share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ivresse et transfiguration : Esthétique de Nietzche

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ivresse et transfiguration : Esthétique de Nietzche

Ivresse et transfiguration : Esthétique de Nietzche

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ivresse et transfiguration : Esthétique de Nietzche"

On sait que Nietzsche a placé sa philosophie de l'art sous le signe emblématique des rapports entre Dionysos et Apollon, soulignant ainsi qu'il n'y a de " création " artistique véritable qu'au point d'intersection de la forme et de la force, de la chair et de l'esprit, de la vie et du sens Mais s'est-on assez interrogé sur l'"esthétique" à laquelle cette philosophie de l'art a voulu donner naissance ? A-t-on remarqué que l'esthétique nietzschéenne de la création renferme un curieux paradoxe, si, par définition, l'esthétique repose sur la " réception " de quelque chose de sensible et la création, sur la " donation " d'une forme artistique ? Est-ce pour dénouer ce paradoxe que Nietzsche a estimé qu'il fallait repenser de fond en comble le concept de " forme ", " viriliser " les enjeux de la création, considérer celle-ci comme le fruit de " l'ivresse " et rattache l'oeuvre d'art à un processus de " transfiguration " Telles sont les questions à l'origine de cet essai, dans lequel Paul Audi se propose d'éclairer le sens de la " modernité " en art, en nous indiquant tout le profit qu'il est encore possible - et qu'il est toujours souhaitable - de tirer de cette esthétique de Nietzsche qui aura transformé les rapports entre Art et Nature tels que la métaphysique occidentale les avait définis jusque-là

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 219  pages
  • Dimensions :  1.4cmx10.2cmx17.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Biblio Essais
  • ISBN :  2253943517
  • EAN13 :  9782253943518
  • Classe Dewey :  100
  • Langue : Français

D'autres livres de Paul Audi

Créer : Introduction à l'esth/éthique

Pourquoi - au moins dans le monde désenchanté " qui est le nôtre - l'être humain se sent-il porté à créer? Que cherche-t-il, que vise-t-il à atteindre en allant " au fond de l'inconnu pour trouver du nouveau "? Cette finalité est-elle d'ailleurs la même à toutes les époques, ou change-t-...

Le théorême du Surmâle : Lacan selon Jarry

"L'amour est un acte sans importance, puisqu'on peut le faire indéfiniment", tel est le théorème énoncé en ouverture du Surmâle, roman publié en 1902 et qualifié de "moderne" par son auteur, Alfred Jarry. Pour Paul Audi, la vérification de la validité de ce théorème telle qu'elle s'accom...

Michel Henry : Une trajectoire philosophique

Michel Henry (1922-2002), philosophe et romancier, appartient à la famille des phénoménologues " sans monde " (avec Lévinas, et peut-être Derrida), que l'on pourrait opposer à celle des phénoménologues " du monde " (Heidegger, Merleau-Ponty). Reprochant aux systèmes philosophiques d'oublier...

Je me suis toujours été un autre : Le paradis de Romain Gary

Pour parler de soi, Romain Gary disait : "Je me suis toujours été un autre ". Peut-on, dans ces conditions, prétendre savoir qui il est? La solution réside peut-être dans le mot " aspiration ", qui permet de placer toute son œuvre sous le signe d'un certain messianisme que Gary rattachait à s...

Voir tous les livres de Paul Audi

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

On sait que Nietzsche a placé sa philosophie de l'art sous le signe emblématique des rapports entre Dionysos et Apollon, soulignant ainsi qu'il n'y a de " création " artistique véritable qu'au point d'intersection de la forme et de la force, de la chair et de l'esprit, de la vie et du sens Mais s'est-on assez interrogé sur l'"esthétique" à laquelle cette philosophie de l'art a voulu donner naissance ? A-t-on remarqué que l'esthétique nietzschéenne de la création renferme un curieux paradoxe, si, par définition, l'esthétique repose sur la " réception " de quelque chose de sensible et la création, sur la " donation " d'une forme artistique ? Est-ce pour dénouer ce paradoxe que Nietzsche a estimé qu'il fallait repenser de fond en comble le concept de " forme ", " viriliser " les enjeux de la création, considérer celle-ci comme le fruit de " l'ivresse " et rattache l'oeuvre d'art à un processus de " transfiguration " Telles sont les questions à l'origine de cet essai, dans lequel Paul Audi se propose d'éclairer le sens de la " modernité " en art, en nous indiquant tout le profit qu'il est encore possible - et qu'il est toujours souhaitable - de tirer de cette esthétique de Nietzsche qui aura transformé les rapports entre Art et Nature tels que la métaphysique occidentale les avait définis jusque-là