share_book
Envoyer cet article par e-mail

Plaisirs d'humour

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Plaisirs d'humour

Plaisirs d'humour

  (Auteur)


Prix : 21,00 DH TTC


En stock.
Commandez vite, il ne reste  qu'1 exemplaire !
Date de livraison estimée le mercredi 14 décembre 2016.

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Plaisirs d'humour"

Lorsqu'on s'avisa de réunir les textes qu'Alphonse Allais (1854-1905) avait disséminés dans différents journaux pendant plus de vingt ans (à partir de 1883), presse humoristique (Le Chat noir, Le Sourire) ou " sérieuse " (Le Journal, de Fernand Xau), on s'aperçut qu'il ne fallait pas moins de onze tomes pour les contenir tous. Dans ce volume, chacun des contes a été sélectionné pour illustrer un des différents aspects de l'humour selon Allais. On y trouve des jongleries verbales (" On dit "Francfort-sur le-Mein" et "avoir le coeur sur la main". Comment voulezvous que les étrangers s'y reconnaissent ? "), qui mènent vite au saugrenu (un " garçon sensible " refuse de faire crever le riz, d'exécuter un travail, s'émeut de voir la nuit... tomber) ; des " charges " contre le " bonhomme " La Fontaine, coupable, selon Allais, de répandre des idées pleines de bon sens - ce qu'il a en horreur ; des contes construits sur les postulats absurdes ; d'autres dans lesquels la logique est appliquée jusqu'à la déraison, ou qui témoignent d'un humour grinçant... Jules Renard, qui n'a jamais succombé à la complaisance, venait de découvrir Mark Twain : " Cela me paraît fort inférieur à ce qu'écrit notre Allais ; et puis, c'est trop long. Je ne supporte que l'indication d'une plaisanterie. Ne nous rasez pas ! " Monsieur est servi

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 93  pages
  • Dimensions :  0.6cmx10.2cmx17.6cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Libretti
  • ISBN :  225319302X
  • EAN13 :  9782253193029
  • Classe Dewey :  843
  • Langue : Français

D'autres livres de Alphonse Allais

A se tordre

Esprit facétieux et exigence littéraire marquent ces quarante-cinq " histoires chatnoiresques ". Autant d'occasions de " se tordre de rire ", en compagnie d'apothicaires peu scrupuleux, de soldats de fortune, d'archéologues du dimanche ou de peu de recommandables cocottes. Et si les hommes [.....

Dictionnaire ouvert jusqu'à 22 heures

Cher lecteur de cette quatrième de couverture, vous êtes un intellectuel (ne voyez dans cette affirmation aucune flagornerie, mais une simple manoeuvre pour vous inciter à acheter le livre, si ce n'est déjà fait). Etant un intellectuel, vous maniez les mots, les locutions, les citations ; vous ...

Voir tous les livres de Alphonse Allais

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Lorsqu'on s'avisa de réunir les textes qu'Alphonse Allais (1854-1905) avait disséminés dans différents journaux pendant plus de vingt ans (à partir de 1883), presse humoristique (Le Chat noir, Le Sourire) ou " sérieuse " (Le Journal, de Fernand Xau), on s'aperçut qu'il ne fallait pas moins de onze tomes pour les contenir tous. Dans ce volume, chacun des contes a été sélectionné pour illustrer un des différents aspects de l'humour selon Allais. On y trouve des jongleries verbales (" On dit "Francfort-sur le-Mein" et "avoir le cœur sur la main". Comment voulezvous que les étrangers s'y reconnaissent ? "), qui mènent vite au saugrenu (un " garçon sensible " refuse de faire crever le riz, d'exécuter un travail, s'émeut de voir la nuit... tomber) ; des " charges " contre le " bonhomme " La Fontaine, coupable, selon Allais, de répandre des idées pleines de bon sens - ce qu'il a en horreur ; des contes construits sur les postulats absurdes ; d'autres dans lesquels la logique est appliquée jusqu'à la déraison, ou qui témoignent d'un humour grinçant... Jules Renard, qui n'a jamais succombé à la complaisance, venait de découvrir Mark Twain : " Cela me paraît fort inférieur à ce qu'écrit notre Allais ; et puis, c'est trop long. Je ne supporte que l'indication d'une plaisanterie. Ne nous rasez pas ! " Monsieur est servi