share_book
Envoyer cet article par e-mail

Aloysius Bertrand, le sens du pittoresque : Usages et valeurs des arts dans Gaspard de la nuit

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Aloysius Bertrand, le sens du pittoresque : Usages et valeurs des arts dans Gaspard de la nuit

Aloysius Bertrand, le sens du pittoresque : Usages et valeurs des arts dans Gaspard de la nuit

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Aloysius Bertrand, le sens du pittoresque : Usages et valeurs des arts dans Gaspard de la nuit"

Pourquoi parler d'art quand on est poète ? Pourquoi se réclamer de la " manière de Rembrandt et de Callot " quand on est soi-même en train d'inventer une forme de poésie inédite, le poème en prose, et un style pittoresque original, celui de Gaspard de la Nuit ? Aloysius Bertrand ne livre guère de réponse, théorise peu sa pratique et évite les grands discours - autant de silences à faire parler. Sa passion pour les arts graphiques, la peinture, mais aussi l'art de l'imprimerie et encore tous les arts populaires a nourri l'unique livre qu'il perfectionna au long de sa courte vie. Mais jamais il ne s'agit de transposition d'art : nulle imitation, pas même de description d'oeuvres d'art. Bertrand fait usage et mention d'arts autres que le sien car il y cherche des valeurs : valeurs esthétiques, certes, mais surtout morales et peut-être politiques. Ainsi, dans l'" école flamande ", il trouve une manière d'écrire l'histoire, une tendresse envers les humbles de toutes époques et même les marginaux les plus inquiétants. Son pittoresque n'est donc jamais gratuit. Il n'est ni ornemental ni virtuose. Loin de l'" Art pour l'art " auquel on l'a parfois assimilé, Bertrand donne du sens au pittoresque.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 396  pages
  • Dimensions :  3.4cmx15.2cmx20.2cm
  • Poids : 539.8g
  • Editeur :   Pu Rennes Paru le
  • Collection : Interférences
  • ISBN :  2753512582
  • EAN13 :  9782753512580
  • Classe Dewey :  809
  • Langue : Français

D'autres livres de Nicolas Wanlin

Gaspard de la nuit. : Le Grand Oeuvre d'un petit romantique

" Prends Bertrand, on y trouve tout ! " C'est, dit-on, ce que Mallarmé conseillait à sa fille. Il y avait lui-même trouvé quelque chose comme un poète parnassien avant l'heure. Sainte-Beuve y avait vu un petit soldat de la bataille romantique, Baudelaire " le peintre de la vie ancienne ", Breto...

Voir tous les livres de Nicolas Wanlin

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pourquoi parler d'art quand on est poète ? Pourquoi se réclamer de la " manière de Rembrandt et de Callot " quand on est soi-même en train d'inventer une forme de poésie inédite, le poème en prose, et un style pittoresque original, celui de Gaspard de la Nuit ? Aloysius Bertrand ne livre guère de réponse, théorise peu sa pratique et évite les grands discours - autant de silences à faire parler. Sa passion pour les arts graphiques, la peinture, mais aussi l'art de l'imprimerie et encore tous les arts populaires a nourri l'unique livre qu'il perfectionna au long de sa courte vie. Mais jamais il ne s'agit de transposition d'art : nulle imitation, pas même de description d'oeuvres d'art. Bertrand fait usage et mention d'arts autres que le sien car il y cherche des valeurs : valeurs esthétiques, certes, mais surtout morales et peut-être politiques. Ainsi, dans l'" école flamande ", il trouve une manière d'écrire l'histoire, une tendresse envers les humbles de toutes époques et même les marginaux les plus inquiétants. Son pittoresque n'est donc jamais gratuit. Il n'est ni ornemental ni virtuose. Loin de l'" Art pour l'art " auquel on l'a parfois assimilé, Bertrand donne du sens au pittoresque.