share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Gestion des risques : De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Gestion des risques : De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse

La Gestion des risques : De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Gestion des risques : De l'anti-psychiatrie à l'après-psychanalyse"

Au cours des années soixante-dix, deux systèmes de représentations ont paru dominer le champ médico-psychologique : celui d'une psychiatrie sociale qui, s'arrachant au ghetto asilaire, allait épouser enfin son siècle ; celui d'une psychanalyse qui proposait un modèle indépassable d'exploration du sujet. Pendant que ces débats bruyants occupaient le devant de la scène, de nouvelles technologies s'installaient et prenaient date. Que nous entrions, d'une certaine manière, dans l'après-psychiatrie et dans l'après-psychanalyse ne signifie évidemment pas que les pratiques qu'elles inspirent encore soient périmées ou dépassées. Mais elles sont entrées en crise, leur systématicité se fissure, l'imaginaire qui les supportait s'affaisse, et leur apport est désormais banalisé au sein d'une nouvelle configuration qu'elles ont cessé de maîtriser. La psychiatrie rentre dans le giron de la médecine et la psychanalyse se noie au sein d'une culture psychologique généralisée qu'elle a contribué à promouvoir. Un réseau beaucoup plus complexe d'activités d'expertises, d'évaluations, d'assignations et de distribution des populations, mais aussi de travail sur la normalité est maintenant à décrire. Il représente une nouvelle formule de gestion du social organisé autour d'un pôle centralisé de prévention des risques et d'un pôle apparemment convivial de prise en charge des fragilités. A la limite, un couple fonctionnel informatisation-psychologisation. L'ordre post-disciplinaire qu'il dessine passe moins par l'imposition des contraintes que par la programmation de l'efficience. Une subjectivité travaillée par les nouvelles psycho-technologies n'a plus d'autre objectif que sa propre culture et se trouve de ce fait disponible pour toutes les planifications technocratiques. C'est sans doute le nouveau plan de gouvernementalité néo-libéral qui se dessine ainsi.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 222  pages
  • Dimensions :  2.0cmx11.8cmx19.4cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Les Editions De Minuit Paru le
  • Collection : Reprise
  • ISBN :  2707321524
  • EAN13 :  9782707321527
  • Classe Dewey :  100
  • Langue : Français

D'autres livres de Robert Castel

Les Métamorphoses de la question sociale

C'est l'émergence d'une société salariale qui a engendré la civilisation du travail. En son sein, la position sociale de l'individu dépend de l'emploi qu'il occupe et sa protection sociale est subordonnée à son statut de salarié. À l'âge moderne, la précarité économique engendre la [...

Les grandes questions économiques et sociales, Tome 2

Ce livre est le deuxième d'une série de trois " Repères" qui ont pour ambition de couvrir les principales questions économiques et sociales contemporaines, à l'échelle nationale, européenne et mondiale. Leur particularité est d'avoir été conçus et écrits par des spécialistes de ces [...

Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi

Débarrassé de tout jargon philosophique ou sociologique, ce bref ouvrage, instaurant un dialogue socratique entre les deux auteurs, retrace l'histoire de l'affranchissement de l'individu envers les grands groupes sociaux auxquels il était soumis. L'émergence de l'individu moderne suppose, à ...

La montée des incertitudes

Les mutations du travail ont des effets sociaux et anthropologiques très profonds. Elles bouleversent l'identité des individus et fragilisent la cohésion sociale. Comment doit se redéployer, dans ces conditions, l'État social? Réformes libérales ou réformes de gauche? Comme toujours, dans...

Voir tous les livres de Robert Castel

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Au cours des années soixante-dix, deux systèmes de représentations ont paru dominer le champ médico-psychologique : celui d’une psychiatrie sociale qui, s’arrachant au ghetto asilaire, allait épouser enfin son siècle ; celui d’une psychanalyse qui proposait un modèle indépassable d’exploration du sujet. Pendant que ces débats bruyants occupaient le devant de la scène, de nouvelles technologies s’installaient et prenaient date. Que nous entrions, d’une certaine manière, dans l’après-psychiatrie et dans l’après-psychanalyse ne signifie évidemment pas que les pratiques qu’elles inspirent encore soient périmées ou dépassées. Mais elles sont entrées en crise, leur systématicité se fissure, l’imaginaire qui les supportait s’affaisse, et leur apport est désormais banalisé au sein d’une nouvelle configuration qu’elles ont cessé de maîtriser. La psychiatrie rentre dans le giron de la médecine et la psychanalyse se noie au sein d’une culture psychologique généralisée qu’elle a contribué à promouvoir. Un réseau beaucoup plus complexe d’activités d’expertises, d’évaluations, d’assignations et de distribution des populations, mais aussi de travail sur la normalité est maintenant à décrire. Il représente une nouvelle formule de gestion du social organisé autour d’un pôle centralisé de prévention des risques et d’un pôle apparemment convivial de prise en charge des fragilités. A la limite, un couple fonctionnel informatisation-psychologisation. L’ordre post-disciplinaire qu’il dessine passe moins par l’imposition des contraintes que par la programmation de l’efficience. Une subjectivité travaillée par les nouvelles psycho-technologies n’a plus d’autre objectif que sa propre culture et se trouve de ce fait disponible pour toutes les planifications technocratiques. C’est sans doute le nouveau plan de gouvernementalité néo-libéral qui se dessine ainsi.