share_book
Envoyer cet article par e-mail

Logique du délire

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Logique du délire

Logique du délire

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Logique du délire"

Souligner l'existence d'une logique inhérente au délire ne passe plus aujourd'hui pour un paradoxe : la thèse freudienne selon laquelle il constitue une tentative de guérison n'est pas ignorée. Un paradoxe subsiste pourtant, rarement soulevé, il réside dans la conviction, presque unanime, selon laquelle ce travail auto-thérapeutique doit être contrecarré, réduit. jugulé. À l'encontre de cette approche, ce qui est proposé ici constitue un plaidoyer pour un respect et un accueil du travail subjectif à l'oeuvre dans le délire. Il ne s'agit certes pas de prétendre qu'il faille le favoriser au nom d'une nouvelle mouture de l'anti-psychiatrie ou du surréalisme. Il convient seulement de prendre au sérieux la découverte freudienne dans son approche du délire. Il faut à cet égard cesser de la couper du trésor clinique recueilli par la psychiatrie classique pour rendre intelligible une intuition lacanienne peu exploitée concernant l'existence d'une " échelle des délires ". Dès lors, plutôt que de morceler l'étude du délire en diverses formes indépendantes, plutôt que de privilégier un moment, nous invitons à sa saisie globale, considérant qu'une prise en compte de toutes les phases de son évolution constitue la condition du dégagement de sa logique. Il s'agit ici de renverser la perspective, en mettant l'accent sur une dynamique inconsciente et non sur des déficiences de la pensée. La possibilité d'appareiller la jouissance du sujet par le langage est la condition du délire. Il y trouve le fondement de ses ressources. S'opposer au bénéfice que certains psychosés tirent de ce travail peut conduire à verser dans l'acharnement thérapeutique. L'éthique de la psychanalyse doit non seulement inciter à respecter les complexes productions défensives du paraphrène, issues d'une longue et difficile élaboration, mais elle doit surtout ouvrir la possibilité d'accueillir le délire dans le cadre de la cure. En-dehors de celle-ci, quand le sujet s'engage sur la progression de l'échelle logique des délires, on peut constater que s'accentue un travail défensif d'atténuation de l'angoisse. Il témoigne des ressources créatrices dont dispose le sujet de l'inconscient. La spécificité de la clinique psychanalytique en résulte. Celle-ci se situe dans un champ épistémologique autonome nettement différenciable de la clinique neurologique toute entière consacrée à l'étude de déficits psychiques. En un temps où certains placent l'avenir de la psychanalyse dans la neurobiologie, il n'est pas inutile de souligner l'incompatibilité du travail du délire avec des modèles explicatifs issus de la clinique neurologique. Cette troisième édition est non seulement revue, mais enrichie de plusieurs chapitres par rapport aux précédentes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 257  pages
  • Dimensions :  2.0cmx15.4cmx23.8cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : Clinique psychanalytique et psychopathologie
  • ISBN :  2753513317
  • EAN13 :  9782753513310
  • Classe Dewey :  100
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Claude Maleval

La Forclusion du nom-du-père. Le concept et sa clinique

Pourquoi un livre sur la forclusion du Nom-du-Père, par laquelle Jacques Lacan introduit la psychose dans le discours analytique ? La question peut être posée, quand l'ensemble de l'Orientation lacanienne a entrepris une approche " non ségrégative " de la psychose, selon l'expression de Jacques...

L'autiste et sa voix

Bien que l'on se soit longtemps représenté l'enfant autiste comme un être muet se bouchant les oreilles, les cliniciens ont constaté que la voix constitue un objet pulsionnel auquel il porte une attention particulière: beaucoup d'autistes s'interrogent sur le mystère de la parole en plaçant l...

Folies hystériques et psychoses dissociatives

Les tentatives de Freud pour fonder une clinique psychanalytique originale en psychiatrie sont restées à l'état d'ébauche. Cependant, un pas décisif a été fait à cet égard en 1957 quand Lacan construisit le concept de forclusion du Nom-du-Père. Si l'on considère que celui-ci permet de cer...

L'autiste, son double et ses objets

L'autiste n'est pas un handicapé mental, mais un sujet au travail pour tempérer son angoisse. Telle est l'hypothèse première qui traverse les articles présentés dans ce livre collectif, réunissant médecins, psychiatres, chercheurs, enseignants, psychologues, psychanalystes, instituteurs, tou...

Voir tous les livres de Jean-Claude Maleval

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Souligner l'existence d'une logique inhérente au délire ne passe plus aujourd'hui pour un paradoxe : la thèse freudienne selon laquelle il constitue une tentative de guérison n'est pas ignorée. Un paradoxe subsiste pourtant, rarement soulevé, il réside dans la conviction, presque unanime, selon laquelle ce travail auto-thérapeutique doit être contrecarré, réduit. jugulé. À l'encontre de cette approche, ce qui est proposé ici constitue un plaidoyer pour un respect et un accueil du travail subjectif à l'oeuvre dans le délire. Il ne s'agit certes pas de prétendre qu'il faille le favoriser au nom d'une nouvelle mouture de l'anti-psychiatrie ou du surréalisme. Il convient seulement de prendre au sérieux la découverte freudienne dans son approche du délire. Il faut à cet égard cesser de la couper du trésor clinique recueilli par la psychiatrie classique pour rendre intelligible une intuition lacanienne peu exploitée concernant l'existence d'une " échelle des délires ". Dès lors, plutôt que de morceler l'étude du délire en diverses formes indépendantes, plutôt que de privilégier un moment, nous invitons à sa saisie globale, considérant qu'une prise en compte de toutes les phases de son évolution constitue la condition du dégagement de sa logique. Il s'agit ici de renverser la perspective, en mettant l'accent sur une dynamique inconsciente et non sur des déficiences de la pensée. La possibilité d'appareiller la jouissance du sujet par le langage est la condition du délire. Il y trouve le fondement de ses ressources. S'opposer au bénéfice que certains psychosés tirent de ce travail peut conduire à verser dans l'acharnement thérapeutique. L'éthique de la psychanalyse doit non seulement inciter à respecter les complexes productions défensives du paraphrène, issues d'une longue et difficile élaboration, mais elle doit surtout ouvrir la possibilité d'accueillir le délire dans le cadre de la cure. En-dehors de celle-ci, quand le sujet s'engage sur la progression de l'échelle logique des délires, on peut constater que s'accentue un travail défensif d'atténuation de l'angoisse. Il témoigne des ressources créatrices dont dispose le sujet de l'inconscient. La spécificité de la clinique psychanalytique en résulte. Celle-ci se situe dans un champ épistémologique autonome nettement différenciable de la clinique neurologique toute entière consacrée à l'étude de déficits psychiques. En un temps où certains placent l'avenir de la psychanalyse dans la neurobiologie, il n'est pas inutile de souligner l'incompatibilité du travail du délire avec des modèles explicatifs issus de la clinique neurologique. Cette troisième édition est non seulement revue, mais enrichie de plusieurs chapitres par rapport aux précédentes.