share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter les maladies sévères ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter les maladies sévères ?

Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter les maladies sévères ?

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter les maladies sévères ?"

    Présentation de Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter les maladies sévères ?

    La conception de nanotechnologies capables de transporter les médicaments dans l’organisme et de les libérer de manière spécifique au niveau du site d’action permet d’augmenter l’activité thérapeutique et de réduire la toxicité de nombreux médicaments. Ces « nanovecteurs » sont capables de protéger la molécule active de la dégradation par les enzymes de l’organisme, de l’adresser sélectivement vers le tissu ou la cellule cible, et d’en contrôler la libération. Plus spécifiques que les formulations pharmaceutiques traditionnelles, les « nanomédicaments » permettent de concevoir de nouvelles stratégies thérapeutiques dans la lutte contre des maladies sévères : cancers, infections intracellulaires, maladies métaboliques ou neurodégénératives, etc.Né en 1950, Patrick Couvreur est pharmacien et professeur de pharmacotechnie à l’université Paris-Sud. Il a conduit des travaux pionniers dans le domaine de la vectorisation des médicaments. Pour l’année 2009-2010, il est professeur associé au Collège de France, dans la chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 60  pages
    • Dimensions :  0.8cmx11.4cmx18.0cm
    • Poids : 59.0g
    • Editeur :   Fayard Paru le
    • Collection : Collège de France
    • ISBN :  2213654921
    • EAN13 :  9782213654928
    • Classe Dewey :  610
    • Langue : Français

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Présentation de Les nanotechnologies peuvent-elles contribuer à traiter les maladies sévères ?

    La conception de nanotechnologies capables de transporter les médicaments dans l’organisme et de les libérer de manière spécifique au niveau du site d’action permet d’augmenter l’activité thérapeutique et de réduire la toxicité de nombreux médicaments. Ces « nanovecteurs » sont capables de protéger la molécule active de la dégradation par les enzymes de l’organisme, de l’adresser sélectivement vers le tissu ou la cellule cible, et d’en contrôler la libération. Plus spécifiques que les formulations pharmaceutiques traditionnelles, les « nanomédicaments » permettent de concevoir de nouvelles stratégies thérapeutiques dans la lutte contre des maladies sévères : cancers, infections intracellulaires, maladies métaboliques ou neurodégénératives, etc.Né en 1950, Patrick Couvreur est pharmacien et professeur de pharmacotechnie à l’université Paris-Sud. Il a conduit des travaux pionniers dans le domaine de la vectorisation des médicaments. Pour l’année 2009-2010, il est professeur associé au Collège de France, dans la chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt.