share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Comédie humaine : Tome 1, La Maison du Chat-qui-pelote ; Gosbeck ; Le Peère Goriot ; Le Colonel Chabert ; La Messe de l'athée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Comédie humaine : Tome 1, La Maison du Chat-qui-pelote ; Gosbeck ; Le Peère Goriot ; Le Colonel Chabert ; La Messe de l'athée

La Comédie humaine : Tome 1, La Maison du Chat-qui-pelote ; Gosbeck ; Le Peère Goriot ; Le Colonel Chabert ; La Messe de l'athée

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Comédie humaine : Tome 1, La Maison du Chat-qui-pelote ; Gosbeck ; Le Peère..."

" Combien de choses n'ai-je pas apprises en exerçant ma charge ! J'ai vu mourir un père dans un grenier, sans sou ni maille, abandonné par deux filles auxquelles il avait donné quarante mille livres de rente ! J'ai vu brûler des testaments ; j'ai vu des mères dépouillant leurs enfants, des maris volant leurs femmes, des femmes tuant leurs maris et se servant de l'amour qu'elles leur inspiraient pour les rendre fous ou imbéciles, afin de vivre en paix avec un amant. J'ai vu des femmes donnant à l'enfant d'un premier lit des goûts qui devaient amener sa mort, afin d'enrichir l'enfant de l'amour. Je ne puis vous dire tout ce que j'ai vu, car j'ai vu des crimes contre lesquels la justice est impuissante. Enfin, toutes les horreurs que les romanciers croient inventer sont toujours au-dessous de la vérité. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 1076  pages
  • Dimensions :  4.4cmx13.0cmx19.8cm
  • Poids : 839.1g
  • Editeur :   Omnibus Paru le
  • ISBN :  2258089379
  • EAN13 :  9782258089372
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Honoré de Balzac

Le Père Goriot

" J'ai trouvé une idée merveilleuse. je serai un homme de génie ", s'exclame Balzac au moment où il écrit Le Père Goriot. Il venait d'imaginer La Comédie humaine, ce cycle romanesque dans lequel les mêmes personnages réapparaissent d'un roman à l'autre. Il venait de créer un monde, le ...

Prix : 22 DH
Le Père Goriot

L'œuvre de Balzac suivie d'un complément d'étude : des groupements de textes, les repères historiques, culturels et littéraires, l'étude du genre et une préparation au ...

Prix : 66 DH

Le père Goriot

Rastignac est un jeune provincial qui cherche à s'insérer dans la société parisienne. Il lui manque les manières et l'argent. Pour parvenir, il côtoie les femmes du monde, mais reste attaché à son voisin de la pension Vauquer, le père Goriot, vieillard malheureux abandonné de ses filles. ...

Prix : 25 DH
Le colonel chabert

Sauvé par miracle après avoir été laissé pour mort à la bataille d'Eylau, le colonel Chabert revient parmi les siens. Mais, loin d'être traité en héros, le vieux soldat passe désormais pour un fou. Incapable de prouver son identité, il s'acharne à quémander un droit à l'existence que ...

Prix : 25 DH

Voir tous les livres de Honoré de Balzac

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Combien de choses n'ai-je pas apprises en exerçant ma charge ! J'ai vu mourir un père dans un grenier, sans sou ni maille, abandonné par deux filles auxquelles il avait donné quarante mille livres de rente ! J'ai vu brûler des testaments ; j'ai vu des mères dépouillant leurs enfants, des maris volant leurs femmes, des femmes tuant leurs maris et se servant de l'amour qu'elles leur inspiraient pour les rendre fous ou imbéciles, afin de vivre en paix avec un amant. J'ai vu des femmes donnant à l'enfant d'un premier lit des goûts qui devaient amener sa mort, afin d'enrichir l'enfant de l'amour. Je ne puis vous dire tout ce que j'ai vu, car j'ai vu des crimes contre lesquels la justice est impuissante. Enfin, toutes les horreurs que les romanciers croient inventer sont toujours au-dessous de la vérité. "