des rares sentinelles à oser dénoncer les dangers d'Internet. S'insurgeant contre le fantasme de la démocratie virtuelle, il lance ici un véritable [...

Toute la fonction Management

Les compétences techniques sont le socle de la fonction d'un manager. Certes elles sont indispensables  mais non suffisantes aujourd'hui pour exercer son rôle avec aisance et réussir dans sa fonction.C'est la maîtrise par le manager des compétences transversales qui va faire la différence ...

Toute la fonction Management

Les compétences techniques sont le socle de la fonction d'un manager. Certes elles sont indispensables  mais non suffisantes aujourd'hui pour exercer son rôle avec aisance et réussir dans sa fonction.C'est la maîtrise par le manager des compétences transversales qui va faire la différence ...

Voir tous les livres de  Philippe Petit

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Economie de l'hypermatériel et psychopouvoir

Aujourd'hui nous vivons un nouveau stade de la longue histoire de l'évolution technique de l'humanité : le stade du capitalisme hyperindustriel. Depuis le XXe siècle, l'homme n'a cessé de vivre les bouleversements des conditions de la temporalité, c'est-à-dire aussi bien de son individuation. Ce nouveau stade induit déjà une profonde transformation de nos existences. Loin de disparaître, l'industrialisation se poursuit et se renforce, elle investit de nouveaux champs, invisibles, qui vont des nanostructures jusqu'aux fondements neurologiques de l'insconscient, en passant par les biotechnologies : les champs de l'hypermatériel, où la matière est toujours déjà une forme (comme au niveau quantique), où la forme est toujours déjà une information (c'est-à-dire un état transitoire de matière produit par un matériel) et où l'" immatériel " apparaît pour ce qu'il est : une fable qui enfume les esprits. Bernard Stiegler formule à nouveaux frais les enjeux des technologies culturelles et cognitives, mais aussi des biotechnologies et des nanotechnologies. Elles ne vont pas sans péril pour l'humanité, pour le " devenir non inhumain " de l'espèce humaine, comme il l'écrit. Demain, l'homme sera-t-il désemparé de lui-même, de sa conscience et de sa libido, ou saura-t-il exister avec les technologies de l'hypermatériel ? S'il se laisse subsumer, s'il laisse son désir être capté par les puissantes machines et réseaux qui cherchent déjà à instaurer un psychopouvoir, l'une des conséquences pourrait bien être l'auto-destruction du capitalisme, déjà bien engagé sur cette pente. Bernard Stiegler n'est pas un technophobe. Il n'en est que plus autorisé à nous alerter.