share_book
Envoyer cet article par e-mail

Venise itinérance

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Venise itinérance

Venise itinérance

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Venise itinérance"

“«C'est après la pluie qu'il faut voir Venise», répétait Whistler : c'est après la vie que je reviens m'y contempler. Venise jalonne mes jours comme les espars à tête goudronnée balisent sa lagune ; ce n'est, parmi d'autres, qu'un point de perspective”, écrivait Paul Morand dans Venises. En écho à la figure de proue des gondoles – dont six barres évoquent les six sestieri (“quartiers”) de la ville, l'autre, en sens opposé, l'île de la Giudecca, et dont la ligne sinueuse dessine la courbe du Grand Canal –, les pages nous mènent en un lent che-minement d'une rive à l'autre, de la pointe de la Dogana jusqu'à l'église des Scalzi et à la gare ferroviaire, lieu de tant d'ailleurs.Venise à fleur d'eau, où l'eau semble, parfois, sourdre doucement des pierres. Venise essentielle, quasi dépeuplée, dont les courbes semblent le reflet des ferronneries patriciennes, où les couleurs ont le chatoiement élégant des tissus fortuniens. Proust appelait Venise le “haut lieu de la religion de la Beauté” : voici la beauté méconnue d'une ville aux ciels voilés et opalescents de novembre, quand tout s'y tait, que seuls les frémissements de l'air et de l'eau s'effacent devant les calli, les campi, les palais et les églises, les demeures plus modestes, le marché aux poissons de Rialto, vide. Contrepoint des images et, avec elles, la poésie toujours renouvelée d'une ville profonde et intérieure, où l'hier et l'aujourd'hui se confrontent et s'entremêlent tour à tour.“Quand je cherche un synonyme pour musique, je ne trouve jamais que ce mot, Venise”, avouait Nietzsche : Venise est une musique mystérieuse où il est vital de se perdre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 180  pages
  • Dimensions :  2.4cmx26.8cmx30.8cm
  • Poids : 1619.3g
  • Editeur :   Imprimerie Nationale Paru le
  • Collection : IMPRIMERIE NATI
  • ISBN :  2742796606
  • EAN13 :  9782742796601
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Rosenberg

Peintures françaises dans les collections allemandes XVIIe-XVIIIe siècles : Poussin, Watteau, Chardin, David...

Poussin, Watteau, Chardin, David... Ces grands noms de la peinture française des XVIIe et XVIIIe siècles ici réunis ont un point commun : leurs tableaux, rassemblés dans l'exposition présentée au Grand Palais - qui rejoindra ensuite Munich puis Bonn -, proviennent tous de collections publiques...

Voir tous les livres de Pierre Rosenberg

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

“«C’est après la pluie qu’il faut voir Venise», répétait Whistler : c’est après la vie que je reviens m’y contempler. Venise jalonne mes jours comme les espars à tête goudronnée balisent sa lagune ; ce n’est, parmi d’autres, qu’un point de perspective”, écrivait Paul Morand dans Venises. En écho à la figure de proue des gondoles – dont six barres évoquent les six sestieri (“quartiers”) de la ville, l’autre, en sens opposé, l’île de la Giudecca, et dont la ligne sinueuse dessine la courbe du Grand Canal –, les pages nous mènent en un lent che-minement d’une rive à l’autre, de la pointe de la Dogana jusqu’à l’église des Scalzi et à la gare ferroviaire, lieu de tant d’ailleurs.Venise à fleur d’eau, où l’eau semble, parfois, sourdre doucement des pierres. Venise essentielle, quasi dépeuplée, dont les courbes semblent le reflet des ferronneries patriciennes, où les couleurs ont le chatoiement élégant des tissus fortuniens. Proust appelait Venise le “haut lieu de la religion de la Beauté” : voici la beauté méconnue d’une ville aux ciels voilés et opalescents de novembre, quand tout s’y tait, que seuls les frémissements de l’air et de l’eau s’effacent devant les calli, les campi, les palais et les églises, les demeures plus modestes, le marché aux poissons de Rialto, vide. Contrepoint des images et, avec elles, la poésie toujours renouvelée d’une ville profonde et intérieure, où l’hier et l’aujourd’hui se confrontent et s’entremêlent tour à tour.“Quand je cherche un synonyme pour musique, je ne trouve jamais que ce mot, Venise”, avouait Nietzsche : Venise est une musique mystérieuse où il est vital de se perdre.