share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Fin de l'homme : Les Conséquences de la révolution biotechnique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Fin de l'homme : Les Conséquences de la révolution biotechnique

La Fin de l'homme : Les Conséquences de la révolution biotechnique

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Fin de l'homme : Les Conséquences de la révolution biotechnique"

Présentation de La Fin de l'homme

Il y a douze ans, le livre très remarqué du philosophe américain Francis Fukuyama annonçait La Fin de l'histoire tant l'avancée des sciences nous laissait perplexe quant à la possibilité d'un avenir maîtrisé sous quelque forme que ce soit. C'est la même inquiétude et la même interrogation qui est au centre de La Fin de l'homme, une réflexion sur les conséquences de la révolution bioéthique. Sans être un vulgarisateur pédagogique ou un philosophe qui "s'occuperait" de science, Fukuyama pose la question des rapports actuels entre la science et les techniques. À partir d'un point très clair donné sur les recherches actuelles dans les domaines des opérations transgéniques, du génie génétique, de l'énergie nucléaire, des potentialités informatiques, soit un état des lieux savant de notre monde contemporain, Fukuyama établit le postulat suivant : la science, en l'état actuel, ne peut plus s'autoréguler. Convaincu qu'il faut rapidement et internationalement légiférer en matière de science, Fukuyama appelle de ses vœux des décisions politiques sages qui enrayeraient un emballement économique libéral ne visant que le profit, ainsi que des déclarations morales de principe – telles que les comités d'éthique par exemple, qui sont trop inopérants. Pour Fukuyama, la science est devenue un domaine éminemment politique. Il en va de l'avenir de L'homme. Fukuyama a l'immense avantage d'être clair et convaincant, ce qui n'est pas l'apanage de tous les philosophes. Il écrit : "Les pays doivent réguler politiquement le développement et l'utilisation de la technique en mettant sur pied des institutions qui discrimineront les progrès techniques qui favorisent la prospérité de l'humanité et qui font peser des menaces sur la dignité et le bien-être de l'homme". Une lecture qui bouscule. --Denis Gombert

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 366  pages
  • Dimensions :  2.6cmx14.0cmx20.2cm
  • Poids : 381.0g
  • Editeur :   Table Ronde Paru le
  • Collection : Contretemps
  • ISBN :  2710325209
  • EAN13 :  9782710325208
  • Classe Dewey :  303.483
  • Langue : Français

D'autres livres de Francis Fukuyama

La fin de l'histoire et le dernier homme

L'histoire a -t-elle un sens ? Est-il possible de penser, à la fin d'un siècle qui a été secoué par de si nombreuses catastrophes - guerres mondiales, régimes totalitaires, destruction de la planète par l'homme... - que l'histoire obéit à une logique et va dans le sens d'un certain [.....

La Fin de l'homme

Il y a douze ans, le livre très remarqué du philosophe américain Francis Fukuyama annonçait La Fin de l'histoire tant l'avancée des sciences nous laissait perplexe quant à la possibilité d'un avenir maîtrisé sous quelque forme que ce soit. C'est la même inquiétude et la même [.......

Prix : 105 DH

La Fin de l'histoire et le dernier homme

L'histoire a -t-elle un sens ? Est-il possible de penser, à la fin d'un siècle qui a été secoué par de si nombreuses catastrophes - guerres mondiales, régimes totalitaires, destruction de la planète par l'homme... - que l'histoire obéit à une logique et va dans le sens d'un certain [.....

Prix : 91 DH

Voir tous les livres de Francis Fukuyama

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de La Fin de l'homme

Il y a douze ans, le livre très remarqué du philosophe américain Francis Fukuyama annonçait La Fin de l'histoire tant l'avancée des sciences nous laissait perplexe quant à la possibilité d'un avenir maîtrisé sous quelque forme que ce soit. C'est la même inquiétude et la même interrogation qui est au centre de La Fin de l'homme, une réflexion sur les conséquences de la révolution bioéthique. Sans être un vulgarisateur pédagogique ou un philosophe qui "s'occuperait" de science, Fukuyama pose la question des rapports actuels entre la science et les techniques. À partir d'un point très clair donné sur les recherches actuelles dans les domaines des opérations transgéniques, du génie génétique, de l'énergie nucléaire, des potentialités informatiques, soit un état des lieux savant de notre monde contemporain, Fukuyama établit le postulat suivant : la science, en l'état actuel, ne peut plus s'autoréguler. Convaincu qu'il faut rapidement et internationalement légiférer en matière de science, Fukuyama appelle de ses vœux des décisions politiques sages qui enrayeraient un emballement économique libéral ne visant que le profit, ainsi que des déclarations morales de principe – telles que les comités d'éthique par exemple, qui sont trop inopérants. Pour Fukuyama, la science est devenue un domaine éminemment politique. Il en va de l'avenir de L'homme. Fukuyama a l'immense avantage d'être clair et convaincant, ce qui n'est pas l'apanage de tous les philosophes. Il écrit : "Les pays doivent réguler politiquement le développement et l'utilisation de la technique en mettant sur pied des institutions qui discrimineront les progrès techniques qui favorisent la prospérité de l'humanité et qui font peser des menaces sur la dignité et le bien-être de l'homme". Une lecture qui bouscule. --Denis Gombert