share_book
Envoyer cet article par e-mail

Venise rococo. L'art de vivre dans la lagune au XVIIIe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Venise rococo. L'art de vivre dans la lagune au XVIIIe siècle

Venise rococo. L'art de vivre dans la lagune au XVIIIe siècle

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Venise rococo. L'art de vivre dans la lagune au XVIIIe siècle"

Au début du XVIIIe siècle, Venise ne se présente plus comme le théâtre de la grandeur baroque. L’excès et l’emphase s’apaisent : un registre plus détendu s’affirme, déterminé par le bon gout de l’esthétique rococo, qui troque le faste et la surabondance contre une inclinaison pour les petites choses. Les espaces destinés à être décorés sont désormais surtout les pièces les plus secrètes, les boudoirs, les lieux intimes, destinés aux réunions entre amis et à la conversation. Les allégories redondantes de l’époque baroque sont remplacées par un langage plus léger, animé d’éléments naturalistes et d’ornements gracieux. Les teintes aussi s’éclaircissent : de la blancheur éblouissante relevée d’ors des stucs on passe aux tonalités pastel douces et reposantes. L’esthétique rococo induit un renversement des termes comme des valeurs : ce qui était minuscule devient grandiose. Il s’agit de la conversion « éclairée », qui fait qu’on passe de la rhétorique à l’antirhétorique. C’est l’immense intérêt de la campagne photographique à l’origine de cet ouvrage que de nous restituer et nous faire mesurer dans tous ses détails la mue considérable qu’a connu alors la Sérénissime. Qu’il s’agisse des extérieurs ou des intérieurs de la ville, Venise à cette époque a rejeté le masque du mythe, pour arborer ses véritables traits « humains». C’est un siècle qui fixe le visage de la ville par le biais du pinceau de Canaletto et qui, dans les toiles de Pietro Longhi et les comédies de Carlo Goldoni, surprend la noblesse, ainsi que la bourgeoisie et le peuple, dans leurs attitudes quotidiennes. Pour autant, ce n’est pas une époque uniforme : si d’une part elle se perd dans les cieux infinis de Tiepolo, d’autre part elle s’attarde sur les décolletés des religieuses immortalisées par Francesco Guardi. Grâce à une campagne de prise de vue et une iconographie spectaculaires, les auteurs font découvrir au lecteur un Venise différent qui ne se cantonne pas aux images suggestives de de Tiepolo et Canaletto mais s’élargit aux lieux cachés et fascinants de la vie culturelle et sociale de l’époque. Ils ouvrent les portes de palais méconnus et dévoilent les secrets de la vie quotidienne de l’aristocratie vénitienne du XVIIIe siècle, avec ses habits, ses objets de toilette, ses gouts raffinés pour le décor, pour l’art, la musique, le théâtre et la peinture. L’ultime art de vivre des années rococo avant la chute brutale de la République en 1797, victime du poids de l’Histoire

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 272  pages
  • Dimensions :  3.2cmx28.2cmx33.2cm
  • Poids : 2658.1g
  • Editeur :   Hazan Paru le
  • Collection : Beaux Arts
  • ISBN :  2754105573
  • EAN13 :  9782754105576
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Au début du XVIIIe siècle, Venise ne se présente plus comme le théâtre de la grandeur baroque. L’excès et l’emphase s’apaisent : un registre plus détendu s’affirme, déterminé par le bon gout de l’esthétique rococo, qui troque le faste et la surabondance contre une inclinaison pour les petites choses. Les espaces destinés à être décorés sont désormais surtout les pièces les plus secrètes, les boudoirs, les lieux intimes, destinés aux réunions entre amis et à la conversation. Les allégories redondantes de l’époque baroque sont remplacées par un langage plus léger, animé d’éléments naturalistes et d’ornements gracieux. Les teintes aussi s’éclaircissent : de la blancheur éblouissante relevée d’ors des stucs on passe aux tonalités pastel douces et reposantes. L’esthétique rococo induit un renversement des termes comme des valeurs : ce qui était minuscule devient grandiose. Il s’agit de la conversion « éclairée », qui fait qu’on passe de la rhétorique à l’antirhétorique. C’est l’immense intérêt de la campagne photographique à l’origine de cet ouvrage que de nous restituer et nous faire mesurer dans tous ses détails la mue considérable qu’a connu alors la Sérénissime. Qu’il s’agisse des extérieurs ou des intérieurs de la ville, Venise à cette époque a rejeté le masque du mythe, pour arborer ses véritables traits « humains». C’est un siècle qui fixe le visage de la ville par le biais du pinceau de Canaletto et qui, dans les toiles de Pietro Longhi et les comédies de Carlo Goldoni, surprend la noblesse, ainsi que la bourgeoisie et le peuple, dans leurs attitudes quotidiennes. Pour autant, ce n’est pas une époque uniforme : si d’une part elle se perd dans les cieux infinis de Tiepolo, d’autre part elle s’attarde sur les décolletés des religieuses immortalisées par Francesco Guardi. Grâce à une campagne de prise de vue et une iconographie spectaculaires, les auteurs font découvrir au lecteur un Venise différent qui ne se cantonne pas aux images suggestives de de Tiepolo et Canaletto mais s’élargit aux lieux cachés et fascinants de la vie culturelle et sociale de l’époque. Ils ouvrent les portes de palais méconnus et dévoilent les secrets de la vie quotidienne de l’aristocratie vénitienne du XVIIIe siècle, avec ses habits, ses objets de toilette, ses gouts raffinés pour le décor, pour l’art, la musique, le théâtre et la peinture. L’ultime art de vivre des années rococo avant la chute brutale de la République en 1797, victime du poids de l’Histoire