share_book
Envoyer cet article par e-mail

Manger la chair : Traité sur les animaux

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Manger la chair : Traité sur les animaux

Manger la chair : Traité sur les animaux

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Manger la chair : Traité sur les animaux"

Présentation de Manger la chair

S'il est loisible de manger la chair et De la raison des animaux sont deux textes qui font partie de l'oeuvre morale de Plutarque. L'un et l'autre traitent différemment de l'animalité. Comment l'homme doit-il se comporter envers les animaux ? Et surtout dans quelle mesure l'homme diffère-il des animaux ? En réalité, c'est une réflexion sur les rapports entre l'âme et le corps, qui se joue ici. L'âme, le corps, la nature entretiennent une relation complexe, réglé par un ordre du monde. Pour Plutarque les animaux ont une âme, une raison même. Il ira jusqu'à dire que la raison des animaux est plus proche de la nature que la raison humaine. A l'époque de Plutarque, dans les milieux stoïciens, on s'interrogeait déjà sur le discours ou le langage des animaux. Bien qu'ils n'aient pas d'intellect à proprement parler, qui leur permette d'élaborer des jugements, les animaux éprouvent des émotions qu'ils peuvent exprimer au moyen d'une langue qui leur est propre. Selon Plutarque, il y aurait deux raisons pour ne pas manger la chair des animaux. La première concerne leur statut d'être animé dans le monde vivant ou dans l'ordre naturel du monde. Pour manger de la viande il faut mettre à mort une âme vivante. Dans l'ordre du monde auquel se réfère constamment Plutarque, cette pratique, cette tuerie est contre nature. La seconde raison concerne la nature de l'âme humaine. Selon Plutarque, pour être en accord avec sa propre nature, l'âme doit se libérer du corps, se détacher des liens sensibles qui la ramène aux inconstances de son propre corps. Et manger de la viande ne peut qu'alourdir l'âme. Se nourrir de viande, c'est renforcer le corps, le rendre plus puissant, plus présent, jusqu'à finalement le laisser diriger lui-même les mouvements de son âme.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 73  pages
  • Dimensions :  1.0cmx11.0cmx16.2cm
  • Poids : 18.1g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages poche
  • ISBN :  2743610190
  • EAN13 :  9782743610197
  • Classe Dewey :  184
  • Langue : Français

D'autres livres de Plutarque

Conseils aux politiques pour bien gouverner

Pour Plutarque, le grand moraliste de l'Antiquité, la philosophie et la politique sont liées : si la philosophie est une vision de la vie, la politique en est la réalisation. Ce traité, adressé à un jeune ami promis à une brillante carrière d'homme d'État, se présente comme une série [...

Comment tirer profit de ses ennemis

" Il faut toujours avoir la bouche pleine de sucre pour confire les paroles car les ennemis y prennent goût ", écrivait Bahasar Gracian. Tel semble être le credo de Plutarque dans son traité sur La manière de distinguer le flatteur d'avec l'ami. Pourtant, si les vieilles routines de la flatteri...

La Sérénité intérieure

La Sérénité intérieure rassemble les considérations morales sur la tranquillité de l'âme que Plutarque envoie à Paccius, sénateur romain. Le ton, familier et immédiat, est celui de la correspondance, tandis que profonde et rationnelle est la quête d'un parfait équilibre qui sait [.......

Dialogue sur l'amour

Isménodore, belle et riche veuve, s'est éprise du très convoité Bacchon, son cadet de plusieurs années. L'indignation est grande, notamment parmi les amoureux de Bacchon qui pointent tout autant la différence d'âge du couple que l'amour d'un homme pour une femme. Le mariage semble [....]...

Voir tous les livres de Plutarque

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Manger la chair

S’il est loisible de manger la chair et De la raison des animaux sont deux textes qui font partie de l’œuvre morale de Plutarque. L’un et l’autre traitent différemment de l’animalité. Comment l’homme doit-il se comporter envers les animaux ? Et surtout dans quelle mesure l’homme diffère-il des animaux ? En réalité, c’est une réflexion sur les rapports entre l’âme et le corps, qui se joue ici. L’âme, le corps, la nature entretiennent une relation complexe, réglé par un ordre du monde. Pour Plutarque les animaux ont une âme, une raison même. Il ira jusqu’à dire que la raison des animaux est plus proche de la nature que la raison humaine. A l’époque de Plutarque, dans les milieux stoïciens, on s’interrogeait déjà sur le discours ou le langage des animaux. Bien qu’ils n’aient pas d’intellect à proprement parler, qui leur permette d’élaborer des jugements, les animaux éprouvent des émotions qu’ils peuvent exprimer au moyen d’une langue qui leur est propre. Selon Plutarque, il y aurait deux raisons pour ne pas manger la chair des animaux. La première concerne leur statut d’être animé dans le monde vivant ou dans l’ordre naturel du monde. Pour manger de la viande il faut mettre à mort une âme vivante. Dans l’ordre du monde auquel se réfère constamment Plutarque, cette pratique, cette tuerie est contre nature. La seconde raison concerne la nature de l’âme humaine. Selon Plutarque, pour être en accord avec sa propre nature, l’âme doit se libérer du corps, se détacher des liens sensibles qui la ramène aux inconstances de son propre corps. Et manger de la viande ne peut qu’alourdir l’âme. Se nourrir de viande, c’est renforcer le corps, le rendre plus puissant, plus présent, jusqu’à finalement le laisser diriger lui-même les mouvements de son âme.