share_book
Envoyer cet article par e-mail

André Ravereau, l'atelier du désert

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
André Ravereau, l'atelier du désert

André Ravereau, l'atelier du désert

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "André Ravereau, l'atelier du désert"

Présentation de André Ravereau, l'atelier du désert

En 1949, André Ravéreau étudiant en architecture se rend à Ghardaïa où il découvre l'architecture mozabite du M'Zab. Conscient de l'apport de cette architecture de tradition dans la définition de la modernité architecturale, il se décide à retourner au M'Zab avec d'autres étudiants. Les relevés des principaux monuments et édifices civils le conduisent à engager la création d'ateliers régionaux d'architecture où les étudiants conviés ont pu s'imprégner trois mois durant des lieux avant même d'engager leur travail de projetation. En 1965, André Ravéreau est nommé architecte en chef des monuments historiques en Algérie, s'efforçant alors d'obtenir le classement de la vallée du M'Zab en 1970 avant de créer à Ghardaïa le premier atelier du ministère. En quelques années, la réputation de l'atelier dépasse les frontières et des étudiants de toutes origines viennent s'affronter à la leçon du désert, comme en écho des leçons du célèbre Construire avec le peuple d'Hassan Fathy. L'expérience de l'atelier du M'Zab constitue désormais une référence incontournable pour tous ceux qui essaient de concevoir une gestion du territoire plus respectueuse tout à la fois du contexte naturel et des cultures locales. C'est dans la discussion quotidienne avec les mozabites qu'André Ravéreau forge la dynamique de son projet.Mode de vie, comme mode de construction font l'objet d'observations et de descriptions attentives que les étudiants sont invités à transcrire dans le dessin et à pratiquer sur les chantiers. C'est à la découverte de cette expérience inaugurale qu'invite ce livre en resituant l'histoire de ce lieu de rencontre entre tradition et modernité où l'architecture est vécue, non plus comme acte artistique monopole du seul créateur, mais comme fait de société. Une large part est faite aux témoignages des élèves et des compagnons de route qui participèrent à cette aventure pour révéler, tout autant que les oeuvres elles-mêmes, cette écriture patiente et cultivée du projet qui restitue au constructeur et à l'usager la propriété de son geste et l'authenticité de sa parole.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 176  pages
  • Dimensions :  1.6cmx23.8cmx28.0cm
  • Poids : 1120.4g
  • Editeur :   Parenthèses Paru le
  • Collection : Architecture
  • ISBN :  2863641204
  • EAN13 :  9782863641200
  • Classe Dewey :  720.92
  • Langue : Français

D'autres livres de  Rémi Baudouï

Le Corbusier, architecte parmi les hommes

Architecte majeur du XXe siècle, Charles-Edouard Jeanneret dit Le Corbusier a imprimé durablement son génie créatif sur l'architecture, l'urbanisme et les formes modernes à travers de nombreuses réalisations internationalement reconnues, comme la Villa Savoye à Poissy , Chandigarh en Inde, la...

Voir tous les livres de  Rémi Baudouï

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Présentation de André Ravereau, l'atelier du désert

En 1949, André Ravéreau étudiant en architecture se rend à Ghardaïa où il découvre l’architecture mozabite du M’Zab. Conscient de l’apport de cette architecture de tradition dans la définition de la modernité architecturale, il se décide à retourner au M’Zab avec d’autres étudiants. Les relevés des principaux monuments et édifices civils le conduisent à engager la création d’ateliers régionaux d’architecture où les étudiants conviés ont pu s’imprégner trois mois durant des lieux avant même d’engager leur travail de projetation. En 1965, André Ravéreau est nommé architecte en chef des monuments historiques en Algérie, s’efforçant alors d’obtenir le classement de la vallée du M’Zab en 1970 avant de créer à Ghardaïa le premier atelier du ministère. En quelques années, la réputation de l’atelier dépasse les frontières et des étudiants de toutes origines viennent s’affronter à la leçon du désert, comme en écho des leçons du célèbre Construire avec le peuple d’Hassan Fathy. L’expérience de l’atelier du M’Zab constitue désormais une référence incontournable pour tous ceux qui essaient de concevoir une gestion du territoire plus respectueuse tout à la fois du contexte naturel et des cultures locales. C’est dans la discussion quotidienne avec les mozabites qu’André Ravéreau forge la dynamique de son projet.Mode de vie, comme mode de construction font l’objet d’observations et de descriptions attentives que les étudiants sont invités à transcrire dans le dessin et à pratiquer sur les chantiers. C’est à la découverte de cette expérience inaugurale qu’invite ce livre en resituant l’histoire de ce lieu de rencontre entre tradition et modernité où l’architecture est vécue, non plus comme acte artistique monopole du seul créateur, mais comme fait de société. Une large part est faite aux témoignages des élèves et des compagnons de route qui participèrent à cette aventure pour révéler, tout autant que les œuvres elles-mêmes, cette écriture patiente et cultivée du projet qui restitue au constructeur et à l’usager la propriété de son geste et l’authenticité de sa parole.