share_book
Envoyer cet article par e-mail

Entre les oreilles

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Entre les oreilles

Entre les oreilles

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Entre les oreilles"

Prologue de l'oreille « Pourquoi que vous avez plaqué votre femme ? demanda-t-elle. — Parce qu'elle aime trop les crevettes », dit-il Faulkner, Sanctuaire Par conséquent, il me semblait nettement plus opportun d'en finir dès aujourd'hui. Je devais accepter l'idée qu'il s'était passé quelque chose. Une évidence que cette chose ; je pouvais donc commencer à angoisser car je savais mes évidences bordées par la fragilité. L'hésitation s'y greffait toujours comme une seconde peau. On respire un peu plus qu'à l'habitude, on accumule du souffle juste ayant d'entrer, on rêve au temps d'avant l'évidence. On rêve au temps où l'on aimait gentiment l'oreille de sa fiancée Mireille. Cette pensée m'angoisse, une ombre calme mais tenace. Je n'aime plus son oreille. C'est énorme et faible comme une fissure. Comment continuer ? On ne peut décemment feindre de l'intérêt pour une oreille déchue. Jusqu'ici je l'avais tant aimée, son oreille. Elle m'était devenue sympathique après huit mois d'une liaison décente ; je l'avais même léchée certains soirs. Elle me dégoûte maintenant avec toute son idiote rondeur. La porte du domicile de Mireille semblait savoir, je ne peux l'expliquer, c'est le bois qui tiédissait. Les objets testent toujours nos émotions comme des amis silencieux, sans voix et sans oreilles. La porte s'ouvrit. Au lieu de me précipiter comme à mon habitude sur Mireille, j'ai rêvé un instant que nous aurions précédemment fécondé un fils qui dormirait sagement dès dix-neuf heures (une éducation à la norvégienne) ; j'aurais pu alors contempler ma progéniture pour gagner du temps. Puis, j'admis que si nous avions un enfant, le moment présent eût été plus laborieux ; en un sens, je fus soulagé. C'était presque une méthode, s'angoisser davantage pour voir du rose. Les délices d'autrefois (sa fragilité névrotique), son petit visage à présent gâché, j'étais si lâche. L'odeur du drame me prenait sous les aisselles pour me tasser au plafond. Je ne demandai même pas ce qu'elle avait préparé à dîner malgré un appétit d'habitude. Je tenais bon ; je fermai les poings pour absorber le récit de sa journée, je hochai la tête d'une manière honorable, efficace, honorablement efficace. Je me découvris une capacité à illusionner. Capacité certes minable puisque j'attrapai ma serviette de table pour m'éponger. L'essentiel était qu'elle ne me demande surtout pas ce que j'avais. « Qu'est-ce tu as mon chéri ? Je te trouve un chouia bizarre. » C'est le chouia qui m'a achevé. Oui je m'éponge, moi le sec. Je voulais tant contourner l'inévitable, mais mon corps me trahit ; je mens comme un sérum de vérité. Sur ma tête se lit le choc de l'oreille, ah. C'est fini. « Je n'aime plus ton oreille. » Il y eut un soupir médiocre, et des larmes égales. Avouons que cette séance fut assez digne. On ne s'éternisa pas. En général, c'est tout le problème de l'amour, l'agonie. Le motif que j'ai invoqué y fut certainement pour beaucoup, provoquant chez elle une réaction vive, brutale, excessive. Elle me propulsa sur le palier d'un coup de pied. J'avais toujours soupçonné en elle la capacité à être l'homme de notre couple. Elle savait réagir, virer les malpropres, les amants qui, subitement, n'aiment plus son oreille. Je décelais un peu trop de brutalité, je n'aimais pas ça la brutalité, pas très féminin la brutalité. J'avais bien agi finalement, Mireille était trop brutale. Et vulgaire. Oui, très vulgaire. © Gallimard

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 194  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.0cmx20.0cm
  • Poids : 258.5g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Blanche
  • ISBN :  2070766764
  • EAN13 :  9782070766765
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de David Foenkinos

Nos séparations

"Je pense à Iris qui fut importante tout de même, à Emilie aussi, à Céline bien sûr, et puis d'autres prénoms dans d'autres pénombres, mais c'est Alice, toujours Alice qui est là, immuable, avec encore des rires au-dessus de nos têtes, comme si le premier amour était une condamnation à ...

Prix : 66 DH
Le Potentiel érotique de ma Femme

" On dit souvent qu'il existe des hommes à femmes, on peut considérer qu'Hector est un homme à objets. Bien loin de comparer la femme à l'objet, nous notons toutefois d'évidentes similitudes, et les angoisses de notre héros pourront se refléter dans les angoisses des infidèles, et de tous...

Prix : 71 DH

La délicatesse

« François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais. C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu'un jus...

Prix : 77 DH
Les souvenirs

Après le décès de son grand-père, le narrateur réalise l'importance de préserver les instants vécus avec ses proches. Il se rapproche alors de sa grand-mère. Ce roman est le pretexte à une méditation sur le temps, la mémoire, les liens entre générations. ...

Prix : 231 DH

Voir tous les livres de David Foenkinos

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Prologue de l'oreille « Pourquoi que vous avez plaqué votre femme ? demanda-t-elle. — Parce qu'elle aime trop les crevettes », dit-il Faulkner, Sanctuaire Par conséquent, il me semblait nettement plus opportun d'en finir dès aujourd'hui. Je devais accepter l'idée qu'il s'était passé quelque chose. Une évidence que cette chose ; je pouvais donc commencer à angoisser car je savais mes évidences bordées par la fragilité. L'hésitation s'y greffait toujours comme une seconde peau. On respire un peu plus qu'à l'habitude, on accumule du souffle juste ayant d'entrer, on rêve au temps d'avant l'évidence. On rêve au temps où l'on aimait gentiment l'oreille de sa fiancée Mireille. Cette pensée m'angoisse, une ombre calme mais tenace. Je n'aime plus son oreille. C'est énorme et faible comme une fissure. Comment continuer ? On ne peut décemment feindre de l'intérêt pour une oreille déchue. Jusqu'ici je l'avais tant aimée, son oreille. Elle m'était devenue sympathique après huit mois d'une liaison décente ; je l'avais même léchée certains soirs. Elle me dégoûte maintenant avec toute son idiote rondeur. La porte du domicile de Mireille semblait savoir, je ne peux l'expliquer, c'est le bois qui tiédissait. Les objets testent toujours nos émotions comme des amis silencieux, sans voix et sans oreilles. La porte s'ouvrit. Au lieu de me précipiter comme à mon habitude sur Mireille, j'ai rêvé un instant que nous aurions précédemment fécondé un fils qui dormirait sagement dès dix-neuf heures (une éducation à la norvégienne) ; j'aurais pu alors contempler ma progéniture pour gagner du temps. Puis, j'admis que si nous avions un enfant, le moment présent eût été plus laborieux ; en un sens, je fus soulagé. C'était presque une méthode, s'angoisser davantage pour voir du rose. Les délices d'autrefois (sa fragilité névrotique), son petit visage à présent gâché, j'étais si lâche. L'odeur du drame me prenait sous les aisselles pour me tasser au plafond. Je ne demandai même pas ce qu'elle avait préparé à dîner malgré un appétit d'habitude. Je tenais bon ; je fermai les poings pour absorber le récit de sa journée, je hochai la tête d'une manière honorable, efficace, honorablement efficace. Je me découvris une capacité à illusionner. Capacité certes minable puisque j'attrapai ma serviette de table pour m'éponger. L'essentiel était qu'elle ne me demande surtout pas ce que j'avais. « Qu'est-ce tu as mon chéri ? Je te trouve un chouia bizarre. » C'est le chouia qui m'a achevé. Oui je m'éponge, moi le sec. Je voulais tant contourner l'inévitable, mais mon corps me trahit ; je mens comme un sérum de vérité. Sur ma tête se lit le choc de l'oreille, ah. C'est fini. « Je n'aime plus ton oreille. » Il y eut un soupir médiocre, et des larmes égales. Avouons que cette séance fut assez digne. On ne s'éternisa pas. En général, c'est tout le problème de l'amour, l'agonie. Le motif que j'ai invoqué y fut certainement pour beaucoup, provoquant chez elle une réaction vive, brutale, excessive. Elle me propulsa sur le palier d'un coup de pied. J'avais toujours soupçonné en elle la capacité à être l'homme de notre couple. Elle savait réagir, virer les malpropres, les amants qui, subitement, n'aiment plus son oreille. Je décelais un peu trop de brutalité, je n'aimais pas ça la brutalité, pas très féminin la brutalité. J'avais bien agi finalement, Mireille était trop brutale. Et vulgaire. Oui, très vulgaire. © Gallimard