share_book
Envoyer cet article par e-mail

Oeuvres : Poèmes, roman, nouvelles, contes, essais, journaux

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Oeuvres : Poèmes, roman, nouvelles, contes, essais, journaux

Oeuvres : Poèmes, roman, nouvelles, contes, essais, journaux

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Oeuvres : Poèmes, roman, nouvelles, contes, essais, journaux"

Pour la première fois réunies en un seul volume, les uvres essentielles de Sylvia Plath (1932-1963), auteur majeur de la poésie américaine de l après-Seconde Guerre mondiale, devenue l objet d une vénération qui ne faiblit pas, depuis sa mort prématurée et brutale à l âge de trente ans. Son écriture est fondée sur l expérience privée des conflits et des désordres du moi, de la situation de la femme dans la culture. La vie est inséparable de l écriture : « Je ne peux me contenter du travail colossal que représente le fait de simplement vivre. Oh non, il faut que j organise la vie en sonnets et sextines, procure un réflecteur verbal à l ampoule de soixante watts que j ai dans la tête » (Journaux, 14 mai 1953) ; et la création est vouée à la fluctuation entre le sentiment de toute-puissance et l angoisse de l anéantissement. Comme s il fallait au sujet atteindre « le fond », en quelque sorte mourir, pour refaire surface, renouer avec les forces de l être, renaître...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 1288  pages
  • Dimensions :  4.0cmx14.0cmx20.6cm
  • Poids : 938.9g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Quarto
  • ISBN :  2070132196
  • EAN13 :  9782070132195
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Sylvia Plath

La cloche de détresse

Esther Greenwood, dix-neuf ans, est à New York avec d'autres lauréates d'un concours de poésie organisé par un magazine de mode. De réceptions en soirées passées pour tuer le temps, ce sont quelques jours d'une existence agitée et futile que vit la narratrice. En même temps, elle se souvien...

Prix : 129 DH

Ariel

« Secs, sans cavalier, les mots Et leur galop infatigable Quand Depuis le fond de l'étang, les étoiles Régissent une vie. » Ariel, génie de l'air de La Tempête, de Shakespeare, est aussi le nom du cheval blanc que montait à l'aube dans le Devon, en Angleterre, l'un des plus extraordinaires p...

Voir tous les livres de Sylvia Plath

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pour la première fois réunies en un seul volume, les uvres essentielles de Sylvia Plath (1932-1963), auteur majeur de la poésie américaine de l après-Seconde Guerre mondiale, devenue l objet d une vénération qui ne faiblit pas, depuis sa mort prématurée et brutale à l âge de trente ans. Son écriture est fondée sur l expérience privée des conflits et des désordres du moi, de la situation de la femme dans la culture. La vie est inséparable de l écriture : « Je ne peux me contenter du travail colossal que représente le fait de simplement vivre. Oh non, il faut que j organise la vie en sonnets et sextines, procure un réflecteur verbal à l ampoule de soixante watts que j ai dans la tête » (Journaux, 14 mai 1953) ; et la création est vouée à la fluctuation entre le sentiment de toute-puissance et l angoisse de l anéantissement. Comme s il fallait au sujet atteindre « le fond », en quelque sorte mourir, pour refaire surface, renouer avec les forces de l être, renaître...