share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ce que lacan disait des femmes : Etude de psychanalyse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ce que lacan disait des femmes : Etude de psychanalyse

Ce que lacan disait des femmes : Etude de psychanalyse

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ce que lacan disait des femmes : Etude de psychanalyse"

On sait que la psychanalyse fait parler l'inconscient. Qu'il dise le sens sexuel n'émeut plus personne, passé le siècle. Mais ce qu'il dit des hommes et des femmes reste comme une épine dans la doctrine. Une pierre de scandale même, quand les préjugés s'en mêlent. Pas besoin d'être féministe pour percevoir ceux de Freud, ils sont trop datés fin XIXe siècle. Les débats post-freudiens de la première moitié du XXe siècle, inspirés par un souci d'équité tout opposé, n'ont guère fait avancer la question. Bonne intention n'est pas doctrine. Il fallut la seconde moitié du siècle et Jacques Lacan pour que du neuf s'y fasse entendre. Il était temps, car on sent bien qu'une subversion sexuelle était déjà en cours dans la civilisation, impossible à méconnaître en ce début de XXIe siècle, et que pour un peu la psychanalyse ratait

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 284  pages
  • Dimensions :  2.0cmx16.0cmx24.0cm
  • Poids : 567.0g
  • Editeur :   Editions Du Champ Lacanien Paru le
  • Collection : In Progress
  • ISBN :  2914332076
  • EAN13 :  9782914332071
  • Classe Dewey :  155.333
  • Langue : Français

D'autres livres de Colette Soler

Les affects lacaniens

La question des affects est cruciale dans la psychanalyse puisqu'elle vise à traiter « l'impossible à supporter ». Il faut donc dire jusqu'où elle y parvient, pourquoi et comment ? Une conception des affects qui dise ce qui les produit était là nécessaire.Le livre suit sa mise au point [....

Lacan, l'inconscient réinventé

Le livre interroge la trajectoire de lenseignement de Jacques Lacan, qui le fait passer du concept de linconscient « structuré comme un langage », symbolique donc, à laffirmation de « linconscient réel ». Lacan dégage ce qui la fonde : les questions analytiques restées en souffrance à cha...

L'inconscient à ciel ouvert de la psychose

L'inconscient refoulé de la névrose, Freud crut le trouver " à ciel ouvert " dans la psychose, étalé et pourtant intraitable, fermé à son intervention. Quelques décennies plus tard, Jacques Lacan forgeait un précepte à l'adresse du psychanalyste : ne pas reculer devant la psychose. C'étai...

Voir tous les livres de Colette Soler

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

On sait que la psychanalyse fait parler l'inconscient. Qu'il dise le sens sexuel n'émeut plus personne, passé le siècle. Mais ce qu'il dit des hommes et des femmes reste comme une épine dans la doctrine. Une pierre de scandale même, quand les préjugés s'en mêlent. Pas besoin d'être féministe pour percevoir ceux de Freud, ils sont trop datés fin XIXe siècle. Les débats post-freudiens de la première moitié du XXe siècle, inspirés par un souci d'équité tout opposé, n'ont guère fait avancer la question. Bonne intention n'est pas doctrine. Il fallut la seconde moitié du siècle et Jacques Lacan pour que du neuf s'y fasse entendre. Il était temps, car on sent bien qu'une subversion sexuelle était déjà en cours dans la civilisation, impossible à méconnaître en ce début de XXIe siècle, et que pour un peu la psychanalyse ratait