share_book
Envoyer cet article par e-mail

De la pornographie en Amérique: La liberté d'expression à l'âge de la démocratie délibérative

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
De la pornographie en Amérique: La liberté d'expression à l'âge de la démocratie délibérative

De la pornographie en Amérique: La liberté d'expression à l'âge de la démocratie délibérative

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "De la pornographie en Amérique: La liberté d'expression à..."

Présentation de De la pornographie en Amérique

Existe-t-il un pays où l’on peut tout dire sans encourir de sanctions judiciaires ? Pour nous Européens, les États-Unis apparaissent comme cette terre promise où chacun est libre de s’exprimer sans entraves. Pourtant, en dépit de la puissance qu’y a acquise la liberté d’expression, on ne peut pas tout dire outre-Atlantique. Certes, dans le domaine des opinions politiques ou des questions dites d’intérêt général, les Américains se montrent les dignes héritiers des Lumières. Mais quand il s’agit de messages à contenu sexuel, ils se révèlent bien plus répressifs que les Européens : comment expliquer autrement qu’on puisse brûler la bannière étoilée mais qu’il soit interdit de prononcer le mot « fuck » à la télévision pendant les heures de grande écoute ? À travers une analyse passionnante des arrêts de la Cour suprême, Marcela Iacub explique avec brio ce double phénomène de libéralisation absolue de la parole politique et de répression des messages à contenu sexuel. Elle montre que l’exclusion de ces derniers du débat démocratique, loin d’être un problème marginal, risque de mettre en péril l’édifice de cette précieuse liberté, car elle implique une redéfinition de ce que parler veut dire. En d’autres termes, le sort réservé à la pornographie engage moins la protection des mineurs ou des femmes que l’idée même que nos démocraties se font de la parole, et donc de l’étendue comme de la puissance du débat public.Juriste et chercheur au CNRS, Marcela Iacub a notamment publié chez Fayard L’Empire du ventre (2004) et Par le trou de la serrure (2008).

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300  pages
  • Dimensions :  3.0cmx15.6cmx23.0cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Histoire de la Pensée
  • ISBN :  2213644373
  • EAN13 :  9782213644370
  • Classe Dewey :  342.730 85
  • Langue : Français

D'autres livres de Marcela Iacub

Confessions d'une mangeuse de viande

« Il y a quelques mois, un événement tragique a complètement transformé l’idée que je me faisais de mon passé. Depuis, je sais que la seule chose digne d’intérêt qui me soit arrivée, c’est le fait d’avoir mangé de la viande. »Marcela Iacub est directrice de recherches au CNRS,...

Le crime était presque sexuel

Dans ce livre, la juriste M. Iacub présente, en les rassemblant, ses divers articles portant sur la régulation du comportement sexuel dans le droit contemporain français et les lois bioéthiques de 1994. Ces essais de casuistique juridique sont regroupés en trois parties, portant [....]...

Juger la vie

Les choix médicaux en matière de procréation. L'histoire des biotechnologies appliquées à la procréation est une succession inextricable de conquêtes techniques et d'innovations morales. Dans ce sens, l'on peut affirmer que les interventions médicales sur la procréation ont été concomitan...

Voir tous les livres de Marcela Iacub

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de De la pornographie en Amérique

Existe-t-il un pays où l’on peut tout dire sans encourir de sanctions judiciaires ? Pour nous Européens, les États-Unis apparaissent comme cette terre promise où chacun est libre de s’exprimer sans entraves. Pourtant, en dépit de la puissance qu’y a acquise la liberté d’expression, on ne peut pas tout dire outre-Atlantique. Certes, dans le domaine des opinions politiques ou des questions dites d’intérêt général, les Américains se montrent les dignes héritiers des Lumières. Mais quand il s’agit de messages à contenu sexuel, ils se révèlent bien plus répressifs que les Européens : comment expliquer autrement qu’on puisse brûler la bannière étoilée mais qu’il soit interdit de prononcer le mot « fuck » à la télévision pendant les heures de grande écoute ? À travers une analyse passionnante des arrêts de la Cour suprême, Marcela Iacub explique avec brio ce double phénomène de libéralisation absolue de la parole politique et de répression des messages à contenu sexuel. Elle montre que l’exclusion de ces derniers du débat démocratique, loin d’être un problème marginal, risque de mettre en péril l’édifice de cette précieuse liberté, car elle implique une redéfinition de ce que parler veut dire. En d’autres termes, le sort réservé à la pornographie engage moins la protection des mineurs ou des femmes que l’idée même que nos démocraties se font de la parole, et donc de l’étendue comme de la puissance du débat public.Juriste et chercheur au CNRS, Marcela Iacub a notamment publié chez Fayard L’Empire du ventre (2004) et Par le trou de la serrure (2008).