share_book
Envoyer cet article par e-mail

La dépression : Affect central de la modernité

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La dépression : Affect central de la modernité

La dépression : Affect central de la modernité

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La dépression : Affect central de la modernité"

L'époque moderne nous confronte à une multiplication grandissante des affects dépressifs. Plus les objets de consommation produits par la science circulent sur le marché en promettant le bonheur et plus il est difficile pour l'être parlant d'atteindre à la satisfaction de sa demande. Ce paradoxe caractérise notre modernité, qui se révèle productrice à la fois d'objets de plus en plus performants et de ce malaise inquiétant de la civilisation appelé : dépression. Tout le monde peut à un moment donne de sa vie se dire déprime. Pour la psychanalyse lacanienne, la dépression n'est pas une maladie biologique, elle n'est pas non plus un symptôme, mais un affect. Elle découle de la difficulté pour chaque sujet de mettre en résonance le signifiant avec la jouissance, de conjuguer le symbolique avec le réel. Elle signale un débranchement d'avec le discours. donc d'avec le lien social. La dépression a des liens étroits avec l'angoisse puisque l'état dépressif exprime le retrait du sujet face à l'angoisse et au surgissement de l'objet qui cause son désir. Désarrime de l'objet, le sujet n'arrive plus à saturer sa jouissance par son symptôme. Seul un diagnostic différentiel des états dépressifs permet une pratique clinique tenant compte de la structure de chaque sujet. La boussole de cette clinique de l'affect dépressif est " l'objet cause du désir ", à distinguer de l'objet du désir. Loin d'un objectif de normalisation, le traitement psychanalytique des sujets, définis par le discours moderne comme " déprimes ", valorise la potentialité de chacun vers des solutions inédites et particulières à chaque sujet. Ce livre veut démontrer que, face aux protocoles standards d'évaluation de l'humeur qui définissent la dépression à partir de l'effet des antidépresseurs, privilégiant ainsi une causalité organique, la psychanalyse propose une clinique du cas par cas, une clinique pour laquelle la singularité des modes de vie (des modes de jouissance) d'un sujet, a la priorité sur les modalités de recaptation neuronale de la sérotonine.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 366  pages
  • Dimensions :  3.0cmx15.6cmx23.8cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : CLINIQUE PSYCHA
  • ISBN :  2753510768
  • EAN13 :  9782753510760
  • Classe Dewey :  150.195
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'époque moderne nous confronte à une multiplication grandissante des affects dépressifs. Plus les objets de consommation produits par la science circulent sur le marché en promettant le bonheur et plus il est difficile pour l'être parlant d'atteindre à la satisfaction de sa demande. Ce paradoxe caractérise notre modernité, qui se révèle productrice à la fois d'objets de plus en plus performants et de ce malaise inquiétant de la civilisation appelé : dépression. Tout le monde peut à un moment donne de sa vie se dire déprime. Pour la psychanalyse lacanienne, la dépression n'est pas une maladie biologique, elle n'est pas non plus un symptôme, mais un affect. Elle découle de la difficulté pour chaque sujet de mettre en résonance le signifiant avec la jouissance, de conjuguer le symbolique avec le réel. Elle signale un débranchement d'avec le discours. donc d'avec le lien social. La dépression a des liens étroits avec l'angoisse puisque l'état dépressif exprime le retrait du sujet face à l'angoisse et au surgissement de l'objet qui cause son désir. Désarrime de l'objet, le sujet n'arrive plus à saturer sa jouissance par son symptôme. Seul un diagnostic différentiel des états dépressifs permet une pratique clinique tenant compte de la structure de chaque sujet. La boussole de cette clinique de l'affect dépressif est " l'objet cause du désir ", à distinguer de l'objet du désir. Loin d'un objectif de normalisation, le traitement psychanalytique des sujets, définis par le discours moderne comme " déprimes ", valorise la potentialité de chacun vers des solutions inédites et particulières à chaque sujet. Ce livre veut démontrer que, face aux protocoles standards d'évaluation de l'humeur qui définissent la dépression à partir de l'effet des antidépresseurs, privilégiant ainsi une causalité organique, la psychanalyse propose une clinique du cas par cas, une clinique pour laquelle la singularité des modes de vie (des modes de jouissance) d'un sujet, a la priorité sur les modalités de recaptation neuronale de la sérotonine.