share_book
Envoyer cet article par e-mail

Je suis une école

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Je suis une école

Je suis une école

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Je suis une école"

En 2003, le chorégraphe Boris Charmatz et l'Association edna ont mis en place un dispositif de recherche et de création pédagogiques intitulé Bocal. L'enjeu de ce projet nomade et provisoire était de mettre l'école à l'épreuve de l'esthétique et du politique en réunissant une quinzaine de personnes de 20 à 30 ans : danseurs, médecin, plasticiens, designers, écrivains, circassien et musiciens. Tous se sont engagés dans une aventure " sans fin " ; il ne s'agissait pas d'obtenir un diplôme, ni de se perfectionner ou d'acquérir de nouvelles techniques, mais de penser l'école comme puissance de création, d'activer son potentiel émancipateur. Dans différents contextes, ils ont conçu leurs outils de formation, questionné les figures du professeur et de l'élève, inventé les modalités de leur enseignement, en résumé, conçu un programme scolaire comme autant d'actes artistiques possibles... Ce projet, qui interrogeait l'institution sans pour autant chercher à fonder un nouveau modèle, a généré un vaste répertoire d'idées, de débats et de propositions, entre action et utopie, création et enseignement. Sans omettre de souligner les limites que le " réel " pose à toute pratique d'invention collective, " je suis une école " donne à comprendre comment la recherche d'une pédagogie singulière aide à conquérir une autonomie, tout en soulevant une multiplicité d'interrogations. On le voit : en relatant cette expérience inédite, c'est à des questions beaucoup plus larges que se confronte Boris Charmatz. Sont ainsi convoqués Jacques Rancière et son " maître ignorant ", Roland Barthes et le concept d'idiorrythmie, Robert Filliou et Isadora Duncan, mais aussi, de part en part, la politique contemporaine au travers d'une critique de la place de l'art et de l'expérimentation (et donc du possible) dans notre société.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 347  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.2cmx21.0cm
  • Poids : 440.0g
  • Editeur :   Les Prairies Ordinaires Paru le
  • Collection : Essais
  • ISBN :  2350960374
  • EAN13 :  9782350960371
  • Classe Dewey :  792.807 1
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En 2003, le chorégraphe Boris Charmatz et l'Association edna ont mis en place un dispositif de recherche et de création pédagogiques intitulé Bocal. L'enjeu de ce projet nomade et provisoire était de mettre l'école à l'épreuve de l'esthétique et du politique en réunissant une quinzaine de personnes de 20 à 30 ans : danseurs, médecin, plasticiens, designers, écrivains, circassien et musiciens. Tous se sont engagés dans une aventure " sans fin " ; il ne s'agissait pas d'obtenir un diplôme, ni de se perfectionner ou d'acquérir de nouvelles techniques, mais de penser l'école comme puissance de création, d'activer son potentiel émancipateur. Dans différents contextes, ils ont conçu leurs outils de formation, questionné les figures du professeur et de l'élève, inventé les modalités de leur enseignement, en résumé, conçu un programme scolaire comme autant d'actes artistiques possibles... Ce projet, qui interrogeait l'institution sans pour autant chercher à fonder un nouveau modèle, a généré un vaste répertoire d'idées, de débats et de propositions, entre action et utopie, création et enseignement. Sans omettre de souligner les limites que le " réel " pose à toute pratique d'invention collective, " je suis une école " donne à comprendre comment la recherche d'une pédagogie singulière aide à conquérir une autonomie, tout en soulevant une multiplicité d'interrogations. On le voit : en relatant cette expérience inédite, c'est à des questions beaucoup plus larges que se confronte Boris Charmatz. Sont ainsi convoqués Jacques Rancière et son " maître ignorant ", Roland Barthes et le concept d'idiorrythmie, Robert Filliou et Isadora Duncan, mais aussi, de part en part, la politique contemporaine au travers d'une critique de la place de l'art et de l'expérimentation (et donc du possible) dans notre société.