share_book
Envoyer cet article par e-mail

Jean-Paul Sartre et le désir d'être : Une lecture de L'Etre et le néant

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Jean-Paul Sartre et le désir d'être : Une lecture de L'Etre et le néant

Jean-Paul Sartre et le désir d'être : Une lecture de L'Etre et le néant

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Jean-Paul Sartre et le désir d'être : Une lecture de L'Etre et le néant"

La notion à laquelle aboutit L'être et le néant est bien celle du " désir d'être " qui, selon Sartre, définit et caractérise le plus concrètement possible l'être humain. On avait généralement (et peut-être plus aisément) retenu la notion sartrienne de " manque d'être " relative à l'humain. Certes, Sartre s'emploie patiemment à décrire ce manque qui n'est pourtant en rien passif ni nullement inerte, puisque la recherche de Sartre aboutit à découvrir l'humain essentiellement animé de la tendance à " remplir les vides ". Loin d'être une fatalité désespérante, ce manque est bien réel ; c'est néanmoins un manque actif au point même qu'il est plutôt un désir vif et constant de ce dont il manque manifestement. Angèle Kremer Marietti propose ici une lecture compréhensive du texte de L'être et le néant en centrant l'objectif sur une notion qui n'apparaît explicitement qu'au cours et en fin de parcours de la longue description sartrienne des phénomènes de conscience et/ou de l'être vécu.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 80  pages
  • Dimensions :  0.8cmx12.8cmx21.0cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • Collection : Commentaires philosophiques
  • ISBN :  2747584836
  • EAN13 :  9782747584838
  • Classe Dewey :  194
  • Langue : Français

D'autres livres de Angèle Kremer Marietti

Cours sur la première recherche logique de Husserl

L'analyse scrupuleuse de la Première Recherche Logique nous fait découvrir la problématique qui est celle de Husserl dans le commencement de son philosopher. Sous l'égide de Bolzano et de Brentano, Husserl commence en effet une critique analytique de la connaissance qui relève d'un certain posi...

Voir tous les livres de Angèle Kremer Marietti

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La notion à laquelle aboutit L'être et le néant est bien celle du " désir d'être " qui, selon Sartre, définit et caractérise le plus concrètement possible l'être humain. On avait généralement (et peut-être plus aisément) retenu la notion sartrienne de " manque d'être " relative à l'humain. Certes, Sartre s'emploie patiemment à décrire ce manque qui n'est pourtant en rien passif ni nullement inerte, puisque la recherche de Sartre aboutit à découvrir l'humain essentiellement animé de la tendance à " remplir les vides ". Loin d'être une fatalité désespérante, ce manque est bien réel ; c'est néanmoins un manque actif au point même qu'il est plutôt un désir vif et constant de ce dont il manque manifestement. Angèle Kremer Marietti propose ici une lecture compréhensive du texte de L'être et le néant en centrant l'objectif sur une notion qui n'apparaît explicitement qu'au cours et en fin de parcours de la longue description sartrienne des phénomènes de conscience et/ou de l'être vécu.