share_book
Envoyer cet article par e-mail

La partialité comme atout dans les sciences humaines

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La partialité comme atout dans les sciences humaines

La partialité comme atout dans les sciences humaines

Collectif


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La partialité comme atout dans les sciences humaines"

Cet ouvrage démontre comment la partialité, totalement assumée par les chercheurs, devient un atout dans les sciences humaines, contrairement à la croyance en la toute-puissance de « l'impartialité scientifique ». Partisane de l'objectivité, notre culture n envisage la science que sous l'angle de la neutralité, seul chemin vers la vérité. Mais qu'en est-il des sciences humaines, où l'objet observé est en même temps le sujet observant, l'homme ? Comment prétendre à une objectivité totale, d'où toute prise de position serait absente ? Le chercheur peut-il se départir de son point de vue subjectif ? Allant à contre-courant des positions habituellement prises par les théoriciens, ce livre pose la question de la place du sujet, et plus précisément de la partialité, dans la recherche en psychologie. Le « sujet » dont il est question ici est double, à la fois « observant » et « observé » : de ce fait, le chercheur ne peut être que partial. Il se doit donc d'assumer cette partialité inhérente à sa pratique scientifique. « On voit aussi bien de biais que de face ». Les différents articles de l'ouvrage, démontrent en quoi la partialité constitue en fin de compte un atout en sciences humaines. En effet, constitutive de la condition humaine, la partialité est à l'origine de la pensée à élaborer dans le travail de la culture. Le chercheur ne doit pas la voir comme une tare, mais comme l'unique moyen d'accéder au débat critique : questionner et remettre en cause permet d'évoluer, ce qui n'est pas possible en adoptant une posture d'objectivité totale. Il faut se départir du désir de « saisir le réel » et accepter que la recherche est parfois meilleure quand elle assume d'être impliquée, engagée. Ainsi, la partialité assumée, sans peur de s'éloigner des critères habituels de « scientificité », devient ressource, renouveau, transformation théorique. Un ouvrage de réflexion à contre-courant des idées reçues, mené par des universitaires renommés.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300  pages
  • Dimensions :  1.6cmx17.0cmx23.8cm
  • Poids : 340.2g
  • Editeur :   In Press Paru le
  • Collection : Explorations psychanalytiques
  • ISBN :  2848352213
  • EAN13 :  9782848352213
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Cet ouvrage démontre comment la partialité, totalement assumée par les chercheurs, devient un atout dans les sciences humaines, contrairement à la croyance en la toute-puissance de « l'impartialité scientifique ». Partisane de l'objectivité, notre culture n envisage la science que sous l'angle de la neutralité, seul chemin vers la vérité. Mais qu'en est-il des sciences humaines, où l'objet observé est en même temps le sujet observant, l'homme ? Comment prétendre à une objectivité totale, d'où toute prise de position serait absente ? Le chercheur peut-il se départir de son point de vue subjectif ? Allant à contre-courant des positions habituellement prises par les théoriciens, ce livre pose la question de la place du sujet, et plus précisément de la partialité, dans la recherche en psychologie. Le « sujet » dont il est question ici est double, à la fois « observant » et « observé » : de ce fait, le chercheur ne peut être que partial. Il se doit donc d'assumer cette partialité inhérente à sa pratique scientifique. « On voit aussi bien de biais que de face ». Les différents articles de l'ouvrage, démontrent en quoi la partialité constitue en fin de compte un atout en sciences humaines. En effet, constitutive de la condition humaine, la partialité est à l'origine de la pensée à élaborer dans le travail de la culture. Le chercheur ne doit pas la voir comme une tare, mais comme l'unique moyen d'accéder au débat critique : questionner et remettre en cause permet d'évoluer, ce qui n'est pas possible en adoptant une posture d'objectivité totale. Il faut se départir du désir de « saisir le réel » et accepter que la recherche est parfois meilleure quand elle assume d'être impliquée, engagée. Ainsi, la partialité assumée, sans peur de s'éloigner des critères habituels de « scientificité », devient ressource, renouveau, transformation théorique. Un ouvrage de réflexion à contre-courant des idées reçues, mené par des universitaires renommés.