share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Dieu des sorcières

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Dieu des sorcières

Le Dieu des sorcières

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Dieu des sorcières"

Margaret Alice Murray fut, archéologue renommée, fut aussi une autorité reconnue dans l'étude de la sorcellerie. Dans ses ouvrages historico-ethnologiques, dont Le Dieu des sorcières est le plus célèbre, elle affirme que la sorcellerie était une religion de la fertilité datant du néolithique, pratiquée par les populations pré-indo-européennes et par leurs descendants. Elle était centrée sur une divinité cornue représentant le pouvoir générateur de la nature, et son culte se pratiquait dans des covens dirigés par un grand maître auquel les chrétiens donnèrent le nom de Diable. Ses célébrations portaient le nom de sabbats et d'esbats et avaient lieu aux solstices, équinoxes et pleines lunes. Elles comportaient des danses, des actes de magie, des sacrifices d'animaux et des rapports sexuels pour encourager la fertilité de la terre. Les écrits de Margaret Murray trouvèrent une audience en dehors des cercles habituels des anthropologues et des amateurs cultivés et ils servirent de base à la création d'une nouvelle religion néo-païenne : la wicca, dont les membres pratiquent des rites directement inspirés de ceux décrits dans ce livre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 288  pages
  • Dimensions :  2.8cmx14.8cmx20.8cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Camion Blanc Paru le
  • Collection : Camion noir
  • ISBN :  2357791098
  • EAN13 :  9782357791091
  • Classe Dewey :  846
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Margaret Alice Murray fut, archéologue renommée, fut aussi une autorité reconnue dans l'étude de la sorcellerie. Dans ses ouvrages historico-ethnologiques, dont Le Dieu des sorcières est le plus célèbre, elle affirme que la sorcellerie était une religion de la fertilité datant du néolithique, pratiquée par les populations pré-indo-européennes et par leurs descendants. Elle était centrée sur une divinité cornue représentant le pouvoir générateur de la nature, et son culte se pratiquait dans des covens dirigés par un grand maître auquel les chrétiens donnèrent le nom de Diable. Ses célébrations portaient le nom de sabbats et d'esbats et avaient lieu aux solstices, équinoxes et pleines lunes. Elles comportaient des danses, des actes de magie, des sacrifices d'animaux et des rapports sexuels pour encourager la fertilité de la terre. Les écrits de Margaret Murray trouvèrent une audience en dehors des cercles habituels des anthropologues et des amateurs cultivés et ils servirent de base à la création d'une nouvelle religion néo-païenne : la wicca, dont les membres pratiquent des rites directement inspirés de ceux décrits dans ce livre.