share_book
Envoyer cet article par e-mail

Introduction aux sciences criminelles : Pour une approche globale et intégrée du phénomène criminel

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Introduction aux sciences criminelles : Pour une approche globale et intégrée du phénomène criminel

Introduction aux sciences criminelles : Pour une approche globale et intégrée du phénomène criminel

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Introduction aux sciences criminelles : Pour une approche globale et intégrée du phénomène criminel"

Le crime est fondamentalement complexe, comme l'être humain qui le commet. Généralement décrit au travers de démarches éclatées, voire réductionnistes, le phénomène criminel commande une stratégie scientifique d'approche globale et intégrée. Une telle stratégie doit permettre aux acteurs de la réaction sociale au crime de sortir des confusions conceptuelles, des incohérences empiriques et des amalgames doxologiques, caractéristiques du domaine entrepris. Une telle stratégie s'impose d'autant plus que le crime n'est pas inévitable. L'enracinement dans la criminalité n'est pas davantage irréversible. Tout indique, en ce sens, que le crime est très généralement vécu comme la seule réponse adaptée aux conflits (d'intensité, de contenu et de, fréquence variables) émergeant au sein du groupe social. Très massivement, les actes de petite délinquance sont le lot des tribunaux répressifs. Les réponses pénales, cristallisées sur les plus démunis d'entre nous, n'en demeurent pas moins fortement coercitives, au mépris des principes fondateurs de justice, d'égalité et de proportionnalité. Par un meilleur partage des savoirs, des avoirs et des pouvoirs, la plupart des dysfonctionnements institutionnels et individuels repérés (contentieux surchargé, surpopulation pénale, récidive, prise en charge éclatée et incomplète des victimes, notamment) se résorberaient mieux. Sans négliger les substantielles économies qui en résulteraient. La mise en harmonie des valeurs à protéger socialement, des modalités destinées à prévenir leur transgression éventuelle comme des réponses de nature à en éviter la répétition apparaît très urgente. Notre système de justice pénale, s'affichant résolument démocratique, ne peut s'en dispenser: Les sciences criminelles ont vocation à y participer.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 350  pages
  • Dimensions :  2.6cmx12.8cmx21.2cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   L'harmattan Paru le
  • Collection : Traité de sciences Criminelles
  • ISBN :  2296067719
  • EAN13 :  9782296067714
  • Classe Dewey :  364
  • Langue : Français

D'autres livres de Robert Cario

Victimologie, tome 1 : De l'effraction du lien intersubjectif à la restauration sociale

Après avoir connu un " âge d'or " jusqu'à la fin du Moyen Age, les victimes sont tombées dans " les oubliettes " du système de justice pénale, durant de longs siècles. Ce n'est que depuis quelques années qu'u cadre normatif respectueux de leurs droits se construit, tant au niveau internation...

L'aide aux victimes : 20 ans après. : Autour de l'oeuvre de Micheline Baril

C'est à l'initiative de Robert Badinter que l'aide aux victimes a connu, dès 1982, un essor significatif en France. Dans le prolongement des premières propositions issues du Rapport Milliez, confirmées par le Rapport Lienemann, des politiques publiques, dorénavant interministérielles, tentent ...

La victime est-elle coupable ? : Autour de l'oeuvre d'Ezzat Abdel Fattah

Durant de longs siècles, les victimes ont perdu toute initiative dans la régulation des conflits d'ordre pénal qu'elles subissaient. Leurs dommages ne faisaient pas davantage l'objet de réparation(s) équitable(s). Il a fallu attendre la fin des années 1950 pour que les victimologues s'intéres...

Voir tous les livres de Robert Cario

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le crime est fondamentalement complexe, comme l'être humain qui le commet. Généralement décrit au travers de démarches éclatées, voire réductionnistes, le phénomène criminel commande une stratégie scientifique d'approche globale et intégrée. Une telle stratégie doit permettre aux acteurs de la réaction sociale au crime de sortir des confusions conceptuelles, des incohérences empiriques et des amalgames doxologiques, caractéristiques du domaine entrepris. Une telle stratégie s'impose d'autant plus que le crime n'est pas inévitable. L'enracinement dans la criminalité n'est pas davantage irréversible. Tout indique, en ce sens, que le crime est très généralement vécu comme la seule réponse adaptée aux conflits (d'intensité, de contenu et de, fréquence variables) émergeant au sein du groupe social. Très massivement, les actes de petite délinquance sont le lot des tribunaux répressifs. Les réponses pénales, cristallisées sur les plus démunis d'entre nous, n'en demeurent pas moins fortement coercitives, au mépris des principes fondateurs de justice, d'égalité et de proportionnalité. Par un meilleur partage des savoirs, des avoirs et des pouvoirs, la plupart des dysfonctionnements institutionnels et individuels repérés (contentieux surchargé, surpopulation pénale, récidive, prise en charge éclatée et incomplète des victimes, notamment) se résorberaient mieux. Sans négliger les substantielles économies qui en résulteraient. La mise en harmonie des valeurs à protéger socialement, des modalités destinées à prévenir leur transgression éventuelle comme des réponses de nature à en éviter la répétition apparaît très urgente. Notre système de justice pénale, s'affichant résolument démocratique, ne peut s'en dispenser: Les sciences criminelles ont vocation à y participer.