share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'année du cyclisme 2011 - nº38

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'année du cyclisme 2011 - nº38

L'année du cyclisme 2011 - nº38

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "L'année du cyclisme 2011 - nº38"

    Cette saison a sans aucun doute été une année de forts contrastes dans le monde du cyclisme sur route. Une impression symbolisée à merveille par les performances d’un homme, Alberto Contador. Ultra-dominateur sur un Giro exigeant, l’Espagnol est – presque – redevenu un coureur ordinaire un mois plus tard sur les routes du Tour de France. Contraste, encore, dans les résultats de Juan José Cobo, qui aura attendu le mois de septembre et le Tour d’Espagne pour enfin montrer qu’il a du talent. Contraste, toujours, entre les possibilités affichées en début de saison par Fabian Cancellara et le bilan du Suisse quelques mois plus tard. Collectionnant les accessits dans des classiques où il semblait le plus fort, « Spartacus » termine l’année avec une seule victoire probante, lors du Grand Prix E3 d’Harelbeke.  Contraste, enfin, dans un cyclisme français qui ne gagne toujours pas de grandes épreuves, mais dont les couleurs ont brillé. À l’exemple de Sylvain Chavanel dans le Tour des Flandres, de John Gadret sur le Giro ou de David Moncoutié sur la Vuelta. À l’exemple, aussi, du nouveau champion du monde espoirs, Arnaud Démare, qui n’est pas resté dans ses starting-blocks, et de Pierre-Henri Lecuisinier, qui s’est débrouillé comme un chef pour enlever le titre suprême chez les juniors. Sans oublier, évidemment, Thomas Voeckler, l’homme qui a fait trembler les ténors sur le Tour de France et rêver l’Hexagone en portant le maillot jaune dix jours durant.  Ces clairs-obscurs de la saison mettent d’autant plus en relief la régularité de quelques champions d’exception. Philippe Gilbert, l’as des classiques du printemps, a continué de récolter les lauriers en fin d’année. Mark Cavendish, plus que jamais roi du sprint, a multiplié les victoires d’étape sur le Giro et le Tour de France avant de s’illustrer dans un Championnat du monde taillé pour lui. Et que dire de Cadel Evans, qui a débuté 2011 en enlevant Tirreno-Adriatico, confirmé en s’imposant sur le Tour de Romandie avant de connaître, à 34 ans, l’apothéose sur le Tour de France ! Les grands champions sont définitivement ceux qui savent accéder au sommet et s’y maintenir.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Relié
    • 144  pages
    • Dimensions :  1.0cmx22.0cmx27.0cm
    • Poids : 975.2g
    • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
    • Collection : Annuels-Siècles
    • ISBN :  2702142273
    • EAN13 :  9782702142271
    • Classe Dewey :  030
    • Langue : Français

    D'autres livres de Jean Damien Lesay

    L'Année du cyclisme 2010 -nº37-

    Une année de cyclisme n’est jamais décevante. Pour se prémunir de la routine, la petite reine possède en effet un atout formidable : la roue, synonyme de temps qui passe, de temps qui revient et, bien sûr, de temps qui file… souvent très vite quand il s’agit de champions. En 2010, le tem...

    L'Année du cyclisme 2012 -N39

    Jean Damien Lesay est journaliste et suit l'actualité du football pour So Foot et Libération. Il est l’auteur de trois ouvrages : A mort l’arbitre ? (avec Franck Annese paru en 2007 chez Calmann-Lévy) ainsi que Les mots du football et Les personnages devenus mots, tous deux publiés chez Be...

    Voir tous les livres de Jean Damien Lesay

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Cette saison a sans aucun doute été une année de forts contrastes dans le monde du cyclisme sur route. Une impression symbolisée à merveille par les performances d’un homme, Alberto Contador. Ultra-dominateur sur un Giro exigeant, l’Espagnol est – presque – redevenu un coureur ordinaire un mois plus tard sur les routes du Tour de France. Contraste, encore, dans les résultats de Juan José Cobo, qui aura attendu le mois de septembre et le Tour d’Espagne pour enfin montrer qu’il a du talent. Contraste, toujours, entre les possibilités affichées en début de saison par Fabian Cancellara et le bilan du Suisse quelques mois plus tard. Collectionnant les accessits dans des classiques où il semblait le plus fort, « Spartacus » termine l’année avec une seule victoire probante, lors du Grand Prix E3 d’Harelbeke.  Contraste, enfin, dans un cyclisme français qui ne gagne toujours pas de grandes épreuves, mais dont les couleurs ont brillé. À l’exemple de Sylvain Chavanel dans le Tour des Flandres, de John Gadret sur le Giro ou de David Moncoutié sur la Vuelta. À l’exemple, aussi, du nouveau champion du monde espoirs, Arnaud Démare, qui n’est pas resté dans ses starting-blocks, et de Pierre-Henri Lecuisinier, qui s’est débrouillé comme un chef pour enlever le titre suprême chez les juniors. Sans oublier, évidemment, Thomas Voeckler, l’homme qui a fait trembler les ténors sur le Tour de France et rêver l’Hexagone en portant le maillot jaune dix jours durant.  Ces clairs-obscurs de la saison mettent d’autant plus en relief la régularité de quelques champions d’exception. Philippe Gilbert, l’as des classiques du printemps, a continué de récolter les lauriers en fin d’année. Mark Cavendish, plus que jamais roi du sprint, a multiplié les victoires d’étape sur le Giro et le Tour de France avant de s’illustrer dans un Championnat du monde taillé pour lui. Et que dire de Cadel Evans, qui a débuté 2011 en enlevant Tirreno-Adriatico, confirmé en s’imposant sur le Tour de Romandie avant de connaître, à 34 ans, l’apothéose sur le Tour de France ! Les grands champions sont définitivement ceux qui savent accéder au sommet et s’y maintenir.