share_book
Envoyer cet article par e-mail

Viol et identité : Un Génocide Individuel

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Viol et identité : Un Génocide Individuel

Viol et identité : Un Génocide Individuel

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Viol et identité : Un Génocide Individuel"

Ce livre présente beaucoup de cas cliniques différents et commente les conséquences psychiques, le vécu du corps et les troubles somatiques suite au viol. Il s'agit d'une approche clinique et médicale. Crime sans cadavre, le viol est un meurtre qui laisse la victime vivante. Il assigne à la torture tel un matricule tatoué à l'avant-bras, à cette différence qu'il n'y a pas mieux que le sexe pour réduire l'Autre au simple commentaire de son esclavage. Le viol n'est pas un acte sexuel. Au contraire, il signe l'impossible déploiement de la rencontre intime pour exacerber le sensible, la présence et la permanence de sa mise en scène génocidaire. Comme les rares rescapé(e) s des camps de la mort, la femme s'étonne elle-même d'être revenue vivante de l'holocauste du féminin pour nourrir remords et culpabilité. Bien des décennies après, elle décline le trauma et conjugue le pathos. Femme crucifiée, elle porte l'infamante blessure. Le viol est un meurtre qui se passe sans avoir lieu. Il condamne la victime à la perpétuité de son tourment. Les formes les plus destructrices de la criminalité émargent au sexe et à la sexualité comme si elles indiquaient en vain les impasses de repentance de notre primitivité. L'enjeu essentiel de la clinique du viol réside dans le démantèlement des enveloppements psychiques primaires, l'effondrement de la confiance basale et le déchirement de la trame représentative. La prise en compte des dimensions identitaires est princeps des efficacités méthodologiques et thérapeutiques. Les formes génocidaires des pathologies issues du viol engagent la recherche clinique à circonscrire la notion de psychose posttraumatique. Le génocide individuel du viol éradique hominisation et humanisation pour assujettir la victime à un espace agglutiné avec le criminel sexuel et une temporalité transhistorique habitée de terreur et d'agonie.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 172  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.6cmx22.0cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Mjw Fédition Paru le
  • Collection : Criminologie et Anthropologie
  • ISBN :  2952466874
  • EAN13 :  9782952466875
  • Classe Dewey :  150
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Bessoles

Victimologie : Tome 1, Epistémologie et clinique, édition bilingue français-anglais

Ce premier tome de victimologie générale, comparée et clinique aborde l'épistémologie et les réévaluations du trauma en ses phases aiguës conduisant à la proposition de psychose traumatique, ainsi que les processus de déliaison en matière de criminalité sexuelle et d'actes de torture. Le...

Victimologie : Tome 2, Thérapeutique et interculturel, édition bilingue français-anglais

Etayé sur l'étude des psychopathologies traumatiques sévères, ce tome II de victimologie est centré sur la clinique interculturelle et les processus thérapeutiques. L'ouvrage souligne les rapports entre trauma et enveloppes psychiques primaires, temporalité adhésive et espaces agglutinés. L...

Victimologie : Tome 3, Crime et criminogenèse, édition bilingue français-anglais

Le fait victimaire ne peut se circonscrire sans son versus criminel, à condition de ne pas réduire l'un à l'image inversée de l'autre. L'épistémologie de ce tome III n'est ni pénale ni sociale. Elle est clinique et psychopathologique. Tout agir criminel suppose une criminogenèse, tant pour l...

Victimologie et criminologie : Approches cliniques

La victimologie se définit comme le champ de recherche fondamentale et appliquée du traumatisme individuel ou collectif d'origine naturelle ou provoquée. La psychocriminologie circonscrit les mêmes champs de recherche au sujet des comportements violents, délictueux et criminels. L'approche clin...

Voir tous les livres de Philippe Bessoles

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Ce livre présente beaucoup de cas cliniques différents et commente les conséquences psychiques, le vécu du corps et les troubles somatiques suite au viol. Il s'agit d'une approche clinique et médicale. Crime sans cadavre, le viol est un meurtre qui laisse la victime vivante. Il assigne à la torture tel un matricule tatoué à l'avant-bras, à cette différence qu'il n'y a pas mieux que le sexe pour réduire l'Autre au simple commentaire de son esclavage. Le viol n'est pas un acte sexuel. Au contraire, il signe l'impossible déploiement de la rencontre intime pour exacerber le sensible, la présence et la permanence de sa mise en scène génocidaire. Comme les rares rescapé(e) s des camps de la mort, la femme s'étonne elle-même d'être revenue vivante de l'holocauste du féminin pour nourrir remords et culpabilité. Bien des décennies après, elle décline le trauma et conjugue le pathos. Femme crucifiée, elle porte l'infamante blessure. Le viol est un meurtre qui se passe sans avoir lieu. Il condamne la victime à la perpétuité de son tourment. Les formes les plus destructrices de la criminalité émargent au sexe et à la sexualité comme si elles indiquaient en vain les impasses de repentance de notre primitivité. L'enjeu essentiel de la clinique du viol réside dans le démantèlement des enveloppements psychiques primaires, l'effondrement de la confiance basale et le déchirement de la trame représentative. La prise en compte des dimensions identitaires est princeps des efficacités méthodologiques et thérapeutiques. Les formes génocidaires des pathologies issues du viol engagent la recherche clinique à circonscrire la notion de psychose posttraumatique. Le génocide individuel du viol éradique hominisation et humanisation pour assujettir la victime à un espace agglutiné avec le criminel sexuel et une temporalité transhistorique habitée de terreur et d'agonie.