share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le pouvoir soviétique contre les paysans 1929-1934

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le pouvoir soviétique contre les paysans 1929-1934

Le pouvoir soviétique contre les paysans 1929-1934

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le pouvoir soviétique contre les paysans 1929-1934"

    Spécialiste reconnu de l'Union Soviétique, Nicolas Werth se penche ici sur les violences exercées par le pouvoir soviétique contre ses paysans entre 1929 et 1934 en se fondant sur des archives inédites, les rapports de la police politique. Avec son co-auteur, Alexis Berelovitch, il démontre à quel point les années 30 furent celles de la « dékoulakisation », des déportations massives, des réinstallations forcées en Sibérie et de la grande famine qui s'ensuivit. Après avoir analysé la décomposition de la Nouvelle politique économique (NEP) et étudié les événements et les facteurs qui ont amené le pouvoir à se lancer brusquement fin 1929 dans la collectivisation à outrance de la paysannerie, les auteurs nous décrivent la véritable extermination des koulags à partir du printemps 1930. En s'appuyant sur les rapports de la police politique, les auteurs démontrent comment le GPU (la police politique) et l'état soviétique organisèrent cette politique criminelle : déportations massives et aveugles, conditions mortifères de réinstallation des paysans. Au 1er janvier 1932, lorsque l'OGPU effectua un premier pointage général des « déplacés spéciaux », on ne recensa que 1 317 000 personnes sur les 1 803 000 déportés initialement, soit près d'un demi million de disparus. Combien s'étaient enfuis ? Combien étaient morts ? La tendance ne s'inversera pas jusqu'à 1934. A eux seuls, ces chiffres donnent la mesure de ce que représenta la dékoulakisation pour la société paysanne. Nicolas Werth et Alexis Berelovitch insistent également sur la responsabilité des autorités soviétiques dans la genèse et l'ampleur de la famine qui fit environ 7 millions de victimes. En effet, l'Etat ponctionna excessivement la production agricole au profit du secteur industriel et urbain tout en interdisant les paysans d'émigrer vers les villes, les condamnant ainsi, de façon intentionnelle, à la famine. Un livre saisissant sur la terreur soviétique appliquée à ses paysans.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • Dimensions :  3.0cmx14.0cmx21.0cm
    • Poids : 635.0g
    • Editeur :   Tallandier Paru le
    • Collection : CONTEMPO.
    • ISBN :  2847345752
    • EAN13 :  9782847345759
    • Classe Dewey :  900
    • Langue : Français

    D'autres livres de Nicolas Werth

    Histoire de l'Union soviétique de Khrouchtchev à Gorbatchev 1953-1991

    A la mort de Staline en 1953, l'Union soviétique passe d'un système totalitaire à un système autoritaire et policier, mais où la dictature du Parti demeure intacte. Si le système semble immuable en façade, les espaces d'autonomie prolifèrent au fil des ans. L'URSS est rongée par le [.......

    Les Procès de Moscou

    Au soir du 1er décembre 1934 -jour de l'assassinat du chef du Parti de Léningrad, Sergueï Kirov -, Staline ordonne d'élargir et d'accélérer la répression de tous les suspects de" préparation d'actes terroristes ". Le signal de la plus gigantesque répression policière du XXe siècle est ...

    Voir tous les livres de Nicolas Werth

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    Spécialiste reconnu de l'Union Soviétique, Nicolas Werth se penche ici sur les violences exercées par le pouvoir soviétique contre ses paysans entre 1929 et 1934 en se fondant sur des archives inédites, les rapports de la police politique. Avec son co-auteur, Alexis Berelovitch, il démontre à quel point les années 30 furent celles de la « dékoulakisation », des déportations massives, des réinstallations forcées en Sibérie et de la grande famine qui s'ensuivit. Après avoir analysé la décomposition de la Nouvelle politique économique (NEP) et étudié les événements et les facteurs qui ont amené le pouvoir à se lancer brusquement fin 1929 dans la collectivisation à outrance de la paysannerie, les auteurs nous décrivent la véritable extermination des koulags à partir du printemps 1930. En s'appuyant sur les rapports de la police politique, les auteurs démontrent comment le GPU (la police politique) et l'état soviétique organisèrent cette politique criminelle : déportations massives et aveugles, conditions mortifères de réinstallation des paysans. Au 1er janvier 1932, lorsque l'OGPU effectua un premier pointage général des « déplacés spéciaux », on ne recensa que 1 317 000 personnes sur les 1 803 000 déportés initialement, soit près d'un demi million de disparus. Combien s'étaient enfuis ? Combien étaient morts ? La tendance ne s'inversera pas jusqu'à 1934. A eux seuls, ces chiffres donnent la mesure de ce que représenta la dékoulakisation pour la société paysanne. Nicolas Werth et Alexis Berelovitch insistent également sur la responsabilité des autorités soviétiques dans la genèse et l'ampleur de la famine qui fit environ 7 millions de victimes. En effet, l'Etat ponctionna excessivement la production agricole au profit du secteur industriel et urbain tout en interdisant les paysans d'émigrer vers les villes, les condamnant ainsi, de façon intentionnelle, à la famine. Un livre saisissant sur la terreur soviétique appliquée à ses paysans.