share_book
Envoyer cet article par e-mail

Histoire du gouvernement présidentiel aux Etats-Unis

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Histoire du gouvernement présidentiel aux Etats-Unis

Histoire du gouvernement présidentiel aux Etats-Unis

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Histoire du gouvernement présidentiel aux Etats-Unis"

Depuis 1962, le peuple français élit le Président de la République au suffrage universel direct, mais le régime de la Ve République n'est pas présidentiel. Cela signifie que les pouvoirs législatif et exécutif ne sont pas véritablement séparés, mais unis l'un à l'autre par l'intermédiaire des ministres qui ont un pied dans le législatif et un autre dans l'exécutif. La fusion des pouvoirs législatif et exécutif qui caractérise le régime parlementaire trouve sa plus haute expression dans l'organe où bat le coeur du pouvoir sous la Ve République, le Gouvernement, lequel se réunit en Conseil des ministres sous la présidence du Président de la République. Dans un régime présidentiel, au contraire, les pouvoirs législatif et exécutif sont séparés. Aux Etats-Unis, les hommes qui entourent le Président n'ont aucun lien avec le Congrès et le Congrès est seul maître des lois. Le Président n'a pas les moyens de forcer la volonté du législateur, même pas celle de son parti ; il n'y a ni 49-3, ni vote bloqué ; le Président gouverne par sa capacité à convaincre. Ce qui fait l'essence du régime présidentiel, ce n'est pas le pouvoir de commander, mais le leadership. Le Président des Etats-Unis n'est pas puissant parce qu'il dispose d'une majorité présidentielle, mais parce qu'il agit au nom de toute la Nation, la majorité comme la minorité. Les présidents américains sont tous des rassembleurs ; ce sont des leaders plus que des chefs ; ils exercent moins « le » pouvoir que « des » pouvoirs ; aucun d'entre eux ne s'est jamais imposé par la seule force d'une majorité toute puissante parce qu'ils conduisent les Etats-Unis au sein d'un système politique qui fut conçu à partir des enseignements de Montesquieu dans lequel « le pouvoir arrête le pouvoir ». Le Président est une pièce maîtresse dans cette mécanique ; il est à la fois pouvoir et contre-pouvoir, et c'est là sa plus grande force. Aucun système politique n'est parfait ; mais du choix initial fait par les constituants à Philadelphie de séparer les pouvoirs est née une forme de gouvernement qui, tout en étant doté de la fermeté et de l'énergie nécessaire à l'Exécutif, reste toujours républicaine sans jamais être monarchique. A l'heure où le régime de la Ve République s'étouffe dans une hyper-présidence qui suscite bien des doutes sur la sagesse des réformes adoptées pour moderniser les institutions, le gouvernement présidentiel aux Etats-Unis est une expérience qui donne matière à penser.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300  pages
  • Editeur :   Dalloz-Sirey Paru le
  • Collection : DZ.PARA.UNIV.DZ
  • ISBN :  2247114091
  • EAN13 :  9782247114092
  • Classe Dewey :  500
  • Langue : Français

D'autres livres de Elisabeth Zoller

Anton

A l'école, Anton est la bête noire du maître. Il le punit quand Anton ne tient pas en place pendant la classe. Il crie quand Anton garde le silence. Il se moque de lui quand Anton bégaye. Pour le maître, ce garçon n'a rien à faire à l'école. Pour le maître, ce garçon ne devrait même pas ...

Prix : 25 DH

Introduction au droit public : Edition 2006

Cet ouvrage introduit au droit public défini comme le droit de la chose publique (res publica) selon une méthode à la fois historique et comparative : méthode historique, tout d'abord, parce que l'histoire est un point de passage obligé de tout effort de théorisation des questions juridiques ;...

Voir tous les livres de Elisabeth Zoller

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Depuis 1962, le peuple français élit le Président de la République au suffrage universel direct, mais le régime de la Ve République n'est pas présidentiel. Cela signifie que les pouvoirs législatif et exécutif ne sont pas véritablement séparés, mais unis l'un à l'autre par l'intermédiaire des ministres qui ont un pied dans le législatif et un autre dans l'exécutif. La fusion des pouvoirs législatif et exécutif qui caractérise le régime parlementaire trouve sa plus haute expression dans l'organe où bat le coeur du pouvoir sous la Ve République, le Gouvernement, lequel se réunit en Conseil des ministres sous la présidence du Président de la République. Dans un régime présidentiel, au contraire, les pouvoirs législatif et exécutif sont séparés. Aux Etats-Unis, les hommes qui entourent le Président n'ont aucun lien avec le Congrès et le Congrès est seul maître des lois. Le Président n'a pas les moyens de forcer la volonté du législateur, même pas celle de son parti ; il n'y a ni 49-3, ni vote bloqué ; le Président gouverne par sa capacité à convaincre. Ce qui fait l'essence du régime présidentiel, ce n'est pas le pouvoir de commander, mais le leadership. Le Président des Etats-Unis n'est pas puissant parce qu'il dispose d'une majorité présidentielle, mais parce qu'il agit au nom de toute la Nation, la majorité comme la minorité. Les présidents américains sont tous des rassembleurs ; ce sont des leaders plus que des chefs ; ils exercent moins « le » pouvoir que « des » pouvoirs ; aucun d'entre eux ne s'est jamais imposé par la seule force d'une majorité toute puissante parce qu'ils conduisent les Etats-Unis au sein d'un système politique qui fut conçu à partir des enseignements de Montesquieu dans lequel « le pouvoir arrête le pouvoir ». Le Président est une pièce maîtresse dans cette mécanique ; il est à la fois pouvoir et contre-pouvoir, et c'est là sa plus grande force. Aucun système politique n'est parfait ; mais du choix initial fait par les constituants à Philadelphie de séparer les pouvoirs est née une forme de gouvernement qui, tout en étant doté de la fermeté et de l'énergie nécessaire à l'Exécutif, reste toujours républicaine sans jamais être monarchique. A l'heure où le régime de la Ve République s'étouffe dans une hyper-présidence qui suscite bien des doutes sur la sagesse des réformes adoptées pour moderniser les institutions, le gouvernement présidentiel aux Etats-Unis est une expérience qui donne matière à penser.