share_book
Envoyer cet article par e-mail

République

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
République

République

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "République"

Gérard Rondeau en a eu le premier l'idée. Un photographe garde toujours dans le ventre de son appareil l'atmosphère d'une cour d'école, un détail caché au coeur des dorures de Palais nationaux, une rosette à la boutonnière. J'avais en mémoire, pour ma part, des histoires crues de combats électoraux, des plaidoiries devant les tribunaux de l'Histoire, les drapeaux rouges de plusieurs révolutions. C'est peu dire qu'il y eu confrontation entre nos deux regards. « La République est une anarchie positive » avait écrit Proudhon. C'est bien le mot. Nous avons agité le tout. Mélangé. Confronté. Entrechoqué la photo et le récit pour construire cette République qui nous agace et nous émeut, ce carcan de notre histoire et cette valeur si fragile qu'elle paraît sans cesse menacée. Ce « machin » dont personne ne veut mais auquel tout le monde tient. Notre République a donc des champs de bataille dans la Somme. Un rideau rouge qui s'ouvre et pffft…, un président apparait. Une flopée de courtisans derrière lui, comme un monarque ! Et puis, des récits tragiques ou amusants. Un député battu qui se suicide. Des rituels plein de superstition au coeur de l'Assemblée nationale. Un écolier nez en l'air et des phrases définitives sur les monuments de pierre. Car les hommes y ont laissé la trace de leurs combats glorieux comme de leurs faiblesses. La République n'est donc pas qu'un grand chant lyrique. Elle est aussi anecdotes et clins d'oeil. Images et mots. Petite histoire et grands tableaux. Raphaëlle Bacqué

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 220  pages
  • Dimensions :  2.0cmx19.0cmx26.0cm
  • Poids : 880.0g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : H.C. ESSAIS
  • ISBN :  2021030180
  • EAN13 :  9782021030181
  • Classe Dewey :  999
  • Langue : Français

D'autres livres de Raphaëlle Bacqué

Le Dernier Mort de Mitterrand

Le 7 avril 1994, François de Grossouvre se suicide dans son bureau, au cœur du Palais de l'Élysée, à deux pas de François Mitterrand dont il a été l'un des plus fidèles compagnons de route. Grossouvre, aristocrate maurrassien engagé dans la Résistance, industriel entretenant des réseaux ...

Prix : 81 DH
L'enfer de Matignon

Parce qu'être Premier ministre est synonyme de pression, de solitude, de mensonge et souvent de trahison. Douze locataires de l'Hôtel Matignon racontent, sans langue de bois, leur expérience de chef du gouvernement : de la joie des premiers instants aux combats avec la presse, de l'angoisse [....

Le dernier mort de Mitterrand

Le 7 avril 1994, François de Grossouvre est retrouvé mort dans son bureau, au cœur du Palais de l’Elysée, à deux pas de François Mitterrand dont il a été l’un des plus fidèles compagnons de route. Les murs capitonnés ont étouffé le bruit du 357 Magnum Manurhin que cet amateur d’arm...

Chirac ou le Démon du pouvoir

Dans l'ultime combat pour sa réélection, Jacques Chirac jette tout ce qui a fait sa vie. Il n'avait pas trente ans lorsqu'il a pénétré dans les palais nationaux. Il n'en avait pas quarante qu'il se voyait déjà destiné aux plus hautes fonctions. Femmes, filles, amis, compagnons, parti : tous ...

Voir tous les livres de Raphaëlle Bacqué

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Gérard Rondeau en a eu le premier l’idée. Un photographe garde toujours dans le ventre de son appareil l’atmosphère d’une cour d’école, un détail caché au coeur des dorures de Palais nationaux, une rosette à la boutonnière. J’avais en mémoire, pour ma part, des histoires crues de combats électoraux, des plaidoiries devant les tribunaux de l’Histoire, les drapeaux rouges de plusieurs révolutions. C’est peu dire qu’il y eu confrontation entre nos deux regards. « La République est une anarchie positive » avait écrit Proudhon. C’est bien le mot. Nous avons agité le tout. Mélangé. Confronté. Entrechoqué la photo et le récit pour construire cette République qui nous agace et nous émeut, ce carcan de notre histoire et cette valeur si fragile qu’elle paraît sans cesse menacée. Ce « machin » dont personne ne veut mais auquel tout le monde tient. Notre République a donc des champs de bataille dans la Somme. Un rideau rouge qui s’ouvre et pffft…, un président apparait. Une flopée de courtisans derrière lui, comme un monarque ! Et puis, des récits tragiques ou amusants. Un député battu qui se suicide. Des rituels plein de superstition au coeur de l’Assemblée nationale. Un écolier nez en l’air et des phrases définitives sur les monuments de pierre. Car les hommes y ont laissé la trace de leurs combats glorieux comme de leurs faiblesses. La République n’est donc pas qu’un grand chant lyrique. Elle est aussi anecdotes et clins d’oeil. Images et mots. Petite histoire et grands tableaux. Raphaëlle Bacqué