share_book
Envoyer cet article par e-mail

Paul de Tarse et les Juifs

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Paul de Tarse et les Juifs

Paul de Tarse et les Juifs

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Paul de Tarse et les Juifs"

le point de départ est une réflexion sur le classement des épîtres de Paul. La tradition les a rangées par ordre de taille décroissant. En reconstituant leur ordre chronologique, on restitue l'évolution du jugement de Paul sur les Juifs et sur leur place dans le grand corps de la chrétienté. Dans cette mise en ordre, l'épître aux Thessaloniciens, qui contient la phrase : « Ce sont les Juifs qui ont tué le Seigneur Jésus », apparaît au tout début de la carrière apologétique de Paul. Quant aux paroles de la lettre aux Galates : « Il n'y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre... », elles montrent un aboutissement. Entre temps, il y aura eu le remarquable et énigmatique verset 2.12 de l'épitre aux Colossiens, parlant du corps de Dieu : « la Tête, dont le Corps tout entier reçoit nourriture et cohésion, par les jointures et ligaments », corps que la Chrétienté doit considérer « pour réaliser sa croissance en Dieu ». Jean-Pierre Faye étudie minutieusement ces quelques mots dans le texte latin et le texte grec, concluant que l'idée qu ils expriment est remarquable et méconnue : Grecs et Juifs réunis, articulés les uns aux autres, dans le Corps de Dieu, augmentent la puissance de Dieu. L'idée est tellement nouvelle et audacieuse, qu'aucune traduction n'a jamais voulu la reproduire textuellement.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 160  pages
  • Editeur :   Germina Paru le
  • ISBN :  2917285338
  • EAN13 :  9782917285336
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Pierre Faye

Introductions aux langages totalitaires

Entre les deux guerre mondiales, la naissance du fascisme italien et du national-socialisme allemand fut un entrelacs de discours nés avec l'apparition de quelques mots : " Etat totalitaire ", " Etat total ", etc. Or, ces mots, comme des virus, vont se diffuser. Et ils vont déboucher sur la plus ...

Prix : 88 DH

La Fête de l'Ane de Zarathustra : Blasphème bouffon de Friedrich Nietzsche

En février de l'an 1885 Nietzsche écrit à l'ami Peter Gast : " Cet hiver est porteur d'un `fruit nouveau', mais je n'ai pas d'éditeur. L'énorme aberration de publier quelque chose comme mon Zarathustra s'est soldée par une aberration égale : comme de juste... Sans doute impubliable d'ailleurs...

Le livre du vrai. Evénement violence

Une trame unique se brise, de suite en suite, avançant vers l'événement/ La violence de l'éclipse / Mais rites, lieux, navigations se multiplient et se transforment / Ils débordent cette tranchée du vrai, que creuse au désert le souf vers la syrte / Or le langage, / -que dessinera-t-il, en é...

Voir tous les livres de Jean-Pierre Faye

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

le point de départ est une réflexion sur le classement des épîtres de Paul. La tradition les a rangées par ordre de taille décroissant. En reconstituant leur ordre chronologique, on restitue l'évolution du jugement de Paul sur les Juifs et sur leur place dans le grand corps de la chrétienté. Dans cette mise en ordre, l'épître aux Thessaloniciens, qui contient la phrase : « Ce sont les Juifs qui ont tué le Seigneur Jésus », apparaît au tout début de la carrière apologétique de Paul. Quant aux paroles de la lettre aux Galates : « Il n'y a plus ni Juif ni Grec, ni esclave ni homme libre... », elles montrent un aboutissement. Entre temps, il y aura eu le remarquable et énigmatique verset 2.12 de l'épitre aux Colossiens, parlant du corps de Dieu : « la Tête, dont le Corps tout entier reçoit nourriture et cohésion, par les jointures et ligaments », corps que la Chrétienté doit considérer « pour réaliser sa croissance en Dieu ». Jean-Pierre Faye étudie minutieusement ces quelques mots dans le texte latin et le texte grec, concluant que l'idée qu ils expriment est remarquable et méconnue : Grecs et Juifs réunis, articulés les uns aux autres, dans le Corps de Dieu, augmentent la puissance de Dieu. L'idée est tellement nouvelle et audacieuse, qu'aucune traduction n'a jamais voulu la reproduire textuellement.