share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Folle journée ou Le mariage de Figaro, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Folle journée ou Le mariage de Figaro, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

La Folle journée ou Le mariage de Figaro, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Folle journée ou Le mariage de Figaro, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais"

" Figaro a tué la noblesse " , " Le Mariage de Figaro, c'est déjà la révolution en action " Danton en 1789, Napoléon dans le Mémorial de Sainte-Hélène accordent au chef-d'oeuvre de Beaumarchais, créé en 1784, un rôle majeur dans la chute de l'Ancien Régime. Efficacité ravageuse de formules dont certaines ont traversé deux siècles - " Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur " -, charge virulente contre l'abus aristocratique et le privilège actualisé ici dans un " droit du seigneur " formellement aboli, mais rétabli par l'argent, dénonciation de l'oppression masculine et d'une Justice inique : on comprend que Louis XVI ait, voulu museler un trublion, par ailleurs agent des hautes et basses oeuvres de la monarchie... Mais la portée politique de la pièce ne fait pas oublier la gaieté d'une Folle Journée qui assaisonne de farce l'esprit le plus raffiné, la nouveauté d'une dramaturgie qu'on a pu juger pré-brechtienne, l'originalité d'une écriture alternant la " joute " rapide et la parade verbale. Ainsi que la profusion maîtrisée d'une intrigue qui explore toutes les formes de l'éros - coupable, rêvé, prescrit, impossible - et met aux prises des personnages qui souvent se transforment au cours de l'action. Tant il est vrai que, pour Beaumarchais comme pour son siècle, le devenir est désormais l'apanage du vivant.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 125  pages
  • Dimensions :  0.8cmx11.4cmx17.4cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : Etudes littéraires
  • ISBN :  2130548644
  • EAN13 :  9782130548645
  • Classe Dewey :  842.5
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Pierre de Beaumarchais

Beaumarchais : Le voltigeur des Lumières

A comme auteur dramatique, mais aussi comme armateur, affairiste et agent secret ; B comme Beaumarchais, le nom-emblème de l'ascension sociale, et C comme Caron, le patronyme de ses débuts ; E comme éditeur de Voltaire ; F comme Figaro ; H comme horloger, le métier appris du père ; M comme musi...

Voir tous les livres de Jean-Pierre de Beaumarchais

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Figaro a tué la noblesse " , " Le Mariage de Figaro, c'est déjà la révolution en action " Danton en 1789, Napoléon dans le Mémorial de Sainte-Hélène accordent au chef-d'œuvre de Beaumarchais, créé en 1784, un rôle majeur dans la chute de l'Ancien Régime. Efficacité ravageuse de formules dont certaines ont traversé deux siècles - " Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur " -, charge virulente contre l'abus aristocratique et le privilège actualisé ici dans un " droit du seigneur " formellement aboli, mais rétabli par l'argent, dénonciation de l'oppression masculine et d'une Justice inique : on comprend que Louis XVI ait, voulu museler un trublion, par ailleurs agent des hautes et basses œuvres de la monarchie... Mais la portée politique de la pièce ne fait pas oublier la gaieté d'une Folle Journée qui assaisonne de farce l'esprit le plus raffiné, la nouveauté d'une dramaturgie qu'on a pu juger pré-brechtienne, l'originalité d'une écriture alternant la " joute " rapide et la parade verbale. Ainsi que la profusion maîtrisée d'une intrigue qui explore toutes les formes de l'éros - coupable, rêvé, prescrit, impossible - et met aux prises des personnages qui souvent se transforment au cours de l'action. Tant il est vrai que, pour Beaumarchais comme pour son siècle, le devenir est désormais l'apanage du vivant.