share_book
Envoyer cet article par e-mail

Colbert : La vertu usurpée

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Colbert : La vertu usurpée

Colbert : La vertu usurpée

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Colbert : La vertu usurpée"

En réaction à la vulgate officielle qui a fini par statufier Colbert, une vision tonique et renouvelée, parfois iconoclaste, faisant apparaître un ministre aux réussites moins incontestables qu'on ne l'a dit, un homme moins vertueux qu'on ne l'a présenté. On connaît l'image consensuelle et convenue de Colbert telle qu'elle a été complaisamment forgée par les historiens de la IIIe République : le ministre mesuré, austère, intègre, pragmatique, serviteur jusqu'au sacrifice personnel de son roi, de l'Etat, du royaume. Au fil de ces pages, celui que Mme de Sévigné appelait " le Nord ", craignant " la glace qui l'attendait " juste avant d'entrer en audience avec lui, apparaît tel qu'en lui-même : prêt à tout pour conquérir puis conserver le pouvoir, d'une rare violence devant les obstacles, retors, machiavélique et manipulateur, ne pensant qu'à placer les membres de sa famille aux plus hauts postes et à accroître sa fortune par tous les moyens, même frauduleux. Alors que les Etats reviennent en force dans la vie économique et financière, une nouvelle biographie de Colbert, incarnation de la centralisation s'il en est, s'imposait tout naturellement. Mais une biographie sans concession, pointant du doigt les limites du personnage et réévaluant une oeuvre qu'on a trop longtemps encensée.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 488  pages
  • Dimensions :  3.6cmx15.4cmx23.4cm
  • Poids : 639.6g
  • Editeur :   Librairie Académique Perrin Paru le
  • ISBN :  2262032114
  • EAN13 :  9782262032111
  • Classe Dewey :  944.033 092
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En réaction à la vulgate officielle qui a fini par statufier Colbert, une vision tonique et renouvelée, parfois iconoclaste, faisant apparaître un ministre aux réussites moins incontestables qu'on ne l'a dit, un homme moins vertueux qu'on ne l'a présenté. On connaît l'image consensuelle et convenue de Colbert telle qu'elle a été complaisamment forgée par les historiens de la IIIe République : le ministre mesuré, austère, intègre, pragmatique, serviteur jusqu'au sacrifice personnel de son roi, de l'Etat, du royaume. Au fil de ces pages, celui que Mme de Sévigné appelait " le Nord ", craignant " la glace qui l'attendait " juste avant d'entrer en audience avec lui, apparaît tel qu'en lui-même : prêt à tout pour conquérir puis conserver le pouvoir, d'une rare violence devant les obstacles, retors, machiavélique et manipulateur, ne pensant qu'à placer les membres de sa famille aux plus hauts postes et à accroître sa fortune par tous les moyens, même frauduleux. Alors que les Etats reviennent en force dans la vie économique et financière, une nouvelle biographie de Colbert, incarnation de la centralisation s'il en est, s'imposait tout naturellement. Mais une biographie sans concession, pointant du doigt les limites du personnage et réévaluant une oeuvre qu'on a trop longtemps encensée.