share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire du visage : Exprimer et taire ses émotions (du XVIe siècle au début du XIXe siècle)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire du visage : Exprimer et taire ses émotions (du XVIe siècle au début du XIXe siècle)

Histoire du visage : Exprimer et taire ses émotions (du XVIe siècle au début du XIXe siècle)

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Histoire du visage : Exprimer et taire ses émotions (du XVIe siècle au début du XIXe siècle)"

Le visage parle. Entre le XVIe et le XIXe siècle, les textes le disent et le répètent : dans les traits de l'homme physique, on peut lire l'homme psychologique. Mais le visage peut aussi dissimuler, et la physionomie traduire autant l'authenticité que la conformité. De plus en plus sensible à l'individu, au regard et au mouvement des traits, le XVIe siècle voit grandir l'empire de l'expression individuelle. Mais dans le même temps, on en vient à se méfier de tout excès et à vouloir mettre le corps au silence. A l'aube du XIXe siècle, avec l'avènement des sociétés de masse, les visages tendent à devenir anonymes, une peur de l'inconnu se dessine, ainsi que des partages entre physionomie de l'honnête homme et de l'homme dangereux, entre physique populaire et physique bourgeois...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 286  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.0cmx16.8cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Payot Paru le
  • Collection : Petite Bibliothèque Payot
  • ISBN :  2228902144
  • EAN13 :  9782228902144
  • Classe Dewey :  302.222
  • Langue : Français

D'autres livres de  Claudine Haroche

Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi

Débarrassé de tout jargon philosophique ou sociologique, ce bref ouvrage, instaurant un dialogue socratique entre les deux auteurs, retrace l'histoire de l'affranchissement de l'individu envers les grands groupes sociaux auxquels il était soumis. L'émergence de l'individu moderne suppose, à ...

Les tyrannies de la visibilité.

La visibilité est un terme qui revient aujourd'hui de façon récurrente dans le débat public. Nous vivons une injonction permanente à rendre visible - à travers les médias, les réseaux sociaux, les blogs, Internet... - ce que nous sommes et ce que nous faisons, sous peine d'être voués à...

Désir de penser, peur de penser

Cet ouvrage entend s'attacher aux origines et aux effets de la tension entre le désir et la peur de penser - particulièrement vive - dans les sociétés contemporaines : désir, besoin de penser qui supposent la liberté, l'audace, le courage, l'imagination, le temps de l'hésitation et du doute, ...

Voir tous les livres de  Claudine Haroche

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le visage parle. Entre le XVIe et le XIXe siècle, les textes le disent et le répètent : dans les traits de l'homme physique, on peut lire l'homme psychologique. Mais le visage peut aussi dissimuler, et la physionomie traduire autant l'authenticité que la conformité. De plus en plus sensible à l'individu, au regard et au mouvement des traits, le XVIe siècle voit grandir l'empire de l'expression individuelle. Mais dans le même temps, on en vient à se méfier de tout excès et à vouloir mettre le corps au silence. A l'aube du XIXe siècle, avec l'avènement des sociétés de masse, les visages tendent à devenir anonymes, une peur de l'inconnu se dessine, ainsi que des partages entre physionomie de l'honnête homme et de l'homme dangereux, entre physique populaire et physique bourgeois...