share_book
Envoyer cet article par e-mail

Comment la dépression est devenue une épidémie

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Comment la dépression est devenue une épidémie

Comment la dépression est devenue une épidémie

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Comment la dépression est devenue une épidémie"

Présentation de Comment la dépression est devenue une épidémie

Les épidémiologues n'ont jamais vu cela : en 1970, il y avait cent millions de déprimés dans le monde. Aujourd'hui, ils sont près d'un milliard. Entre 1980 et 1989, les consultations pour dépression sont passées aux États-Unis de 2,5 à 4,7 millions. En France, sur les trente dernières années, le chiffre a été multiplié par sept. Jamais aucune pathologie n'a autant fait s'envoler les chiffres. Que se passe-t-il ? L'ampleur du phénomène conduit naturellement à se demander, comme le fait Philippe Pignarre de manière très argumentée, si ces statistiques traduisent les progrès de la maladie elle-même ou bien ceux de son diagnostic. L'ouvrage montre que les médecins ont si bien appris à reconnaître les signes de la dépression qu'ils les repèrent très vite chez des malades relevant de pathologies ou de troubles très divers. Il explique comment l'essor du marché des psychotropes, à partir des années 1950, a conduit la psychiatrie à se détourner de la voie psychologique et à s'engouffrer sur celle d'une pseudo-médicalisation qui traite les patients sans chercher à savoir exactement de quoi ils souffrent. À la différence de certains sociologues ou psychologues qui s'interrogent peut-être un peu naïvement sur l'évolution dépressive de nos sociétés, l'auteur met en question le fait même du phénomène "dépressif" et esquisse une explication originale de la souffrance de ceux que la médecine étiquette désormais comme "dépressifs". --Emilio Balturi

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 192  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.4cmx21.4cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   La Découverte Paru le
  • Collection : Cahiers libres
  • ISBN :  2707135178
  • EAN13 :  9782707135179
  • Classe Dewey :  616.8527
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Pignarre

Le grand secret de l'industrie pharmaceutique

Philippe Pignarre, qui a travaillé dix-sept ans dans l'industrie pharmaceutique, explique comment les industriels du médicament sont devenus capables du pire. L'industrie pharmaceutique serait elle dirigée par des hommes assoiffés de profits et d'abord soucieux de “ marchandiser ” [....]...

La sorcellerie capitaliste

C'est entendu: il existe une horreur économique. Mais la dénoncer ne suffit pas : si la dénonciation était efficace, il y a longtemps que le capitalisme aurait disparu... Les auteurs appellent "capitalisme" ce système qui nous saisit à travers des alternatives infernales, du type:" Si vous ...

Les malheurs des psys : Psychotropes et médicalisation du social

Depuis le début des années 2000, le " monde des psys " est en crise, particulièrement en France. D'un côté, la psychanalyse est contestée ou réduite à une référence ennuyeuse et répétitive. De l'autre, les thérapies comportementales et cognitives (TCC) ont le vent en poupe, inspirant...

Le grand secret de l'industrie pharmaceutique

Philippe Pignarre, qui a travaillé dix-sept ans dans l'industrie pharmaceutique, explique comment les industriels du médicament sont devenus capables du pire. L'industrie pharmaceutique serait elle dirigée par des hommes assoiffés de profits et d'abord soucieux de “ marchandiser ” [....]...

Voir tous les livres de Philippe Pignarre

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de Comment la dépression est devenue une épidémie

Les épidémiologues n'ont jamais vu cela : en 1970, il y avait cent millions de déprimés dans le monde. Aujourd'hui, ils sont près d'un milliard. Entre 1980 et 1989, les consultations pour dépression sont passées aux États-Unis de 2,5 à 4,7 millions. En France, sur les trente dernières années, le chiffre a été multiplié par sept. Jamais aucune pathologie n'a autant fait s'envoler les chiffres. Que se passe-t-il ? L'ampleur du phénomène conduit naturellement à se demander, comme le fait Philippe Pignarre de manière très argumentée, si ces statistiques traduisent les progrès de la maladie elle-même ou bien ceux de son diagnostic. L'ouvrage montre que les médecins ont si bien appris à reconnaître les signes de la dépression qu'ils les repèrent très vite chez des malades relevant de pathologies ou de troubles très divers. Il explique comment l'essor du marché des psychotropes, à partir des années 1950, a conduit la psychiatrie à se détourner de la voie psychologique et à s'engouffrer sur celle d'une pseudo-médicalisation qui traite les patients sans chercher à savoir exactement de quoi ils souffrent. À la différence de certains sociologues ou psychologues qui s'interrogent peut-être un peu naïvement sur l'évolution dépressive de nos sociétés, l'auteur met en question le fait même du phénomène "dépressif" et esquisse une explication originale de la souffrance de ceux que la médecine étiquette désormais comme "dépressifs". --Emilio Balturi