share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le viol, aspects sociologiques d'un crime

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le viol, aspects sociologiques d'un crime

Le viol, aspects sociologiques d'un crime

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Le viol, aspects sociologiques d'un crime"

    L'analyse des dossiers judiciaires concernant 425 affaires de viol perpétrés entre 1998 et 2007 dans les ressorts de trois cours d'assises (Paris, Versailles et Nîmes) constitue un travail criminologique précieux à un double titre. Il permet en effet d'une part, de mieux connaître ce crime en tant que réalité sociale et d'en esquisser la phénoménologie à partir d'éléments objectifs ; mais il éclaire également, sur un plan méthodologique, les difficultés inattendues auxquelles se heurte le chercheur qui l'étudie, le concept unique de viol qu'énonce le code pénal recouvrant des agressions de types et de formes très variés et une palette de faits extrêmement large. La recherche visait à répondre à quatre ensembles de questions relatives respectivement aux réalités sociales et psychosociales qui apparaissent derrière la catégorie juridique de viol, à l'identité personnelle et sociale des protagonistes et aux liens existant entre eux, aux contextes et circonstances de l'agression et au traitement judiciaire de l'affaire. Ses conclusions confirment un certain nombre des idées communément admises quant au viol mais contredisent également plusieurs des représentations qui lui sont liées. Parmi les premières la très grande fréquence de liens préexistants entre la victime et l'agresseur (83%), l'importance du nombre des viols intrafamiliaux et la surreprésentation des hommes (98%) parmi les violeurs déférés à la justice. En revanche l'enquête révèle la faible proportion des viols collectifs (5%) dans l'ensemble et l'appartenance en plus grande proportion des personnes issues des milieux populaires et des classes moyennes parmi les auteurs. L'ensemble de ces données plaide en faveur d'un affinement par les chercheurs du concept de viol, les auteurs de ce travail proposant, pour leur part à cette fin, une typologie fondée sur les relations entre les auteurs et les victimes qui distingue les viols intrafamiliaux élargis, les autres viols de forte connaissance, les viols de faible connaissance ou perpétrés par des inconnus et les viols collectifs.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 216  pages
    • Dimensions :  0.2cmx15.4cmx23.6cm
    • Poids : 880.0g
    • Editeur :   La Documentation Française Paru le
    • Collection : Perspectives sur la justice
    • ISBN :  2110084456
    • EAN13 :  9782110084453
    • Classe Dewey :  100
    • Langue : Français

    D'autres livres de  Laurent Mucchielli

    La république mise à nu par son immigration

    Violence, machisme, sécurité, laïcité, intégration ; antisémitisme : les mots partout répandus sur le sujet de l'immigration sont piégés, et ce piège est monté autour de la défense de la République. Dans ce livre collectif, les mécanismes et les discours stigmatisant les immigrants ...

    Etat d'émeutes, Etat d'exception : Retour à la question centrale des périphéries

    Cinq ans ont passé depuis les émeutes de 2005. On a vu depuis diverses répliques qui ont marqué les esprits (Villiers-le-Bel) ou bien sont passées inaperçues. Puis sont apparues quantité de publications réactives. Enfin, un certain nombre de lois et de décisions publiques ont découlé de c...

    La Sociologie et sa méthode

    Il y a exactement un siècle, en 1895, Emile Durkheim publiait Les règles de la méthode sociologique. Cet ouvrage considéré comme fondateur a fait l'objet de très nombreuses éditions et traductions, et il constitue encore aujourd'hui une lecture obligée dans le parcours universitaire de tout ...

    Voir tous les livres de  Laurent Mucchielli

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'analyse des dossiers judiciaires concernant 425 affaires de viol perpétrés entre 1998 et 2007 dans les ressorts de trois cours d'assises (Paris, Versailles et Nîmes) constitue un travail criminologique précieux à un double titre. Il permet en effet d'une part, de mieux connaître ce crime en tant que réalité sociale et d'en esquisser la phénoménologie à partir d'éléments objectifs ; mais il éclaire également, sur un plan méthodologique, les difficultés inattendues auxquelles se heurte le chercheur qui l'étudie, le concept unique de viol qu'énonce le code pénal recouvrant des agressions de types et de formes très variés et une palette de faits extrêmement large. La recherche visait à répondre à quatre ensembles de questions relatives respectivement aux réalités sociales et psychosociales qui apparaissent derrière la catégorie juridique de viol, à l'identité personnelle et sociale des protagonistes et aux liens existant entre eux, aux contextes et circonstances de l'agression et au traitement judiciaire de l'affaire. Ses conclusions confirment un certain nombre des idées communément admises quant au viol mais contredisent également plusieurs des représentations qui lui sont liées. Parmi les premières la très grande fréquence de liens préexistants entre la victime et l'agresseur (83%), l'importance du nombre des viols intrafamiliaux et la surreprésentation des hommes (98%) parmi les violeurs déférés à la justice. En revanche l'enquête révèle la faible proportion des viols collectifs (5%) dans l'ensemble et l'appartenance en plus grande proportion des personnes issues des milieux populaires et des classes moyennes parmi les auteurs. L'ensemble de ces données plaide en faveur d'un affinement par les chercheurs du concept de viol, les auteurs de ce travail proposant, pour leur part à cette fin, une typologie fondée sur les relations entre les auteurs et les victimes qui distingue les viols intrafamiliaux élargis, les autres viols de forte connaissance, les viols de faible connaissance ou perpétrés par des inconnus et les viols collectifs.