share_book
Envoyer cet article par e-mail

La chose traumatique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La chose traumatique

La chose traumatique

Collectif,   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La chose traumatique"

Peut-on encore parler de traumatisme ? La question mérite d'être posée tant le mot est galvaudé aujourd'hui et qu'il autorise les idéologies les plus diverses, les pratiques les plus contradictoires. On le retrouve partout : il est passé dans la langue courante autorisant les demandes de psychothérapies les plus variées, il fait office de supplément d'âme humanitaire, il sert de viatique à toutes les cellules d'urgence psychologiques pour gérer les crises de toutes natures. On pourrait croire qu'il est devenu tellement répandu qu'il a perdu toute pertinence, qu'il n'est plus l'index d'aucun réel. Ce que ce mot banalisé implique et conforte c'est bien sûr l'empire de la " psychologie ", même si elle se présente volontiers parée de concepts issus de la psychanalyse. La souffrance majeure est avant tout désormais une " souffrance psychologique ", dont la nomination est enjeu de combats juridiques : faire reconnaître cette souffrance intime, la faire passer au public, est devenu le préalable à l'ouverture des droits à réparation. selon la logique du droit des victimes. " L'enfant " est devenu par excellence cet être menacé par la violence et le sexe et l'on se précipite dans un activisme de prétendues réponses techniques, selon des protocoles normés, et sous la menace omniprésente de la responsabilité juridique. Il fallait donc en premier lieu aborder directement la critique de certaines pratiques qui s'autorisent de ce discours sur le traumatisme, qu'il s'agisse du signalement des abus sexuels sur mineurs, ou des méthodes standardisées de débriefing. Il fallait aussi prendre la mesure de l'écho de cette thématique dans la culture et dans l'histoire. Il fallait enfin revenir au concept de traumatisme tel qu'il a été formalisé dans la théorie psychanalytique, où il a donné lieu à des débats dont les enjeux apparaissent du coup éminemment concrets.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 142  pages
  • Dimensions :  1.2cmx13.6cmx20.8cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • Collection : Pratiques de la folie
  • ISBN :  2747584909
  • EAN13 :  9782747584906
  • Classe Dewey :  616.852 1
  • Langue : Français

D'autres livres de Franck Chaumon

Lacan : La loi, le sujet et la jouissance

L'œuvre de Lacan (1901-1981) a exercé une influence profonde bien au-delà du champ de la clinique. En témoigne le fait que nombre de concepts lacaniens ont diffusé très largement dans le domaine juridique où la prise en compte du " sujet ", sa confrontation à " la loi " dans l'espace du [...

Voir tous les livres de Franck Chaumon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Peut-on encore parler de traumatisme ? La question mérite d'être posée tant le mot est galvaudé aujourd'hui et qu'il autorise les idéologies les plus diverses, les pratiques les plus contradictoires. On le retrouve partout : il est passé dans la langue courante autorisant les demandes de psychothérapies les plus variées, il fait office de supplément d'âme humanitaire, il sert de viatique à toutes les cellules d'urgence psychologiques pour gérer les crises de toutes natures. On pourrait croire qu'il est devenu tellement répandu qu'il a perdu toute pertinence, qu'il n'est plus l'index d'aucun réel. Ce que ce mot banalisé implique et conforte c'est bien sûr l'empire de la " psychologie ", même si elle se présente volontiers parée de concepts issus de la psychanalyse. La souffrance majeure est avant tout désormais une " souffrance psychologique ", dont la nomination est enjeu de combats juridiques : faire reconnaître cette souffrance intime, la faire passer au public, est devenu le préalable à l'ouverture des droits à réparation. selon la logique du droit des victimes. " L'enfant " est devenu par excellence cet être menacé par la violence et le sexe et l'on se précipite dans un activisme de prétendues réponses techniques, selon des protocoles normés, et sous la menace omniprésente de la responsabilité juridique. Il fallait donc en premier lieu aborder directement la critique de certaines pratiques qui s'autorisent de ce discours sur le traumatisme, qu'il s'agisse du signalement des abus sexuels sur mineurs, ou des méthodes standardisées de débriefing. Il fallait aussi prendre la mesure de l'écho de cette thématique dans la culture et dans l'histoire. Il fallait enfin revenir au concept de traumatisme tel qu'il a été formalisé dans la théorie psychanalytique, où il a donné lieu à des débats dont les enjeux apparaissent du coup éminemment concrets.